193/journal du 13 février 1915: fusillé pour un pantalon (suite)

Carnets du Rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour sans son carnet

Fusillé le 13 février 1915 pour un pantalon (suite)

Un soldat qui n’obéit pas à un ordre direct de son supérieur, ou bien un général qui n’est pas satisfait du repli de ses troupes ou d’une offensive échouée, peut amener l’état-major à désigner des poilus pour être jugés en conseil de guerre sous l’inculpation de refus d’obéissance devant l’ennemi débouchant le plus souvent sur une condamnation à mort. Ce motif donne lieu à des arrestations arbitraires, « condamnations pour l’exemple » qui tentent de rétablir la discipline ou renforcer la combattivité des poilus mais qui engendrent plutôt un sentiment d’injustice. Deux cas symboliques de cette façon de faire ont marqué l’année 1915 : l’affaire Bersot et les fusillés de Flirey.

http://www.reseau-canope.fr/pour-memoire/les-fusilles-de-la-grande-guerre/la-diversite-des-fusilles-presentation-de-cas-individuels/le-refus-dobeissance.html

lire aussi :http://asdecoeur.over-blog.fr/pages/Bersot_Lucien-952497.html

Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu: http://www.npa2009.org/idees/1914-1918-les-fusilles-pour-lexemple-de-la-premiere-annee-de-guerre

Sur France Info : https://pierrickauger.wordpress.com/2014/02/13/13-fevrier-1915-fusille-pour-avoir-refuse-de-porter-un-pantalon/

13 février 1915: la mort a fermé le carnet de notes d’Alphonse Jaumain

a9aDans le cimetière d’ Adinkerke, au milieu des croix de bois, une pierre au nom de Alphonse Jaumain. « Alphonse (y) dort attendant que la terre natale reçoive le fils qu’elle seule peut bercer. Ce jour-là, ses ossements brisés tressailliront. Mais sa vraie place est dans la mémoire de ceux qui l’aimèrent. Il y est debout encore, le front rayonnant, le regard plein de feu. »

Un très beau témoignage sur ce soldat  brancardier exemplaire

http://ceuxde14-18.skynetblogs.be/archive/2014/10/08/13-fevrier-1915-la-mort-a-ferme-le-carnet-de-notes-d-alphons-8300152.html

Avec les loups du Bois-Lepêtre (Meuthe-et-Moselle)

 Le 13 Février 1915 , les allemands déclanchent l’attaque par un intense bombardement des positions françaises. fortement secoués, les Français abandonnent Norroy pour se replier sur Héminville. A 15h00, deux colonnes allemandes investissent Norroy et Xon. Les contre-attaques française des 325e et 314e RI échouent.

http://167e.regiment.free.fr/167eregimentinfanteriefevrier1915.html

Protestation contre le massacre d’Arméniens

13 février 1915 : -Une note est remise par deux députés arméniens de l’assemblée ottomane faisant état de massacres et d’exécutions de plusieurs de ces bataillons.

Un dossier qui fait froid dans le dos: http://www.massviolence.org/IMG/pdf/Chronologie-de-l-extermination-des-Armeniens-de-l-Empire-ottoman-par-le-regime-jeune-turc-1915-1916.pdf

Un arrêté pour réglementer l’octroi de chevrons de présence au front

CHEVRONS rDe nombreuses photographies d’époque montrent des soldats français qui portent sur les manches des insignes en forme de  » V  » renversés. Ces  »chevrons » indiquent la durée de  présence au front ainsi que le nombre des blessures de guerre

http://histoire-collection.com/prodcut0_31%20info%20chevrons.htm

 Lu dans Le Miroir en date du 13 février 1915

France.-Luttes d’artillerie en Flandre et dans le Nord. Canonnade également sur l’Aisne et en Champagne. Elle est très active de notre côté dans le secteur de Soissons et autour de Reims. En Argonne, légère accalmie, les Allemands se bornant à faire exploser des mines, et à jeter des bombes auxquelles nous répondons d’ailleurs. En Woëvre, ils canonnent plusieurs localités. Nous bombardons les gares de Thiaucourt et d’Arnaville, repoussons une attaque à Arracourt (est de Nancy) et enlevons une côte importante dans le massif de Hartmannsweilerkopf (Haute-Alsace).

Les Russes se replient eu Prusse orientale pour adopter un dispositif nouveau. Il semble que von Hindenburg ait modifié tout son programme, et qu’écrasé en Pologne, il veuille reprendre la lutte à son aile gauche. Dans les Carpathes, la bataille se poursuit sans interruption.

Le gouvernement américain publie le texte de la note qu’il a lancée à l’Allemagne au sujet de la destruction des navires neutres. Cette note revêt une allure nettement comminatoire. Au contraire, le memorandum remis à l’Angleterre au sujet du pavillon neutre est conçu dans une forme amicale.

Un sous-marin allemand a poursuivi le vapeur anglais Laertes, bien que celui-ci eût arboré le pavillon hollandais. Le gouvernement de La Haye a prescrit une enquête à ce propos.

L’Italie retient à nouveau plusieurs classes sous les drapeaux et constitue une escadre de dreadnoughts.

La Roumanie fait savoir que l’attitude ondoyante de la Bulgarie n’influe en rien sur la sienne, et qu’elle reste disposée à prêter son concours à la Triple Entente.