264/journal de la grande guerre: 25 avril 1915

Carnets du Rémois Paul Hess (extraits)

A 15 heures canonnade violente de nos pièces du champ de Grève et riposte presque immédiatement des Allemands. Je juge prudent de m’éloigner de ces parages, en quittant le boulevard, où je me promenais, pour prendre la rue Gerbert, vers le Barbâtre.

Le journal Le Temps parle des  gaz asphyxiants utilisés par les Allemands

25_avril_1915_supplCe jour-là, le Petit Journal reproduit le communiqué du Maréchal French qui parle des gaz asphyxiants utilisés par les Allemands

http://www.geneanet.org/14-18/detail/1915-04-25

 

Gaz: Le ministère de la guerre décide la fabrication de bäillons

BValLe 25 avril 1915, le ministre de la Guerre décide de lancer la production des bâillons. La Section Technique du Génie est chargée de la production et réquisitionne la main d’oeuvre des Grands magasins de nouveautés de Paris. Le bâillon mesure environ 8cm sur 12 et est constitué par une enveloppe remplie de gaze ou de coton. Les 150 000 premiers exemplaires sont envoyés à l’armée du Nord le 12 mai 1915. Les autres armées le reçoive dès le 22 mai (200 000 envoyés à ce jour). On prévoit alors d’en fabriquer 1 125000 unités. Les premières livraisons sont insuffisantes, et dans de nombreux secteurs, on recommande de disposer de simples bacs remplis de solution d’hyposulfite et de distribuer des mouchoirs propres que les hommes devraient placer, après les avoir imbibés, devant leur bouche et leur nez. Dans la mesure du possible, les bâillons (encore appelés sachets) sont livrés dans une pochette étanche qui les préserve de la dessiccation.

LE DOSSIER PASSIONANT SUR http://www.guerredesgaz.fr/Protection/Lesmasques/France/Premiers/Baillons/baillons.htm

L’Anzac débarque à Gallipoli

27

Les amateurs d’histoire militaire connaissent assurément l’Anzac, diminutif de « Australian and New Zealand Army Corps », ces troupes venues d’Océanie et qui ont combattu durant la Première Guerre Mondiale.

Elles avaient pour mission d’éliminer l’Empire ottoman en s’emparant de Constantinople. C’est ainsi que le 25 avril 1915, plusieurs milliers de soldats de l’Anzac débarquent dans une baie de 600 mètres de long située dans la péninsule de Gallipoli (Gelibolu en turc) protégée par les Turcs aux ordres du général Kemal Paşa, futur Fondateur de la République de Turquie.
Durant plus de 8 mois, cette presqu’île entre la mer Egée et le détroit des Dardanelles sera le théâtre de terribles affrontements. Sur les 110 000 hommes morts là, on dénombre 8141 Australiens et Néo-Zélandais…

http://blog.turquievision.com/2013/04/24/25-avril-1915-lanzac-debarque-a-gallipoli/

(vidéo) La bataille des Dardanelles vue par les Turcs

https://www.youtube.com/watch?v=vo6Rqo47Q8g

 Lu dans le Miroir en date du 25 avril 1915

Au nord d’Ypres, les Allemands ont essayé d’exploiter la surprise provoquée par l’emploi de leurs gaz asphyxiants. Ils ont échoué. Ils ont reperdu, devant une vigoureuse poussée des zouaves et des carabiniers belges, le village de Lizerne qu’ils avaient enlevé; ils ont dû ensuite reculer encore au delà. Les troupes britanniques, violemment attaquées, ont riposté par une forte contre-attaque.
En Champagne, où l’ennemi a fait exploser des mines près de nos tranchées, nous avons occupé les entonnoirs (fortin de Beauséjour).
Nous avons repoussé plusieurs attaques aux Eparges, à la forêt d’Apremont, au bois d’Ailly, au sud de la forêt de Parroy, et au Reichackerkopf.
L’Allemagne et l’Autriche, pour essayer d’arrêter l’Italie au moment suprême, lui ont adressé de nouvelles offres de concessions, mais qui sont jugées tout aussi insuffisantes, que les précédentes.
Quatre bâtiments de diverses nationalités ont été encore torpillés par les sous-marins allemands.
De nouveaux troubles, et beaucoup plus graves que les précédents, se sont produits a Trieste.
Deux taubes ont paru sur Hazebrouck mais ont dû aussitôt rebrousser chemin.
On réclame à nouveau, outre-Rhin, la confiscation de stocks de pommes de terre par l’Etat, ces tubercules étant accaparés par certaines personnes et vendus à des prix très élevés.
La Grèce serait encore une fois entrée en pourparlers avec la Triple Entente.

 

 

Advertisements