(Diaporamas)A Prunay: exceptionnelle reconstitution pour le centenaire

 17 11NOV PRUNAY
Bataille de tranchées, prisonniers, blessés et même… bombardement. Quand Prunay commémore 1914, c’est en mettant carrément en scène les événements

Texte et photos Françoise Lapeyre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« On a passé la nuit dans la tranchée, on a subi deux assauts et ce matin, on a réussi à faire un prisonnier ! » : En voyant la tenue flambant neuve du « poilu » Jean-Claude Bastien, on a du mal à croire ses paroles ! Pourtant, la tranchée est bien là, dans le sol un obus est fiché, quelques hommes se réchauffent autour d’un feu de camp. D’ailleurs, dans le champ, un tir commence… un soldat allemand se rend et s’avance, mains sur le casque, vers… le public qui applaudit ! Car tout ceci n’est qu’une reconstitution, pour le plus grand plaisir des visiteurs de « 1914-Prunay, un village sur la ligne de front ». « Cela fait un an de travail, une semaine de préparation et installation et une journée complète à être sur le pied de guerre. Mais on a encore plus de monde que l’an dernier. Des visiteurs qui viennent et… restent ! » se félicite le maire, Frédéric Lepan. Sous la tente du poste médical, des infirmières de la Croix-Rouge soignent les blessés… qui reviennent de l’assaut. « Un caporal en képi de fantaisie, s’en fut trouver Madelon un beau matin » : Cette chanson et d’autres de « ces années-là » sont reprises par le public. Des enfants font cercle autour de « taxis de la Marne » et de « biplans » en carton. « On les a découpés et assemblés en classe » explique Nicolas, 8 ans. On se voit offrir un verre de « soupe du poilu » par Mauricette, la cantinière : Préparée avec les légumes du potager de l’école qu’encadre Maurice Jacqueminet, elle est délicieuse ! A l’extérieur, un avion survole le terrain… Piloté par Guillaume Hubsch, il largue… une bombe, qui descend lentement, au bout d’un parachute… Ouverte, elle contient… des cartes postales ! Ecrites par les enfants : « Faisons la paix avec les allemands »(Chloé, 9 ans). Un mot d’enfant adapté à une commémoration d’Armistice…

Ce diaporama nécessite JavaScript.