59/ Journal de la grande guerre: le 2 octobre 1914

Vendredi 2 octobre 1914

Journal du rémois Henri Jadart

On a entendu le canon cette nuit, de 2 à 4 heures, du côté de Cernay;la matinée est tranquille. Nos troupes approchent Reims à l’Ouest, vers Bezannes, et l’on interdit, me dit-on l’accès du village.

(…)A la bibliothèque on remet des vitres  dans toutes les salles, les meubles et les livres sont en bon état.

En ville, la maison des Musiciens-18 et 20 rue de Tambour- n’a pas été atteinte, mais il a fallu étançonner les deux dernières statues de gauche, à cause de l’état de la maison voisine- N°22, dite « Palais Royal »- dont un obus a défoncé la toiture et la muraille, à l’endroit des baies gothiques et des frises; la porte et les vantaux sont intacts.

Je passe au marché où la maison des bois n’a aucune blessure. Celle de gauche, pourtant a souffert.

A la cathédrale, M.l’abbé Divoir m’apprend la mort du maitre sonneur Stengel, qui a succombé suite à une blessure reçues pendant le bombardement.

On n’entend le canon que vers 5 heures et demi et lorsque nos batteries tonnent, on croit entendre l’éclatement  des bombes (…)

Deux bombes sont cependant tombées dans la journée sur la filature du Mont-Dieu; elles ont causé de grandes pertes à l’établissement.

Journal du rémois Paul Hess (extraits)

L’Eclaireur de l’Est qui avait dû cesser sa publication par suite de dégâts considérables occasionnés par des obus, dans son immeuble, 11, rue du Cloître, reparaît aujourd’hui.

En guise d’adieu, (s’il ouvrit être définitif), les Allemands ont dirigé leur feu avant hier soir (ndr: 30 septembre)sur ce qui fut avant la guerre, le parc d’artillerie de Reims. Ce parc reçut un nombre respectable d’obus, qui ne parvinrent que quelques centaines de vieilles cartouches à blanc, qui étaient devenues même inutilisables pour les exercices des sociétés de tir et de préparation militaire. Ce piteux exploit n’ajoutera rien à la gloire des soldats de Guillaume II. En France, nous appelons cela : »jeter de la poudre aux moineaux. »

Plusieurs avis importants

Le Courrier de la Champagne publie plusieurs avis:-

Le premier avertit les propriétaires, locataires ou entrepreneurs qui ont besoin de faire des recherches dans les décombres des maisons incendiées ou bombardées. « Ils doivent être munis d’une autorisation du commissariat de police de leur canton (…) Et de menacer: « toutes les personnes rencontrées sans autorisation sur les décombres ou dans les maisons abandonnées seront livrées à l’autorité militaire qui leur appliquera les peines les plus rigoureuses.  » (…)

-La paroisse Nottre-Dame donne les horaires de messe et annonce que le 9 octobre la messe à la chapelle de la Mission sera donnée par son éminence le Cardinal (…)

Sur les marchés.-On apprend que le grand marché du mercredi était peu approvisionné en dehors des légumes apportés par les maraîchers. Quelques prix sont fournis:

« Peu de pommes de terre dont le cours est relativement élevé: les rondes sont vendues à,25F le kilo; les longues jaunes et les bluffs: 0,35F le kg. Les oeufs peu abondants sont livrés à 2,25 et 2,75F la dz. Volailles et lapins sont rares et à des prix variables, mais sensiblement chers. A la criée municipale: la viande de boeuf est vendue à 1,60F à 2F le kilo. »

Lorraine, pas allemande.-Une habitante de Reims tient à publier cet avis: « Mme Eugène Bernier, 79, Place Luton, dont la maison a été en partie détruite par une bombe prussienne, soupçonnée injustement parce qu’elle connaît l’allemand, avertit qu’elle est née à Forbach (Lorraine); que son mari Eugène Bernier, français a fait son service militaire en France et que son fils, Gabriel Bernier, soldat au 164 ème de ligne, est peut-être actuellement tombé au service de la France. Si l’on désire plus amples renseignements, prière de s’adresser à Mme Bernier elle-même. »

Humour dans L’illustration

L'illustration du 17 octobre 1914
L’illustration du 17 octobre 1914

 Lu dans Le Moniteur en date du 2 octobre 1914

Progrès des troupes alliées au nord de la Somme, une attaque furieuse des Allemands ayant été écrasée à Roye; Avance marquée de nos troupes dans l’Argonne et dans la Woëvre.

L’offensice  allemande a été décidément vaincue sur le Niémen (…)

Deux Taubes qui venaient sur Paris ont été arrêtés par nos aviateurs et ont fait demi-tour.

 

Première batailles d’Artois

http://www.crequy.com/artois%201.htm

AUGUSTE MASSACRIER, écrivain – Tué le 2 octobre 1914 à La Chavatte

http://andrebourgeois.fr/ecrivains_morts_a_la_guerre.htm

Le 2 octobre 1914 du 22 ème RI près de Péronne (Somme)

http://laboutiquedelatelier.wifeo.com/documents/ri-022.pdf

Création de l’escadrille MF 33 à Tours le 2 octobre 1914

033_hache_rouge_blanc

Créée à Tours, le 2 octobre 1914, l’escadrille MF 33 est équipée de sept Maurice Farman MF 7. Elle est initialement plaçée sous le commandement du capitaine Alfred Bordage.

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille033.htm

http://www.80ans-armeedelair.fr/70-ans-de-la-disparition-de-saint-exupery-cognac/evenements/les-100-ans-creation-sal-33

Lettres de Guerre du Poilu Augustin ASTRUC

Capture d’écran 2014-09-28 à 10.05.49Extrait du carnet tenu par Augustin Astruc  mobilisé dans la réserve du 142 ème RI.  « Une correspondance de guerre, conservée
précieusement par Honorine, est publiée ici pour
que le courage et les sacrifices d’Augustin, et de
tous les poilus, restent à jamais dans notre
mémoire. « 

Mende le 2 Octobre 1914.
Ma Chérie,
… Ce matin j’ai été à la visite. Je n’ai point trouvé Mr Bessière commode. Parce que j’avais un
certificat de Mr Bonnel, il n’a presque rien voulu savoir et m’a seulement exempté de service pour
aujourd’hui. Je vais y retourner demain et après demain si c’est nécessaire, d’ailleurs il n’a pas eu le temps de
m’examiner la vue. Demain donc on va tenter un nouvel assaut. Mais qu’en arrivera-t-il ? …
Augustin

POUR DECOUVRIR CE SITE EMOUVANT:

http://genea.beys.free.fr/gevaudan/ASTRUC%20Augustin_lettresdeGuerre_1914_et_1915_extraits.pdf

Les otages regroupés de la région d’Hirson

91298954

http://jjthomas.canalblog.com/archives/2013/11/11/28379931.html

Eclats de rire d’un poilu le 2 octobre 1914

caporal-poilu-1914_thumb2 octobre 1914… Nous avons quelquefois dans nos cantonnements des aventures qui nous font bien rire. Il faut te dire bien vite que nous avons pour habitude de rire de peu de chose.

(extraits du livre Paroles de Poilus de Jean-Pierre Guéno )

http://www.reportages-temoignages.fr/eclats-de-rire-dun-poilu/

Au Havre, mise sous séquestre  des marchandises de société aux capitaux allemands

http://books.google.fr/books?id=jQp6ThrwM_kC&pg=PA114&lpg=PA114&dq=2+octobre+1914&source=bl&ots=hXPqAoZOK6&sig=oK7BZuiJGY6nU8EZ7lL3mFwXZl4&hl=fr&sa=X&ei=VrwnVPiGKY7jaNXUgeAM&ved=0CFQQ6AEwCTgK#v=onepage&q=2%20octobre%201914&f=false

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s