318/journal du 18 juin 1915: une loi pour incinérer tous les Poilus inconnus

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Quand les députés voulaient incinérer tous les Poilus inconnus (18 juin 1915)

poilu

https://reims1418.wordpress.com/2014/10/06/insolite-quand-les-deputes-voulaient-incinerer-tous-les-poilus-inconnus/

Guerre des gaz: les Allemands utilisant la palisse

Les substances lacrymogènes que l’Allemagne utilise massivement à partir de l’été 1915, ne sont pas arrêtées par les lunettes parcimonieusement distribuées auparavant. Bien plus inquiétant, le 18 juin 1915, les Allemands introduisent une nouvelle substance qui restera la plus dangereuse de l’année 1915 : la palite. Ce produit, chargé dans des obus de 170mm, est un lacrymogène énergique et un suffocant puissant (environ dix fois plus toxique que le chlore, juge-t’on alors). La palite n’est absolument pas arrêtée par les appareils imbibés de solution à l’hyposulfite.

http://www.guerredesgaz.fr/Protection/Lesmasques/France/Polyvalents/Polyvent1.htm

Ecrivains morts à la guerre

Oswald De Leche 1893 – 18 juin 1915 à Saint-Pol-sur-Ternoise (Artois)

Georges Thellier De Poncheville – 1877 – 18 juin 1915 près de Souchez en Artois

L’idée d’un monument aux soldats morts pour le pays naît le 18 juin 1915

Dès le 18 juin 1915, la Chambre des députés, percevant le caractère dramatiquement inédit de cette guerre, se prononce en faveur de l’édification d’un monument aux soldats morts pour le pays.

http://www.franceinfo.fr/emission/france-info-y-etait/2013-2014/10-novembre-1920-un-soldat-inconnu-pour-dire-l-horreur-d-une-guerre-07-13-2014-10-00

Lu dans le Miroir en date du vendredi 18 juin 1915

Très vifs combats au nord d’Arras : les Allemands y ont engagé onze divisions. Nous avons réalisé de sérieux progrès qui, presque tous, ont été maintenus, malgré de violentes contre-attaques de l’ennemi. Nous avons enlevé plusieurs lignes de tranchées des deux côtés de la route Aix-Noulette-Souchez.
Les Allemands ont été presque complètement entourés dans le fond de Buval, nous nous sommes avancés vers Souchez d’une façon presque ininterrompue. Plus au sud, nous avons pris le parc de Carleul et le cimetière de Souchez; aux abords de Neuville, nous nous sommes rendus maîtres de la première, et sur certains points de la seconde ligne ennemie. C’est ici surtout que nous avons eu à faire face à des contre-offensives réitérées : nous avons tiré près de 300.000 obus. Les pertes allemandes sont très élevées; les nôtres, sérieuses.
Nos escadrilles de bombardement ont dispersé des formations ennemies. Nous avons fait 600 prisonniers. Une pièce a longue portée a bombardé Villers-Cotterets. Reims a été aussi bombardée. En Alsace, nous continuons à progresser sur les deux rives de la Fecht, près de Metzeral: nous avons faîi 500 prisonniers. Les Italiens ont bombardé lavoie ferrée de Trieste à Laybach : ils ont perdu d’autre part un sous-marin.
Les Russes résistent énergiquement sur le Niémen et sur le Dniester. L’offensive austro-allemande (71 corps d’armée en tout) a été brisée sur plusieurs points. Les deux objectifs des forces ennemies semblent toujours être Riga au nord et Lemberg au sud. Les forces anglaises ont progressé aux Dardanelles. Les pertes turques sont très considérables.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s