293/journal du 24 mai 1915: protestation de la France contre la massacre d’Arméniens

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

La journée a été calme

Protestation de la France contre la massacre d’Arméniens

Le massacre des arméniens fut le point de départ dans les tentatives de répression. Les Arméniens furent victimes entre 1915 et 1918 d’une campagne d’anéantissements systématique menée par le régime turc de l’époque.

Le 24 mai 1915, la France, la Grande-Bretagne et l’URSS protestent dans une déclaration commune contre ce nouveau crime contre l’humanité et la civilisation commis par la Turquie et menacent d’en faire porter la responsabilité au gouvernement ottoman.

Ce massacre fit entre 1.200.000 et 1.500.000 victimes sur une population totale d’environ 2 millions de personnes

Premières bombes sur Venise

11-FP-01902-L

24 mai 1915, à l’aube. Le premier éveil de Venise à la guerre vient du ciel. La ville a entendu la lamentation de la sirène d’alarme et il y a ensuite eu une longue attente, interrompue par le cliquetis des fusils de défense et le bruit sourd des bombes qui tombaient dans l’eau du lagon. Un siècle après le début de la Première Guerre mondiale, Venice defends itself 1915-1918, dont le conservateur est Claudio Franzini et qui est basée dans le Palazzo Fortuny, nous raconte la situation inhabituelle de la ville au moment de la Grande Guerre, avec 350 photos originales de l’Archivio Storico Fotografico della Fondazione Musei Civici di Venezia : un aperçu de la nature dramatique des événements, qui se concentre à la fois sur la perspective historique et sur la mémoire collective.

http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/11/21/exposition/26666/venezia-si-difende-1915-1918-casa-dei-tre-oci-venise

Lu dans le Miroir en date du lundi 24 mai 1915

L’ennemi a prononcé plusieurs attaques entre la mer et Arras. Il a été partout repoussé avec de grosses pertes. L’une de ces tentatives a eu lieu au nord d’Ypres, deux autres sur les pentes du plateau de Lorette, deux autres auprès de Neuville-Saint-Vaast.
L’armée britannique a progressé près de Festubert (La Bassée). A la chapelle de Notre-Dame-de-Lorette et à Neuville-Saint-Vaast, notre cheminement a continué.
En Argonne, nous avons infligé de sérieux échecs à l’ennemi.
Un avion allemand a lancé trois bombes sur la ville ouverte de Château-Thierry.
Aux Dardanelles, deux divisions turques, commandées par Liman von Sanders, ont attaqué les troupes britanniques à Kale-Tepe. Elles ont été refoulées. Un submersible anglais a coulé, dans le détroit, deux torpilleurs et deux transports ennemis chargés de troupes.
L’Italie a déclaré la guerre à l’Autriche, remis ses passeports à l’ambassadeur autrichien, baron Macchio, et rappelé son propre ambassadeur à Vienne, le duc d’Avarna. Le gouvernement italien autorise les agents diplomatiques autrichiens et allemands auprès du Vatican à rester à leur poste.
L’état du roi de Grèce Constantin continue à inquiéter son entourage.
Les Russes ont infligé un échec aux Allemands sur le Niémen.