125/journal de la grande guerre/7décembre 1914

Journal du rémois Paul Hess (extraits)

« Détonations formidables des grosses pièces. Bombardement le soir, vers la rue des Romains. »

Décision du 118 ème RIT de Verzenay

*Indiscrétions. – Le général commandant le secteur recommande aux militaires de tous grades d’éviter dans leur conversation, soit entre eux, soit avec des particuliers, de parler de choses militaires que des oreilles malveillantes pourraient recueillir. Il rappelle en outre que tous les repas doivent être pris en commun et que nul ne doit accepter d’invitation particulière sans autorisation des chefs de corps ou de service.

http://vieuxpapiers.canalblog.com/archives/2005/12/07/1082760.html

 Prise de la Fontaine du Père Hilarion (Lorraine)

fontainephfin14deb15-1

La 73e DI lance l’attaque le 7 décembre 1914, avec sept bataillons (167e, 346e, 353e, 369e RI et 47e RIT), sous les ordres du Lieutenant-Colonel Pourel  (Commandant le 353e RI, qui décèdera de ses blessures le 24 Septembre 1916). L’assaut est appuyé par six pièces de 90,
huit mortiers de 150mm, quelques canons de 155 « court ». Sont également utilisés des canons de 75mm placés à « La Folie » au Nord-Est de la forêt de Puvenelle. La veille, le Lieutenant-Colonel a informé le Colonel Riberpray que la progression de nos troupes, après un intense travail de sape, « a continué jusqu’au réseau de fil de fer. Ce dernier a 10 à 12m de profondeur et touche la tranchée allemande. Le réseau de fil de fer sera entamé demain matin. Nous arrêtons nos dispositions de combat ».

http://167e.regiment.free.fr/167eregimentinfanteriedecembre1914.html

Prise de Vermelles (Pas de Calais)

inkwell

Faits relatés dans le J.M.O. du 280e R.I au 7 Décembre 1914
Pendant la nuit du 6 au 7, l’ennemi évacue le village de Vermelles et la route au N.E. suivi de prés par les patrouilles au contact et par les 2 Compagnies de 1ère ligne de chacun des 5e et 6ème bataillon (17e, 18e, 23e, 24e compagnies) bientôt soutenues par les Compagnies de 2ème ligne.

http://fred003610.free.fr/wordpress/?page_id=10385

La Belgique fait usage d’autos blindées

Capture d’écran 2014-11-26 à 11.20.59

1914 La première et la seule, la Belgique fait usage d’autos blindées: Tome I. Par Françoise Arnaud

http://books.google.fr/books?id=kjY3BAAAQBAJ&pg=PA506&lpg=PA506&dq=7d%C3%A9cembre+1914&source=bl&ots=4eaNzEvWWu&sig=nq3YOCPL3Oe9zxm3IIvodbs24aQ&hl=fr&sa=X&ei=Ial1VLPKMYnUarjwgNAM&ved=0CEsQ6AEwBzhQ#v=onepage&q=7d%C3%A9cembre%201914&f=false

Bataille des Malouines

scharnhorst

Le bombardement de Scarborough a été décrit comme la vengeance pour la bataille au large des Malouines, le 7 Décembre 1914, seulement neuf jours avant le raid allemand sur Scarborough. Ce qui suit est une description de la bataille des Malouines comme on le voit par un marin Scarborough qui était à bord du HMS Invincible (…)

http://www.scarboroughsmaritimeheritage.org.uk/afalklands.php

voir aussi: http://bataillescelebres.esy.es/pacifique1914/index.html

Un appel du pape à respecter Noël

Le 7 décembre 1914, le pape nouvellement élu, Benoît XV, avait publiquement exprimé son espoir de voir « cesser le fracas des armes lorsque la chrétienté célébrerait la fête de la Rédemption du monde. » Mais l’appel du pape était resté largement ignoré. Pour l’Eglise orthodoxe, Noël tombait le 7 janvier et non le 25 décembre, ce qui constituait un handicap pour un cessez-le-feu sur le front oriental. De même au Moyen-Orient et en Extrême-Orient, l’idée d’un Noël pacifique ne signifiait rien, ni pour la Turquie islamique (engagée du côté de l’Allemagne) ni pour le Japon ( combattant avec les Alliés). Le gouvernement allemand accepta la proposition du pape. Mais pour les Alliés cette proposition revêtait peu de sens. C’était l’Allemagne qui avait déclenché les hostilités, envahi les territoires et menacé leurs peuples. Un cessez-le-feu, ne serait-ce que d’une journée, prolongerait l’épreuve des populations française et belge occupées, que les forces alliées devaient libérer le plus vite possible

http://www.college-podensac.fr/spip.php?article343

Lu dans Le Miroir en date du lundi 7 décembre 1914

France.-C’est notre artillerie lourde qui donne sur diverses parties du front. Elle a imposé silence à l’artillerie ennemie dans l’Argonne.

Les Allemands se sont légèrement repliés, pour prendre des positions nouvelles, à l’est de l’Yser. Ils prépareraient de ce côté l’attaque déjà annoncée, mais l’état moral de leurs troupes devient de plus en plus défectueux.

Le roi Georges V est rentré en Angleterre.

Les troupes russes ont dispersé une colonne allemande sur la chaussée Pabianitsé-Laske, au sud-ouest de Lodz. Près de cette ville et à Lovicz, l’artillerie russe a infligé à nouveau d’énormes pertes aux corps de Hindenburg.

Dans l’Arménie turque, la rigueur du climat ralentit nécessairement les opérations.

Marine.-« Le Goeben » a été très fortement avarié au cours de son combat récent avec la flotte russe. Il en est de même du croiseur ottoman Hamidieh qui a touché une torpille.

Les Serbes reprennent l’avantage sur les Autrichiens au nord-ouest. M.Pachitch a reconstitué son cabinet.

Italie.-M.Giolitti, l’ancien premier ministre, le prédécesseur immédiat de M.Salandra, a fait de sensationnelles révélations à la Chambre italienne.

Le 9 août 1913, déjà, l’Autriche voulait envahir la Serbie et avait réclamé, au cas de guerre européenne, le concours armé de l’Italie. Mais MM Giolitti et de San Giuliano répondirent au comte Berchtold que l’offensive était prise par le cabinet de Vienne et que les accords tripliciens ne visaient que le cas de la défensive.

La Suède émet un emprunt afin de pouvoir se procurer des matières premières et des vivres.

D’après un rapport du Bankverein suisse, les puissances européennes ont emprunté 25 milliards et demi depuis le 1 août 1914.