191/journal du 11 février 1915: « Il faut que je fasse des exemples, en tuer un ou deux.»

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

La journée s’est passée sans canonnade de notre part.

« Il faut que je fasse des exemples, en tuer un ou deux.»

lucien bersot
lucien bersot

Le 11 février 1915, le conseil de guerre spécial se réunit à Fontenoy, dans l’Aisne. Le colonel, exprime clairement, lors de la préparation du procès au sergent greffier Jean Perruche de Velna, juge d’instruction dans le civil, qu’il souhaite se servir de cet incident pour faire un exemple au reste de la troupe : « Je vous ai fait appeler parce que je suis en face d’une rébellion de soldats : il faut que je fasse des exemples, en tuer un ou deux. »

Lucien Bersot est condamné à mort et exécuté le 13 février 1915. Un des compagnons du condamné, Élie Cottet-Dumoulin, qui est intervenu auprès du lieutenant-colonel pour tenter d’adoucir la sentence, est condamné à dix ans de travaux forcés en Afrique du Nord.

La suite sur: http://www.reseau-canope.fr/pour-memoire/les-fusilles-de-la-grande-guerre/la-diversite-des-fusilles-presentation-de-cas-individuels/le-refus-dobeissance.html

Lire aussi: http://www.racinescomtoises.net/?Lucien-Bersot-1881-1915

http://archives.cg70.fr/htm/PDF/extraits_archives/HS_extraits%201ere%20GM.pdf

http://www.cultivoo.com/index.php/culture/economie/economie/179-histoire/contemporaine/1705-lucien-bersot

Une « Une » d’un magazine du jour

le-pays-de-france-nd-17-du-11-fevrier-1915-le-matin

Lu dans Le Miroir en date du jeudi 11 février 1915

France.-Nous faisons sauter, à la Boisselle, trois fourneaux de mines et nous occupons les entonnoirs malgré une contre-attaque que nous repoussons a la baïonnette.

En Argonne, canonnade et jets de bombes dans la région de Bagatelle et de Bolante. Attaque violente, mais infructueuse des Allemands sur l’ouvrage Marie-Thérèse.

En Lorraine, nous repoussons une offensive près de la forêt de Parroy ; nous refoulons des postes ennemis, dans la zone de Manonvillers. Nous enrayons une attaque au Ban-de-Sapt, dans les Vosges.

Les Allemands accentuent leur offensive contre les Russes dans la Prusse orientale. Sur la Bzoura, ils subissent de nouvelles et cruelles pertes. En Galicie et dans les Carpathes, succès russes.

-Delcassé, qui s’était rendu à Londres pour conférer avec sir Edward Grey, est de retour à Paris.

La Douma a voté une motion, aux termes de laquelle, dans sa pensée, la guerre doit aboutir aux satisfactions du droit. Elle a approuvé l’attitude de M.Sasonof

Salandra fait savoir, dans ses journaux, que si il est attaqué au Parlement par M. Giolitti, il se défendra vigoureusement.

Les socialistes ont protesté à la Diète prusienne contre la prolongation indéfinie de la guerre.