Conseil municipal du 4 juin 1915: protestation contre l’augmentation du prix de la viande

Le conseil municipal de Reims s’est réuni le 4 juin 1915 sous la présidence du Dr Langlet.

Décès de M.Pérot.-Le maire a rappelé le décès en mai de m.Pérot, conseiller municipal. Dans son propos il a salué ce « républicain, ferme et ardent socialiste » qui,  « quoique irréductible dans ses opinions était un homme de bon sens et de relations faciles. »

Bureau de bienfaisance.-Une nouvelle subvention de 500.000F a été allouée au bureau de bienfaisance pour le secours aux réfugiés et aux chômeurs.

Achats de denrée.-Le conseil a voté une somme de 500.000F pour l’achat de dentées nécessaires au ravitaillement des populations civiles.

Va t-on manquer de denrées?

M.Jallade a souhaité qu’on explique à l’assemblée le fonctionnement du service des achats de denrées nécessaires au ravitaillement de la population civile. Il s’est inquiété du risque prochain de manque de denrées et de pain.

M.Charbonneaux  a confirmé l’augmentation du prix de la viande, une tendance vraie sur tout le territoire. Il a expliqué que l’augmentation du prix de la viande était due aux énormes besoins de l’armée française qui ont diminué l’importance du troupeau français.

Pour M.Rohart, c’est la faute « à la mauvaise volonté de l’administration militaire qui met de la mauvaise volonté à les faire parvenir à proximité de Reims. Et d’affirmer qu' »on sacrifie tout à Paris ». Et d’affirmer que des bateaux de charbon sont ainsi détournés vers la capitale…

M.Drancourt signale que la viande de cochon pourrait suppléer celle du boeuf.

Dans son journal du 7 juin Le Courrier de la Champagne est revenu sur ce problème en publiant un courrier de la mairie.

« Les énormes besoins de l’armée, l’alimentation abondante qui lui est fournie, ont peu à peu diminué l’importance du troupeau français)- la demande a dépassé l’offre- et il s’en est suivi une hausse sensible sur toutes les catégories de viandes.

Le gouvernement et les chambres de commencer s’en sont émus et prennent une série de mesures destinées à parer au déficit constaté: introduction pendant cinq ans de quantités considérables de viandes frigorifiées; proposition, non encore votée, d’acheter une importante quantité de bétail vivant – certains demandent 200.000 têtes de bovidés etc.

Mais toutes ces mesures, si efficaces qu’elles doivent être, ne produiront leur effet que dans quelque temps, et il faut s’attendre à voir le prix de la viande rester dans toute la France à des prix élevés.

En ce qui concerne la ville de Reims, les achats actuels sont pratiqués exactement de la même manière que depuis dix mois et sans augmentation des frais de transports ou autres; même s’il a été possible pendant presque toute cette période, de ravitailler la ville en viande excellente à des prix équivalents à ceux pratiqués à ceux du temps de paix, nous ne pouvons échapper seuls à une hausse qui frappe toute la France, et il nous faut subir les cours des marchés aux bestiaux (…)

Pour la farine, un accident de machine survenu à un important  moulin a causé  quelques embarras, et, d’autre part, les achats faits en large proportion dans d’autres départements, se sont heurtés, en dehors des difficultés de transport, à des interdictions de sorties prononcées recemment par certains préfets qui désirent conserver dans leur département la farine produite.

Mais ces difficultés parfois considérables sont prises pour obtenir des arrivages réguliers en reconstituant les stocks nécessaires, et de très larges achats de blé, comme des contrats avec la meunerie, assurent pour plusieurs mois la consommation de notre ville. »

Un nouveau collaborateur auprès du maire…

M.Guernier a demandé au maire s’il avait bien signer un arrêté pour s’adjoindre un nouveau collaborateur de plus à la mairie: M.Houlon, adjoint.

Le Dr Langlet a reconnu que « la situation de M.Houlon n’était pas tout à fait régulière » et qu’effectivement il avait été nommé adjoint…. Il a par ailleurs remercié M.Houlon de son concours « plutôt bénévole. »(NDR: on n’en saura pas plus dans le compte rendu officiel de la réunion de conseil)

Radiations.-M.Rohart a demandé si MM Chappe et Lesourd étaient toujours adjoints. Le maire a précisé que leur démission avait été accepté il y a six mois.