Fort de la Pompelle: le témoignage de Jean-Paul Mirgalet

Jean-Paul MIRGALET,  de Reims vient d’emmener ses petits enfants visiter le fort de la Pompelle. Il témoigne

005

Comme beaucoup j’ai visité le Fort de la Pompelle à titre privé par curiosité mais surtout pour la mémoire. Mes enfants l’ont découvert mais n’ont pas porté autant d’attention qu’à d’autres lieux tout aussi symboliques. Peut-être son aspect froid et austère peu adapté à la curiosité de la jeunesse.

Dans le cadre de mes activités professionnelles j’ai organisé des visites pour des délégations étrangères. A chaque fois un silence de recueillement non feint ponctuait notre départ du Fort.

 La rénovation de ce Musée a pour moi été le prétexte pour faire découvrir à mes petits-enfants lyonnais ce lieu dont mon petit-fils avait entendu parlé par ses parents à l’occasion des différentes commémorations retransmises à la télévision.

A titre personnel j’ai d’abord été très agréablement surpris par la clarté du nouveau lieu spacieux. La peinture blanche apporte une luminosité qui manquait précédemment.

004
Ou comment expliquer à mes petits-enfants ce que faisait ce poilu assis dans les tranchées

Quand les enfants m’ont questionné sur différents points de cette guerre qui a meurtri notre région et Reims en particulier et que je suis resté parfois imprécis, les nombreuses vidéo trilingue ont apporté les précisions nécessaires.

La reconstitution de l’espace ambulance les a particulièrement émus tout comme les masques à gaz les a intrigués. La chambre du soldat a surtout provoqué un flot d’interrogations, tout comme la galerie des couvre-chefs.

Un détail n’a pas échappé à la sagacité de mes deux Lyonnais : les emplacements en braille pour les non-voyants, une initiative louable.

Il s’agit d’un lieu de recueillement, de mémoire, de culture qui permet à chacun de découvrir, s’imprégner ou tout simplement se replonger dans l’Histoire d’évènements que l’on souhaiterait que jamais ils ne se reproduisent où que ce soit.

Deux anecdotes

En 1970 alors que j’étais en garnison à Bordeaux, un « ancien » qui avait vécu à Reims gamin se souvenait du tournage dans les années 30 des « Croix de bois ». Il se souvenait surtout du ciel embrasé la nuit par les effets pyrotechniques.

En rentrant chez moi j’ai permis à mes petits-enfants de parcourir l’ouvrage « REIMS – la grâce d’une cathédrale ». Ils ont tout de suite reconnu le Cardinal Luçon. Une preuve que la vidéo marque plus que l’image statique.

Si vous souhaitez à votre tour dire ce que vous pensez du Fort de la Pompelle new look. Ecrivez-nous.

alain.moyat@orange.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s