185/journal du 5 février 1915: victoires aériennes de Célestin Pégoud en Champagne-Ardenne

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Hier, le bombardement a sévi toute la journée, après une nuit calme. Depuis ce matin, les obus tombent encore de tous côtés. Il en est qui vont éclater dans la direction de Bezannes.

 Victoires aériennes de Célestin  Pégoud à Grand-Pré et Montfaucon (Ardenne et Marne)

 Un dessin de Robert Bonfils (1886-1972)
Un dessin de Robert Bonfils (1886-1972)

Toujours titulaire d’un avion atypique, Pégoud (photo entête) est envoyé sur la région du front où il peut rendre service grâce aux performances de son « taxi ». Dès lors les missions qui lui sont confiées différent de celles de ses camarades d’escadrilles.

Par ailleurs la spécialisation des escadrilles commence à s’appliquer, et la 25 va s’orienter vers le bombardement alors que le Morane de Pégoud est un avion de chasse.

Alors qu’il est à la MF 25 stationnée à Sainte Menehould, Pégoud remporte un combat successivement contre trois avions allemands, d’abord contre un Taube au-dessus de Grand Pré, puis contre deux Aviatiks au-dessus de Montfaucon (*)

http://www.pegoud.fr/la-guerre-de-14-18/retour-a-verdun-puis-sainte/article/janvier-fevrier-1915-premiere

(*)Célestin Adolphe Pégoud mourra quelques mois plus tard au cours d’un combat acharné, abattu par un avion blindé de l’armée allemande, le 31 août 1915. Les deux pilotes allemands, découvrant son identité quelques jours plus tard, viendront déposer sur les lieux du combat une couronne de lauriers accompagnée d’un message : « À Pégoud, mort en héros pour sa Patrie. Ses adversaires. »

Lire aussi: http://www.lepoint.fr/culture/les-incroyables-tresors-de-l-histoire-le-pingouin-fetiche-de-l-as-de-l-aviation-adolphe-pegoud-25-10-2014-1875553_3.php

http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2013/03/10/le-premier-as-de-l-aviation

Grogne des entreprises contre la censure systématique retardant le courrier

Mais un autre mécontentement à l’encontre du « retard systématique » se faisait jour : celui des entreprises, dont la correspondance commerciale était entravée. En réalité, certaines d’entre-elles étaient gênées de voir certaines de leurs curieuses transactions révélées au grand jour par les mesures de contrôle postal. Le censeur de Pontarlier découvrit ainsi qu’une entreprise française continuait à fournir du coton à une entreprise suisse commerçant avec l’Allemagne. Avançant l’argument des retards provoqués, les entreprises Peugeot et Japy demandèrent au ministre du Commerce que leur courrier échappât à la règle commune. L’officier censeur concerné refusa catégoriquement. Mais les pressions étaient telles que le 5 février 1915, le ministre du Commerce et des Postes demanda un assouplissement de la règle du retard systématique. Son collègue de la Guerre transmit la requête à Joffre.

http://grande-guerre.org/?p=336

Une « Une » d’un magazine du jour

Lu dans Le Miroir en date du vendredi 5 février 1915

France.-Combat d’artillerie dans la région de Nieuport. Attaque allemande repoussée à Notre-Dame-de-Lorette; tranchées enlevées par nos troupes à l’ouest de la route Arras-Lille; blockhaus ennemis détruits dans la région d’Albert et du Quesnoy-en-Santerre; combat d’artillerie sur l’Aisne, où nous dispersons des rassemblements ennemis; succès d’avant-postes pour nous en Woëvre et sur la Seille; attaque allemande refoulée en Haute-Alsace (Uffholtz).

Roosevelt publie une brochure aussi intéressante que catégorique, où il montre que les Etats-Unis devraient se joindre aux alliés, à raison des violations du droit international commises par les Allemands.

Les ministres des Finances de la Triple Entente : MM. Ribot, Bark et Lloyd George se sont mis d’accord sur une série de questions économiques et financières qui intéressent les trois pays.

Les Turcs ont subi un échec grave en voulant franchir le canal de Suez. Ils ont été arrêtés par les troupes anglo-égyptiennes.