(2) (vidéo) 11 novembre à Reims Arnaud Robinet appelle à « une vigilance collective »

Le 96 ème anniversaire de l’Armistice a été l’objet de plusieurs rendez-vous à Reims en cette année du Centenaire de la Première guerre mondiale. Avec la participation remarquée de la chorale de la Maîtrise de la cathédrale

LA VIDEO

hqdefault

Par Alain MOYAT

https://www.youtube.com/watch?v=gMiJp3jb9dQ

Réunis en début de matinée sur le plateau du fort de la Pompelle dominant la ville de Reims et présentant ses collines alentours envahies par une superbe lumière, anciens combattants, élus, monde associatif, enseignants accompagnés de nombreux écoliers et collégiens ont tout d’abord inauguré le premier parcours « Chemin de mémoire » créé par la ville et l’Office de tourisme pour perpétuer la mémoire de plusieurs sites du Pays rémois marqués par la guerre 14-18 .

Dévoilement d’une plaque commémorative inaugurant officiellement  le Fort de la Pompelle agrandi et réaménagé, dépôt de gerbes et de roses au pied de la stèle aux combattants de la Pompelle et au monument au corps expéditionnaire russe représenté par Alexandre Orlov, ambassadeur de la fédération de Russie en France (1), la cérémonie a été ponctuée par une intervention du député-maire de Reims Arnaud Robinet. dont voici l’essentiel.

11 NOV A2
Une délégation de jeunes étudiants russes étaient présentes aussi au Fort de la Pompelle

Des parcours chemins de mémoire

inauguration du premier "chemin de mémoire"
inauguration du premier « chemin de mémoire »

« En ces lieux qui furent la clef de voûte du système de défense de Reims, 10.000 alliés périrent pour assurer la défense de notre ville jusqu’à la victoire de 1918. Ces héros, ces résistants héroïques… ont à jamais inscrit la Cité des sacres au rang des grands témoins des guerres qui ponctuèrent le XX ème siècle.

Si la valorisation historique et muséographique du Fort de la Pompelle témoigne de notre volonté de faire ce lieu de mémoire un élément majeur de notre patrimoine historique, sa préservation concoure également au devoir de mémoire et de transmission de notre patrimoine historique commun notamment auprès des plus jeunes.

Désormais, pour se souvenir de ce passé douloureux, pour comprendre ces temps de notre histoire qui marquèrent de nombreuses générations. »

Seconde phase de travaux en décembre

11NOV 2014 2
Pour la troisième fois cette année, le fort de la Pompelle a été inauguré! deux fois par le député maire (via une pré-inauguration)et une fois par le président de la République François Hollande !

« Le Fort dispose d’atouts pédagogiques, des outils modernes qui sont entièrement au service de la Mémoire et de sa transmission, des outils dont nous allons poursuivre le développement puisque la deuxième phase de travaux du Fort débutera dès décembre prochain. Je viens en effet d’apprendre avec plaisir que suite à ma demande de juillet au Président de la République cet investissement sera soutenu à hauteur de 150.000€ par l’Etat. »

Des écoliers devant la stèle édifiée à l'ont"rieur du Fort de la Pompelle
Des écoliers devant la stèle édifiée à l’ont »rieur du Fort de la Pompelle

 Etre vigilant, développer les valeurs d’ouverture d’esprit, de respect mutuel et de tolérance

le député-maire Arnaud Robinet a lancé un appel à une "vigilance collective"
le député-maire Arnaud Robinet a lancé un appel à une « vigilance collective »

Le député-maire Arnaud Robinet a ensuite invité jeunes et moins jeunes à un vrai devoir de vigilance accrue, « les mêmes causes produisant les mêmes effets.

« Le XX ème siècle fut un des siècles où furent perpétrés les plus tragiques abominations et qui fut marqué par les plus grandes espérances.

Le XX ème siècle était plein de promesses :

-le commerce mondial était florissant,

-les progrès techniques tant en matière d’énergie qu’en termecde communication ouvraient, grâce à l’électricité, aux premières voitures, premiers avions, premiers téléphones, de nouveaux espoirs de mieux vivre à nos sociétés ; mais la crise financière de 1907 entraîna son lot de faillites, chômage et misère.

Inquiets, nos peuples se terrèrent derrière le protectionnisme et s’abritèrent derrière un repli identitaire qui laissa rapidement place aux idéologies totalitaristes antidémocratiques.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les circonstances qui conduiront à la Première guerre mondiale, conduiront à favoriser la seconde guerre mondiale un peu plus de 20 ans après l’armistice de 1918.

En observant ce qui se passe aujourd’hui dans nos pays européens, en observant combien l’attrait de l’extrémisme et du repli sur soi devient une tentation, je ne peux qu’en appeler à la vigilance collective. En tant qu’élus, en tant que représentants institutionnels, à l’écoute des préoccupations de nos concitoyens, nous entendons les inquiétudes face à l’avenir que suscite la situation actuelle et nous en tenons compte.

Certains événements de l’actualité nationale et internationale, comme certaines tensions aux frontières de notre pays et de notre continent, nous renvoient à notre histoire. Les mauvais choix et les postures irresponsables d’aujourd’hui pourraient être lourds de conséquences pour demain… Notre vigilance doit donc être collective !

Mais, pour être vigilants… Nous devons à la fois comprendre et faire comprendre, apprécier et faire appécier, … les valeurs d’ouverture d’esprit, de respect mutuel et de tolérance.

Nous le devons à tous ceux qui nous ont précédés et dont nous honorons la mémoire aujourd’hui.

N’oublions pas qu’ils ont combattu pour la France et pour les valeurs qu’elle incarne.

N’oublions pas que nombreux perdirent ici même la vie en défendant un idéal de justice, de tolérance, de démocratie, de liberté et d’humanisme.

Nous le devons pour préserver intacte leur mémoire !

Nous le devons aux plus jeunes de nos cncitoyens pour lesquels nous nous efforçons de préserver la paix et de construire un avenir meilleur.

Nous le devons à tous ces enfants qui aujourd’hui sont venus inaugurer cette place forte de la résistance de Reims, symbole de l’esprit de Liberté qui animait les combattants de 14. »

 Les jeunes pour perpétuer la Mémoire

11NOV 2014 12
Près de 200 enfants, écoliers et collégiens ont participé aux cérémonies

Du début à la fin des commémorations de l’Armistice qui leur ont laissé une grande place, le député maire a aussi insisté sur l’importance de la présence de nombreux jeunes ce matin : écoliers de Charles Arnould, Joliot-Curie, Paul Bert, Thillois et Notre-Dame ; des collégiens de Paul Fort, le conseil municipal des jeunes.

« Votre présence ce matin est fondamentale et c’est pourquoi j’ai souhaité que ce soit vous qui inauguriez ce fort de la Pompelle en ce jour symbolique.

(…)Le travail de mémoire s’impose à Reims comme une réalité de chaque jour et un souci de chaque instant : d’expositions en ateliers, de concerts en colloques, d’événements en commémorations, du cinéma aux tables des cantines de vos écoles, les scientifiques, les auteurs, les artistes, les associations, les agents de la ville, vos enseignants, vous permettent d’appréhender la résonance particulière de ce Centenaire de la grande guerre dans votre ville.

Aujourd’hui votre présence permet de tourner ces temps de souvenir vers l’avenir.

Demain, c’est vous qui perpétuerez la mémoire vivante. »

Médailles, gerbes, musique, chansons, Place de la République

A 11 heures, la cérémonie organisée devant le monument aux morts inauguré par le maréchal  Pétain sitôt la guerre, a aussi été haut en couleurs.

En plus de l’harmonie municipale, en plus des anciens combattants, des sapeurs pompiers, de nombreux militaires , on a pu constater la présence d’un public plus important qu’à l’accoutumée.

Et pour la première fois le choeur de la maîtrise de la cathédrale a chanté de divine façon. La Marseillaise avec le concours de l’harmonie municipale, mais aussi dues autres morceaux musicaux: « le soldat » de Florent Pagny avec le jeune choriste Thiago Cardoso (notre vidéo) et « Pueri ornes pacem Dei cantabunt’ avec Jules Janin Sartor.

Deux civils, deux militaires et un chien militaire ont eu les honneurs de la République avant que sous la halle du Boulingrin Marc Christophe ne reçoive l’Ordre national  du Mérite des mains du colonel Carminati, 92 ans et toujours bon pied, bon oeil.

La journée commémorative s’est terminée par une autre cérémonie au cimetière du Nord

(1) on pouvait remarquer aussi la présence de Catherine Vautrin, présidente de Reims métropole, le sous préfet Michel Bernard, Hubert Walbaum président de l’association des amis du Fort de la Pompelle,

A SUIVRE

Alain MOYAT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s