41/Journal de la grande guerre: 14 septembre 1914

Lundi 14 septembre 1914

(à lire dans le Miroir du dimanche 27 septembre 1914)

L’armée allemande se retire du Nord de l’Aisne après avoir abandonné la ligne de défense qu’elle s’était préparée entre Compiègne et Soissons. Elle se retire également de ses positions en arrière de Reims. Elle se replie dans l’Argonne au delà de Triaucourt et bat en retraite de Nancy aux Vosges. (…)

Nous avons repris Amiens et dans la Woëvre le fort de Troyon.

Le journal du Rémois Henri Jadart

LUNDI 14 septembre 14

A 5 heures du matin, la canonnade reprend et se poursuit sans intervalle, toutefois, elle semble plus éloignée qu’auparavant ; elle vient du Nord Ouest et se rapproche pour ne s’arrêter que vers 9 heures.

Le temps est sombre et pluvieux.

Un nouveau malheur arrive bientôt. Entre 9 h 30 et 10 heures, la rue Thiers et la rue des Consuls avec tout le quartier voisin sont bombardés, de Brimont, probablement. Des dégâts importants sont faits )à l’hôtel Bayle-Dor, rue Thiers, et l’obus qui le frappe fait éclater les vitres au N°28 de la même rue. L’école de la rue des Boucheries, où se trouvait l’état-major, fut atteinte, un officier tué, d’autres personnes blessées et le général Franchet d’Espérey fut lui-même très exposé dans la maison de M.Robillard, où il était logé.

Sur la façade et le côté ouest, toutes les vitres de l’hôtel de ville furent brisées ; toutefois, la bibliothèque se trouva préservée par ses volets intérieurs et ne subit aucun dommage.

Le bruit du canon avait cessé vers midi et quart ; il reprit vers 1 heures et dura jusqu’au soir, comme s’il y avait eu bataille acharnée dans la direction de Bétheny. Quelques uns disent que c’est le fort de Brimont que bat notre artillerie.

Jamais le reste de la France ne pourra savoir ce que l’on souffre dans les pays occupés, où la lutte est si intense et où l’on est bombardé sans pitié comme à Reims.

Les troupes sénégalaises défilant devant la Porte e Paris
Les troupes sénégalaises défilant devant la Porte e Paris

Le journal du Rémois Paul Hess

(notre photo: départ des habitants sous les bombardements) 

Nous nous réveillons comme nous nous sommes endormis, au bruit du canon.

Désirant, si possible, avoir un aperçu de ce qui se passe dans les directions nord et est de Reims, où nos troupes étaient dirigées hier, je monte, au début de la matinée vers 8 h 1/2, au troisième étage du bâtiment principal de nos magasins et vais m’installer à une lucarne de son pignon, situé sur la rue de la Gabelle. Je ne croyais pas trouver un si bel observatoire. De là-haut, en effet, ma vue portant parallèlement à la route, je vois parfaitement la ligne d’horizon donnée par les hauteurs juste en face, des bouches à feu en action, que je ne vois pas, mais dont la présence se révèle fréquemment par les petits nuages noirs paraissant de-ci de-là, suivis quelque temps après par les détonations de départ des projectiles. Les Allemands, dans leur retraite, ont pu assurer l’occupation de ces points élevés à leur artillerie et c’est de ces endroits et d’autres, dominant Reims, que nous entendons maintenant le canon tonner sans arrêt ; la veille au soir, les extrémités du faubourg Cérès et le quartier Cernay ont reçu quelques obus.

Je vois très bien également, mieux encore qu’avant-hier 12, lorsque je regardais dans la direction des Mesneux, les éclairs et les flocons de fumée produits en l’air par l’éclatement des shrapnels destinés à nos malheureux troupiers qui, hier, partageaient notre bonheur et depuis ont dû être contraints de rester aux limites de la ville, ou à peu près.

Il me semble que mes deux fils aînés pourraient venir examiner un instant, auprès de moi, ce triste spectacle qu’offre la guerre, puisqu’il nous est permis de le considérer partiellement et je descends, afin d’aller les chercher à la maison. Par exemple, ce que je n’avais pas prévu se produit. Après mes explications, toute la famille – c’est-à-dire ma femme et nos quatre enfants – piquée de curiosité, remonte avec moi.

Nous regardons à la jumelle encore quelques coups partir et chaque fois qu’est apparu un nouveau nuage noir, qui grossit à vue d’œil, nous percevons ensuite le son vibrant du départ. Il y a déjà une demi-heure environ que nous sommes apostés devant notre lucarne, où nous nous remplaçons les uns après les autres, lorsqu’à certain moment, nous voyons surgir un amas de fumée plus blanc et beaucoup plus volumineux que les autres ; nous attendons, comme auparavant, le bruit de la déflagration qui nous semble devoir être formidable, car il n’est pas douteux que c’est une grosse pièce qui a tiré. Soudain, le sinistre sifflement du projectile envoyé par ce coup nous annonce le passage, tout près, de l’obus.

Malheur ! cela aussi est de l’imprévu. Notre stupéfaction est grande, mais de courte durée heureusement ; nous avons ressenti ces terribles émotions le 4. L’engin a déjà fait entendre son explosion d’arrivée à courte distance et il n’est pas seul car en voici d’autres qui sifflent. Oh ! l’effroyable chose que la surprise d’un bombardement subit.

L’observatoire a été vite abandonné ; en un rien de temps, nous sommes dans les escaliers que nous dégringolons quatre à quatre. Les enfants eux-mêmes ne montrent pas d’affolement. C’est vers la cave que nous sommes naturellement attirés pour assurer notre sécurité.

Dans la cour, qu’il nous faut traverser, nous voyons le concierge de l’établissement, sa femme et sa petite-fille tenant dans ses bras son enfant nouvellement née, qui viennent nous demander de les accueillir dans notre cave ; ils auraient pu s’abriter dans celle qui se trouve de leur côté mais ils préfèrent ne pas être seuls.

Nous nous installons donc comme nous le pouvons, assis sur deux chantiers ou sur les dernières marches de l’escalier, écoutant les sifflements suivre les sifflements au milieu des éclatements d’arrivée.

A l’appréciation approximative de la direction et de la distance, il nous semble que les obus tombent principalement vers l’hôtel de ville ; notre quartier ne paraît pas visé aujourd’hui. De nouveaux sifflements et de nouvelles explosions ne nous permettent cependant pas de remonter. Cela dure une partie de la matinée.

Dès que le calme est revenu, après onze heures, je sors et pars vers l’hôtel de ville. J’apprends en chemin, de M. Ebaudy, de la compagnie des Sauveteurs, que le premier obus, celui que nous avons si bien entendu siffler et – je crois pouvoir le dire – que nous avons même vu partir, est tombé à l’angle de la maison n° l, rue Thiers, tuant six personnes dont deux à l’intérieur de la maison.

En effet, plus tard on précisait que les victimes qu’il avait faites étaient, en dehors de Mlle Lucie Chenot, 29 ans et sa bonne, Mlle Olive Grosjean, 26 ans, habitant la maison n° 1 rue Thiers : le lieutenant-colonel de Lanzac de Laborie, du 3e Spahis, détaché au centre des hautes études militaires, tué ainsi qu’un gendarme de la légion, nommé Bollangier, paraît-il, qui sortaient des bureaux de l’Etat-major, rue des Boucheries et arrivaient rue Thiers, avec un officier allemand prisonnier, lequel a été blessé seulement. Le même obus a tué encore un soldat du 33e d’infanterie, probablement du même groupe et une femme inconnue, de 60 à 70 ans, qui passait également rue Thiers. Ses éclats blessaient en outre, grièvement, M. Hubled, 48 ans, qui se trouvait sur la place de l’hôtel de ville.

Tout le quartier de l’hôtel de ville est saccagé, notamment la rue Thiers où je remarque particulièrement l’hôtel de Metz (BayleDor), au n° 39, en grande partie démoli et l’immeuble Cama, ainsi que les rues des Consuls, de Mars, du Petit-Four, de la Tirelire, des Ecrevées.

L’école de la rue des Boucheries, où les services de l’Etat-major étaient à peine installés, a reçu un obus qui a mis le feu aux combles ; trois soldats y ont été blessés dont un très grièvement et dans l’ensemble, tout le quartier environnant présente un aspect de désolation véritablement navrant. Une large traînée de sang allant de la rue des Consuls à la place des Marchés a été laissée par un cheval blessé, qui est allé s’abattre à ce dernier endroit.

On apprend encore que, dans la matinée aussi, un obus détruisant une maison habitée par la famille Sorriaux, rue Croix-Saint-Mars 139, a anéanti toute cette famille, composée de : Mme Sorriaux, 39 ans ; Albertine Sorriaux, 17 ans ; Paul Sorriaux, 11 ans et René, 3 ans.

L’après-midi, vers 13 heures, l’ambulance de la Croix-Rouge installée dans l’établissement Sainte-Marie-Dupré, 270, avenue de Laon et 10, rue Boudet, désignée sous le nom d’Hôpital auxiliaire de la Société française de secours aux blessés militaires n° 47, est atteinte par deux obus se succédant à courte distance l’un de l’autre.

Parmi les nombreux soldats blessés qui étaient soignés en cet endroit, une quinzaine sont tués sur le coup et deux autres rendent le dernier soupir après quelques heures de cruelle agonie.

Deux infirmières et un jeune homme qui se dévouaient autour de ces malheureux, sont également victimes ; ce sont :

Mademoiselle Germaine Gosse, 20 ans Madame Fontaine-Faudier, 25 ans Monsieur Léon Bobenrieth, 16 ans

pour lesquels un service fut célébré à l’église Saint-Thomas, le 17 septembre 1914, à onze heures, avec lieu de réunion indiqué, dans un avis de L’Eclaireur de l’Est du 17 septembre, 270, avenue de Laon et inhumation au cimetière du nord.

– Sur la fin de l’après-midi, au cours d’une nouvelle tournée dans le quartier de l’hôtel de ville et environs, je vois, auprès de la porte Mars, les cadavres des deux chevaux tués hier à coups de fusil ; les corps des deux Allemands atteints au même moment et déposés d’abord à côté, sur le trottoir, ont été enlevés.

A mon retour, le bombardement ayant repris, il nous faut encore, par deux fois, redescendre à la cave.

– La question que l’on se pose, lorsque chacun a pu retrouver ses sens, est celle-ci : que cherchaient les Allemands, ce matin ? Voulaient-ils atteindre l’hôtel de ville, ou ne visaient-ils pas plutôt les locaux que l’état-major venait d’occuper, rue des Boucheries ? La pensée en est venue spontanément à beaucoup des habitants de Reims, quand fut connue la nouvelle que, s’il n’y est plus, il s’y est du moins installé – pas pour longtemps. En ce cas, l’ennemi aurait été vite et bien renseigné par ceux que, vraisemblablement, il aurait laissés derrière lui pour espionner.

D’autre part, ce bombardement d’une ambulance est-il pur hasard ?

Tout ceci produit un trouble considérable dans les esprits. L’indignation est générale et la consternation, en ville, aussi profonde qu’on saurait l’imaginer, après cette terrible journée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s