169/journal de la grande guerre du 20 janvier 1915

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Aujourd’hui, on peut enfin se procurer, à la maison H.Matot-Braine, des éphémérides et calendriers 1915- introuvables jusqu’alors.

Au 118 ème RIT de Verzenay

*Le ministre des postes rappelle qu’il est formellement interdit de renvoyer du linge sale par la poste ; les militaires qui enfreindraient cet ordre seraient sévèrement punis.

http://vieuxpapiers.canalblog.com/archives/2006/01/20/1178573.html

Les pigeons voyageurs réglementés

RBX_MED_AFF_001_B_1_015

http://paras.forumsactifs.net/t8692-les-pigeons-au-combat

Lettre d’un soldat sur le front à Arras

(…)Je vous disais aussi qu’on voyait du côté des boches des illuminations dans un village détruit par eux et qui paraissait en feu ainsi que la route d’Arras à Béthune qui marque la ligne de leurs tranchées. C’était parait-il pour fêter un anniversaire sans doute celui du couronnement de Guillaume I er comme Empereur d’Allemagne c’est-à-dire l’unification des différents petits états qui, réunis, ont donné la  » plus grande Allemagne ». Cet événement avait eu lieu en effet le 18 Janvier 1871 à Versailles. L’explication est donc tout naturelle. Toujours est-il que les boches avaient sans doute sans grands frais, illuminé leur cantonnement en mettant probablement le feu à quelques ruines . Le procédé est très simple et peu coûteux (…)

http://guerre14menetrier.free.fr/09-200115/surlefront.html

Lu dans le Miroir en date du mercredi 20 janvier 1915

Canonnade en Belgique; duels d’artillerie également autour d’Arras, où la neige ralentit les opérations, mais où nos batteries lourdes ont le dessus.

Allemagne._-Calme rétabli à la Boisselle, où nous avons réoccupé toutes nos positions; et aussi autour de Soissons; canonnades de Vailly à Reims; progrès de nos troupes au nord-ouest de Pont-à-Mousson, où une longue étendue de tranchées allemandes est tombée entre nos mains; canonnades enfin au col du Bonhomme et à Thann. Tel est le bilan de la journée.
M. de Heydebrand, chef du parti conservateur allemand, celui qu’on appelle le roi sans couronne, a prononcé un important discours à Magdebourg. Il a fait le procès de la diplomatie germanique qui, d’après lui, n’aurait pas été à la hauteur de sa tache, et a ajouté que l’Allemagne, étant isolée dans le monde, ne ferait la paix qu’à l’heure qui lui conviendrait.
Le prince de Galles s’est rencontré à Belfort avec M. Millerand, ministre de la Guerre, qui vient de visiter notre région de l’Est.
M. Ghenadieff, envoyé spécial bulgare à Rome, a déclaré une fois de plus que son pays resterait neutre. Il a ajouté que les rapports s’étaient améliorés entre la Bulgarie, d’une part, la Serbie et la Grèce, de l’autre.
Les Russes poursuivent leur cheminement, non seulement des deux côtés de la Vistule, mais encore sur le front de la Prusse orientale. On sait que trois de leurs armées y ont pénétré. Seule a éprouvé quelques difficultés celle du centre, qui a traversé la région difficile des lacs Mazures. Les Allemands prennent toutes mesures pour que ces lacs ne soient pas recouverts d’une couche de glace qui en permettrait le passage.
Au Caucase, l’armée russe a capturé, de nouveau, quantité de Turcs et enlevé plusieurs villages. Le gouvernement ottoman est obligé maintenant d’avouer sa défaite après l’avoir longtemps cachée.
Les socialistes italiens ont décidé, une fois de plus, de rester attachés à la neutralité, mais ils ont décidé également de ne pas exclure les interventionnistes, partisans de l’action armée contre l’Autriche, qui se trouveraient dans leurs rangs.