378/Journal de la grande guerre: 17 août 1915

Journal du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Une loi pour combattre les embusqués

N° 8961. – Loi assurant la juste répartition et une meilleure utilisation des hommes mobilisés ou mobilisables.Du 17 Août 1915.

(Promulguée au Journal officiel du 19 août 1915.)

LE SÉNAT ET LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS ONT ADOPTÉ,

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE PROMULGUE LA LOI dont la teneur suit :

ART. 1erLes hommes qui, en vertu de l’article l42 de la loi du 21 mars 1905, sont autorisés à ne pas rejoindre leur corps immédiatement ou sont mis à la disposition des ministres de la guerre ou de la marine, ainsi que ceux placés en sursis d’appel pour le service dès administrations publiques (État, départements, communes), seront, s’ils n’appartiennent pas au service auxiliaire ou à la réserve de l’armée territoriale, incorporés après avoir été remplacés conformément aux. dispositions de l’article 2 ci-après. Si leur remplacement est de nature à entraver le fonctionnement des services, ils pourront être maintenus à leur poste, par une décision motivée du ministre de la guerre, sur la proposition du ministre compétent.

2. Dans les administrations, établissements et services publics, il sera pourvu au remplacement temporaire des fonctionnaires, agents ou sous-agents incorporés, de préférence :

1° Par des fonctionnaires, agents ou sous-agents retraités qui pourront, sur leur demande et s’ils sont reconnus aptes, être rappelés à l’activité pour la durée de la guerre ;

2° Par des militaires mutilés ou réformés pendant la guerre qui pourront, sur leur demande et après examen d’aptitude être admis à des emplois compatibles avec leurs infirmités ;

3° Par leurs femme, mère, filles ou sœurs ou, à défaut, des femmes, mères, filles ou sœurs de militaires tués ou blessés pendant la guerre.

3. A partir de la promulgation de la présente, tous les hommes des classes mobilisées ou mobilisables, classés ou versés dans le service auxiliaire, ainsi que ceux placés dans la position de réforme temporaire ou de réforme n° 2, devront être, trois mois après la décision qui a prononcé leur affectation ou leur réforme, examinés par la commission spéciale de réforme.

http://clg-anjou-72.ac-nantes.fr/1418/Methodologie/Dalbiez.html

Le 290e RI  dans le secteur de Steenstraat-Het-Sas (17 au 27 août 1915)

Capture d’écran 2015-08-15 à 19.29.25

Pour couper notre longue période de repos le Général commandant la Division a demandé et obtenu que nous reprenions pendant une huitaine le contact de l’ennemi. Un ordre de la 152e D.I. nous a en conséquence prescrit de relever dans la soirée du 17 août les troupes de la 4e Brigade du Maroc, sur le front Steenstraat-Het-Sas, sur les bords du canal de l’Yser.

La portion de front que nous allions occuper relevait du Général Quiquandon, commandant la 45e D.I., celle qui avait fini par nettoyer le terrain de la rive gauche du canal.

Les compagnies qui prenaient la première ligne (17e, 18e, 21e, 22e et C.M. sans matériel) furent transportées en auto-camions jusqu’à Eikhock (3 kilomètres Est de Crombeke) où elles arrivèrent vers 15 heures.

Les autres unités (19e, 20e, 23e, 24e, C.H.R., T.C. et le matériel de la C.M.) firent la route à pied par West-Capelle, Rousbrugge, Crombeke, Westwleteren. Parties à 4 heures du matin, elles arrivèrent vers 10 heures.

La suite sur http://indre1418.canalblog.com/archives/2005/08/24/748818.htm

Le Linge (Vosges) , tombeau des chasseurs

Le 17 août 1915, commence la préparation d’artillerie et l’offensive est déclenchée le 18 août 1915. Le 11ebataillon prend le sommet du Linge, mais le perd dans la soirée. La crête du Schratz est enlevée et tenue par le 27e bataillon. Joffre s’impatiente face au maigre bilan et ordonne une attaque de grande envergure. Cet ordre est répercuté par le général Maud’Huy au général Nollet le 20 août 1915. L’artillerie allemande et le mauvais temps reportent l’attaque au 22 août 1915. Le 22e BCA enlève le sommet du Schratz et le 23e BCA celui du Barrenkopf. Une contre-attaque allemande durant la nuit reprend le sommet du Barrenkopf et rejette les Français dans la tranchée en contrebas. Le général Maud’Huy estime que les directives de Joffre sont réalisées, du moins en partie. Soutenu par le général Dubail, il décide d’arrêter l’offensive et d’organiser la défense. Depuis le 20 juillet 1915, les Français ont perdu 9485 hommes et 176 officiers.

http://www.lieux-insolites.fr/cicatrice/14-18/linge/linge.htm

La carte postale du jour

17 08 1915

 

http://clg-anjou-72.ac-nantes.fr/1418/Methodologie/Dalbiez.htmlditexamen aura lieu dans le délai d’un mois à partir de la promulgation de la présente loi, pour tous les hommes dont l’affectation au service auxiliaire ou la réforme seront antérieures d’au moins trois mois à cette promulgation.