478/24 journal de la grande guerre: 24 Novembre 1915

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal au jour le jour à travers Le Miroir

Journée calme sur l’ensemble du front. L’action de l’artillerie est ralentie par le brouillard. Nous réduisons au silence les batteries ennemies qui tiraient sur nos tranchées de Roclincourt, en Artois, sur nos positions entre Aisne et Argonne et dans la région du bois Le Prêtre.
Explosions de mines en Argonne, au nord de la Houyette et dans le bois de Malancourt.
Sur le front belge, légère canonnade allemande. L’artillerie belge disperse des groupes de travailleurs ennemis.
Sur le front d’Orient, accalmie dans le secteur de la Tcherna et dans le secteur de Stroumitza.
Les Allemands et les Autrichiens ont redoublé de vigueur dans la pression qu’ils exercent à Bucarest, mais sans résultat appréciable.
M. Denys Cochin est de retour à Athènes. Il a déjeuné au palais royal. L’Angleterre dément qu’elle exerce un blocus réel contre la Grèce. Les quatre puissances alliées ont fait remettre une note à la Grèce pour lui demander de préciser ses intentions.
Un bateau-vigie allemand a été coulé par les Russes dans la Baltique.
Malgré de furieuses contre-attaques dirigées contre eux par les Autrichiens, les Italiens ont conservé toutes leurs positions sur l’Isonzo moyen.
La viande de porc a atteint des prix fabuleux outre-Rhin, où les journaux sont pleins de doléances à ce sujet.
Lord Kitchener a annoncé, dans une interview, que l’Angleterre aurait bientôt 4 millions d’hommes sur pied.

 

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/novembre15.html

Une lettre de Lucien Kern

Rolampont, mardi 24 novembre 1914

Chère maman,

Hier en vous écrivant, je n’aurais jamais cru partir si vite. Ma bonne maman, nous partons sur le front demain soir. Soyez sûre que votre fils qui vous aime tant, fera tout son devoir. Je sais que nous souffrirons, que nous pourrons avoir froid, mais c’est pour Dieu et pour la France. […] 

Lucien Kern

http://shsb.mb.ca/node/1501

 

Publicités