147/journal de la grande guerre: le 29 décembre 1914

Journal du rémois Paul Hess (extraits)

Nuit calme. Bombardement dans al journée. Reims paraît vide (…)On peut évaluer sa population à peu près au 1/6 ème de ce qu’elle était avant la mobilisation (…)Dans ces derniers jours de l’année 1914, après trois mois et demi de bombardements ayant provoqué une partie des départs, ne comptait plus guère que vingt mille âmes (…)

On lit dans « le Courrier« Drames de la misère

Samedi matin, M.Cugniat Jean-Baptiste, 54 ans, ouvrier agricole, domicilié avenue d’Epernay 72, a été trouvé mort dans une cave de la rue de Courlancy, où il avait pris refuge. Ce malheureux avait succombé aux privations et au froid.

Dimanche, des voisins surpris ne ne plus voir une veuve Michel, 65 ans, demeurant Place Drouet d’Orlon 12, firent part de cette disparition à M.le commissaire de police du 1er canton. Ce magistrat se rendit au domicile de cette femme qu’il trouva morte, elle aussi, de privations, à la suite du départ des siens, on ne sait où.

Sur le site de Dominique Fradet

29 décembre 1914. – Reims. – Violente tempête causant d’importants dégâts en ville.

http://www.editionsfradet.com/14-18-dans-la-marne.html

Combats de Reims du 347 ème Ri

37664219_qEntre 22 et 23 heures les Allemands ont lancé des grenades sur la tranchée de la Noé, tuant 2 hommes et blessant légèrement 3 hommes au poste d’écoute de droite (24è Cie).
A 23 h notre artillerie a obligé l’ennemi à cesser son tir de grenades.

L’un des hommes tués était le Soldat Gabriel LEPAGE, qui venait de fêter son 35è anniversaire quelques jours auparavant.

http://347ri.canalblog.com/archives/2009/10/29/15576646.html

Décision au 118ème  RIT de Verzenay

« remplacer les pantalons gris par des pantalons rouges »
  1. les chefs de bataillon feront connaître pour demain s’ils ont gardé dans leurs caisses de bataillon, des pantalons rouges suffisamment bons pour remplacer qui dans la suite deviendraient par trop mauvais ; dans la négative en faire prendre un certain nombre au magasin ; de plus remplacer immédiatement tous les pantalons beiges par des pantalons rouges et faire confectionner pour tous les hommes qui en sont dépourvus des pattes d’épaules en drap rouge ou beige à défaut d’autre drap.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.

http://vieuxpapiers.canalblog.com/archives/2005/12/29/1135009.html

Sainte-Ménehould le 29 décembre 1914

A lire sur le blog: « la représentation du soldat durant la grande guerre »

http://crdp.ac-amiens.fr/historial/soldat/barb_barb1_texte3.html

 Ecrivain mort à la guerre

Capture d’écran 2014-12-15 à 11.01.53Paul Cornu- 1881 – 29 décembre 1914 à Commercy d’une fièvre typhoïde. Né à Livry (Nièvre) le 15 août 1881, Ecole des Chartes. Militant socialiste, travailla dans divers journaux locaux dans le Nivernais.

 

http://centenaire.org/fr/paul-cornu-15-aout-1881-29-decembre-1914

A Hagenau on enlève les enseignes en langue française

Le 29 décembre 1914, le commissaire annonce au maire que suite aux recommandations de l’agent de police, les enseignes en langue française, sauf quelques unes, ont été enlevées.

http://www.ville-haguenau.fr/archives-municipales-archives-modernes-1914-1918

Guerre au Cameroun

carte_operations_cameroun_1416(…) A l’est, les troupes alliées occupent rapidement Bonga et Zinga dès le mois d’août 1914 mais rencontre ensuite plus de résistance. Bertoua tombe après une sérieuse résistance, le 29 décembre 1914. Si les troupes allemandes sont assez peu nombreuses dans cette région, la progression est lente et difficile en raison de la faiblesse des moyens de transport.

Voir le blog sur ce thème: http://pedagogie.lyceesaviodouala.org/histoire-geographie/app_grande-guerre/pages/page_4a.htm

Poème de Guillaume Apolinnaire à Lou

(le 29 décembre 1914)

Capture d’écran 2014-12-15 à 11.25.47✽ Nîmes, le 29 décembre 1914
Mon Lou la nuit descend tu es à moi je t’aime
Les cyprès ont noirci, le ciel a fait de même
Les trompettes chantaient ta beauté mon bonheur
De t’aimer pour toujours ton cœur près de mon cœur
Je suis revenu doucement à la caserne
Les écuries sentaient bon la luzerne
Les croupes des chevaux évoquaient ta force et ta grace
D’alezane dorée ô ma belle jument de race
La tour Magne tournait sur sa colline laurée
Et dansait lentement, lentement s’obombrait
Tandis que des amants descendaient de la colline
La tour dansait lentement comme une sarrasine.

Le vent souffle pourtant il ne fait pas du tout froid
Je te verrai dans deux jour et suis heureux comme un roi
Et j’aime de t’y aimer cette Nîmes la Romaine
Où les soldats français remplacent l’armée prétorienne
Beaucoup de vieux soldats qu’on n’a pas pu habiller
Ils vont comme des bœufs, tanguent comme des mariniers
Je pense à tes cheveux qui sont mon or et ma gloire
Ils sont toute ma lumière dans la nuit noire
Et tes yeux sont les fenêtres d’où je veux regarder
La vie et ses bonheurs la mort qui vient aider
Les soldats las, les femmes tristes et les enfants malades
Des soldats mangent près d’ici de l’ail dans la salade
L’un a une chemise quadrillée de bleu comme une carte
Je t’adore mon Lou et sans te voir je te regarde
Ça sent l’ail et le vin et aussi l’iodoforme
Je t’adore mon Lou embrasse-moi avant que je ne dorme
Le ciel est plein d’étoiles qui sont les soldats
Morts ils bivouaquent là-haut comme ils bivouaquaient là-bas
Et j’irai conducteur un jour lointain t’y conduire
Lou que de jours de bonheur avant que ce jour ne vienne luire
Aime-moi mon Lou je t’adore Bonsoir
Je t’adore, je t’aime adieu, mon Lou ma gloire

http://www.artyuiop.fr/artyuiop/Apollinaire_poemes_a_Lou_files/artyuiop16A-Guillaume_Apollinaire-Poe%CC%80mes_a%CC%80_Lou.pdf

29th Décembre 1914 – Bataille de Sarıkamış dans le Caucase

never-forget-bannerLes troupes russes d’abord repoussés par les Turcs avant que la situation est inversée. Bataille continue jusqu’au 2 Janvier de 1915.

http://www.ww1worcestershire.co.uk/key-dates/1914/12/battle-of-sarikamish-in-the-caucasus-russian-troops-initially-pushed-back-by-the-turks-before-the-situation-is-reversed-battle-continues-until-2-january-1915/

Vu dans le Miroir en date du 29 décembre 1914

France.-Notre avance s’est poursuivie en Belgique, à l’est de Lombaertzyde, où nous arrivons au centre même de la résistance allemande dans les dunes; nous avons gagné 800 mètres de tranchées à Carency, près de Lens.
Le canon a violemment tonné dans les régions de Reims et de Perthes. Progrès de nos soldats dans l’Argonne et sur les Hauts-de-Meuse. Ils repoussent une contre-attaque allemande en Haute-Alsace, près de Stembach.
L’amirauté anglaise publie un récit détaillé du combat qui a eu lieu devant Cuxhaven, le grand port militaire allemand, entre des hydroplanes britanniques, des zeppelins, des avions et des sous-marins ennemis. Les zeppelins canonnés par des croiseurs rapides qui accompagnaient les hydravions ont dû s’enfuir. Ceux-ci ont bombardé Cuxhaven. L’émotion est grande à Berlin.
Les combats sur la Bzoura, en Pologne, continuent à coûter des milliers d’hommes aux corps de von Hindenburg.
Suivant un grand journal anglais, le Daily Telegraph, ce général immole division sur division dans son effort pour gagner Varsovie. Le kaiser lui a, en effet, enjoint d’emporter cette ville, mais il semble certain qu’il ne la prendra pas.
On se bat également sur la Nida, où les Allemands ont dessiné une violente offensive. Là ils pénétrèrent dans plusieurs villages où ils commirent leurs brutalités coutumières, mais les Russes revenant sur leurs pas, les chassèrent et en capturèrent plus de 3500.
Le gouvernement italien a notifié le débarquement à Valona au gouvernement hellénique. Il est à noter que cette opération suscite quelques réserves parmis les journaux de Rome. Plusieurs d’entre-eux estiment qu’il eût mieux valu concentrer tous les efforts sur le Tyrol et à la frontière orientale.
Les électeurs japonais sont convoqués pour le 25 mars.
Des manifestations anti-allemandes ont eu lieu dans plusieurs villes de la Hongrie.
Plusieurs fonctionnaires ont été arrêtés en Italie pour complicité de contrebande de guerre au profit de l’Allemagne. Le gouvernement de Rome a marqué par là son désir de garder la plus stricte neutralité.
L’Autriche qui envoie le restant de ses troupes disponibles vers les Carpathes en est réduite à la défensive en Bosnie-Herzégovine, où les troupes serbes et monténégrines ont fait irruption de nouveau. La panique règne du reste à Sarajevo, la capitale de la Bosnie, d’où une partie de la population s’est enfuie.
La Gazette de Cologne, qui est un des grands organes officieux du cabinet de Berlin, fait l’apologie du  » mensonge patriotique  » Elle estime que du moment où l’on est entré dans cette voie il n’est plus aucune raison de s’arrêter.
Le Lokal Anzeiger qui est une des gazettes les plus répandues de Berlin, a adressé à un certain nombre de personnalités germaniques, cette question palpitante : pourquoi L’Allemagne sera-t-elle victorieuse? Aucune de ces personnalités n’a mis en doute la victoire de L’Allemagne. La plupart, sans chercher d’autres arguments, ont répondu avec simplicité : l’Allemagne sera victorieuse parce qu elle est l’Allemagne.
Le chef du parti conservateur, M. de Heydebrand, qui a été plus explicite, estime que la Russie n’a plus de troupes, que la France en est réduite à la défensive, que l’Angleterre ne pourra plus débarquer de soldats sur le continent et qu’elle est menacée dans ses ravitaillements futurs. Et ces affirmations extraordinaires, contraires à toute vérité, n’ont surpris personne outre-Rhin.
L’opinion turque est de plus en plus irritée contre les Allemands. Elle croit que ceux-ci sont définitivement et bien battus. Les échecs des forces ottomanes en Arménie et en Egypte ont d’ailleurs quelque peu dissipé la jactance qui régnait à Constantinople. Les hommes politiques de Stamboul, qui suivent de près les événements européens redoutent que la Turquie ne soit entraînée dans la débâcle des deux empires germaniqnes. Et d’ailleurs leur pays manque de plus en plus d’argent et l’Allemagne qui n’en a pas assez pour elle-même se montre de moins en moins généreuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s