54/Journal de la Grande guerre: le 27 septembre 1914

Dimanche 27 septembre

Lu dans Le Miroir (N°46 et 47) en date du dimanche 27 septembre

Bien que la bataille entre Oise et Somme, apparemment entre Roye et Saint-Quentin, soit très violente, nous avons progressé. Progrès aussi entre Oise et Soissons. Les troupes allemandes qui avaient franchi la Meuse aux environs de Saint-Mihiel ont été, en très grande partie, rejetés dans le fleuve. En Woëvre, nous avons refoulé avec de très grosses pertes le 14 ème corps allemand, qui passait pour être des meilleurs.

Les Russes ont refoulé vers Cracovie précipitamment. Ils ont pris Turka qui commande le défilé des Carphates vers Budapest (…)

Les Allemands continuent à se fortifier en Belgique, aux approches de  Bruxelles et 40.000 d’entre eux camperaient à Waterloo.

images-1Les marins de la canonnière française « Surprise » ont occupé une partie du territoire congolais cédé en 1911 à l’Allemagne.

Journal du rémois  Henri Jadart

La messe est dite à la chapelle Saint-Vincent, rue du Couchant, depuis que la cathédrale est fermée au culte. A 9 heures, départ pour la Haubette; nous constatons qu’on a ouvert une tranchée sur la Vesle, près du pont du chemin de fer et au sortir de la rue Libergier.

Beaucoup d’habitants s’éloignent comme nous tous les matins, et il y a aussi des départs incessants de convois militaires.

-Une bataille est engagée dans le Nord; toute la matinée on entend le canon et l’on aperçoit des fumées blanches. L’après-midi, un temps un peu brumeux. Nous allons au village des Mesneux, où il reste sur les portes des traces de passages des ennemis; on me montre vers le mont de la Sablière les tranchées où l’on a bombardé Reims le 4 septembre.

Les automobiles des Anglais passent vers 6 heures sur la route de Paris, venant de nos batteries et retournant vers la montagne. Il y a là des artilleurs de haute stature impossible sous l’uniforme et que la foule acclame longuement. Nous n’avons pas eu de bombes en ville dans la journée; la nuit est calme et le canon reprend, lentement, que la matin.

Journal du rémois Paul Hess (extrait)

On apprend qu’hier après-midi, un officier général aurait été tué aux portes de Reims, près de la route de Cernay, au moment où il inspectait les batteries. C’est, parait-il le général Battesti. (lire notre journal de guerre en date du 25 septembre)

Arrivée à Tournai après l’invasion allemande
tournai01
goumiers algériens arrivés à Tournai ce 27 septembre 1914

C’est le dimanche 27 septembre vers 18 heures qu’arriva à la gare de Tournai, venant de Gand, le général-major FRANTZ et son état-major avec une centaine de gendarmes ; ces hommes occupèrent la caserne de gendarmerie, rue de la Citadelle.Les Tournaisiens avaient déjà dû souffrir de la première invasion allemande (témoignage du général major Frantz de l’armée belge) 

http://www.association14-18.org/actualite/tournai_1914.htm

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s