373/journal du12 août 1915: inventaire sur l’état de la cathédrale de Reims

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Etat de la cathédrale de Reims au 12 août 1915

cathedraleDocument dactylographié de 4 pages de « l’Etat de la cathédrale de Reims au 12 août 1915 » signé par le cardinal Luçon, ADR, dossier « Les Amis de la Cathédrale. Après l’Incendie de la Cathédrale  ».

Extérieur

Façade Porche central
  1. La statue de la Ste Vierge adossée au trumeau du portail a été gravement endommagée par le feu : la pierre s’est écaillée par plaques qui sont tombées sous l’action de l’atmosphère.
  2. Les voussures ont peu de mal.
  3. La scène du Couronnement de la Ste Vierge , qui est un chef d’œuvre, est gravement endommagée ; un des anges est décapité.
  4. La grande rosace a perdu la moitié de ses verres sous l’action du feu.
  5. Les statues de la Galerie des Rois ne sont que peu endommagées.
  6. Le combat de David et de Goliath a beaucoup souffert : quelques statues sont mutilées, celle de Goliath est décapitée ; un arbre s’est complètement détaché et est tombé.
  7. La Galerie du Gloria laus est à moitié abattue.

    Porche de droite

Le porche de droite n’a que peu de mal ; il est cependant criblé de meurtrissures produites par les éclats d’obus.

Porche de gauche

Le porche de gauche et la Tour Nord ont été les plus maltraités : ils étaient enveloppés par un échafaudage considérable établi pour leur restauration. Le feu y fut allumé par les bombes incendiaires des Allemands. Toute la tour, jusqu’à l’étage supérieur, est rongée par le feu.

  1. Plusieurs statues ont perdu leur tête, soit par l’action du feu, soit par la chute des échafaudages.
  2. Presque toutes les statues sont mutilées ou écorchées. Il y en a quelques unes, parmi lesquelles la Reine de Saba, dont la surface sculptée, calcinée par le feu, s’est détachée, ce qui leur donne l’aspect d’un tronc d’arbre dépouillé de son écorce ou d’un bloc monolithe sortant tout brut de la carrière. Les moins atteintes ont quelques meurtrissures.
  3. Le Galbe qui portait la Crucifixion , objet de l’admiration des connaisseurs, a été lamentablement rongé et effrité par le feu.
  4. Beaucoup de sculptures ont été écaillées par l’incendie.
  5. Plusieurs des élégantes colonnettes qui flanquent en faisceaux les quatre angles de l’étage supérieur de la Tour , ont été brisées par des obus.

    Pourtour de la Cathédrale

  6. Tout autour de la cathédrale les murs sont criblés de meurtrissures, qui font des taches blanches très déplaisantes sur le fond sombre des murs noircis par le temps.
  7. Les pierres des murs de la Grande nef ont été, dans la partie qui s’élève au-dessus des voûtes des bas-côtés, calcinées par l’incendie de la charpente des basses nefs. De larges plaques s’en détachent au moindre contact, ou sous l’action de l’atmosphère.
  8. Une volée d’arc-boutant a été rompue.
  9. Plusieurs pinacles abritant des anges ont été tronqués ; d’autres ont eu leurs colonnettes brisées ; quelques anges ont été mutilés.
  10. La haute Galerie qui couronne les murs de la Grande nef a été renversée ou ébranlée en plusieurs endroits, notamment au chevet, sur une longue étendue.
  11. Les charpentes en châtaignier, qui étaient des merveilles, ont été réduites en cendres.
  12. Les lames de plomb qui formaient la toiture ont été fondues.
  13. Les voûtes ont été percées en un endroit. Elles sont partout calcinées à la surface extérieure jusqu’à une certaine profondeur, l’épaisseur totale étant en moyenne de environ un mètre.
  14. Le clocher à l’ange est détruit.
  15. L’horloge et le carillon, qui chantait à chaque heure l’hymne du temps liturgique, et aux quarts : Peccatores, te rogamus, audi nos, sont anéantis.
  16. Le Sagittaire a été consumé par le feu.

Intérieur

  1. Les Portes et leurs Tambours sculptés, du 18° siècle, ont été la proie des flammes.
  2. Les statues disposées en galeries, qui décoraient les portes des bas-côtés à l’intérieur, sur le revers des murs de la façade, sont effritées et détruites.
  3. Les bases des colonnes et leurs moulures, les marches des escaliers et les parois intérieures des Tours ont été calcinées par l’incendie, et de larges éclats s’en détachent dès qu’on y touche.
  4. L’autel St Nicaise a été enseveli sous les débris projetés sur lui par un obus, et quelque peu endommagé.
  5. Le meneau de la fenêtre de la chapelle de Ste Cilinie a été renversé avec les vitraux qui s’y attachaient.
  6. Un obus a éclaté et a défoncé le dallage entre l’autel majeur et la crédence du côté de l’Epître.

Vitraux

Les vitraux artistiques si estimés, du 13° siècle, sont, les uns complètement détruits, les autres, criblés, déchirés : malheur irréparable.

Cloches, Stalles, Orgues, Tapis du Sacre, Trône.

  1. Toutes les cloches de la tour Nord sont fondues ou brisées.
  2. Les Stalles du côté de l’Evangile sont brûlées ; celles du côté de l’Épître très endommagées.
  3. Les grandes et les petites orgues, en apparence intactes, sont hors d’état de servir, à cause de la poussière du bombardement et de l’humidité de l’hiver, toutes les portes et fenêtres étant ouvertes.
  4. Le magnifique tapis du Sacre de Charles X a été la proie des flammes.
  5. Le Trône Archiépiscopal a été atteint par le feu.
  6. Le Trésor de la Sacristie a été sauvé par M. l’Archiprêtre de la cathédrale.             http://catreims.free.fr/his023.html

Les poilus d’Alaska

poilu

Capture d’écran 2015-06-25 à 11.04.10

www.defense.gouv.fr/content/download/169841/…/poilus%20Alaska.pdf

http://memoiresfrancaises.forumgratuit.org/t511-les-436-chiens-de-guerre-du-capitaine-moufflet

L’hôtel de ville d’Arras le 12 août 1915

14-518307

L’hôtel de ville d’Arras, vu de la Petite place, 12 août 1915

Duvent Charles (1867-1940)

Paris, musée de l’Armée http://www.photo.rmn.fr/archive/14-518307-2C6NU0ALSWHX6.html