465/journal du 11 novembre 1915: le pied dans les tranchées

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Photo de tête prise dans la baïonnette du 11 novembre 1915: légendée: « choux et cochons »

Les Allemands mangent sans restrictions le mercredi et le dimanche

Le Figaro du 11 novembre 1915 détaille les interdictions alimentaires allemandes: pas de rôti le lundi, pas de porc le samedi…Seuls le mercredi et le dimanche sont les deux journées de totale liberté.

«À propos des nouvelles prescriptions du Bundesrath sur les jours sans graisse et sans viande en Allemagne, la Leipziger Allgemeine Zeitung publie le menu de la semaine tel qu’il ressort de ces prescriptions:

Lundi: les restaurants, etc., peuvent vendre de la viande cuite, mais les rôtis sont interdits. (But de cette prescription: épargner la graisse.)

La suite sur: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/11/11/26002-20141111ARTFIG00028-11-novembre-1915-les-allemands-mangent-sans-restrictions-le-mercredi-et-le-dimanche.php

De la fourrure pour nos aviateurs

Le Figaro du 11 novembre 1915 nous informe que le journal reçoit de très nombreux dons de manteaux de fourrure.

«Un anonyme a fait déposer au Figaro un manteau fourré. D’un autre ami anonyme de nos aviateurs nous est parvenu un don particulièrement important, composé d’un pardessus d’hiver, d’une jaquette de femme en fourrure, d’une pelisse de femme et d’une pelisse d’homme doublées de fourrure, de deux manteaux en peau de chèvre et peau de phoque presque neufs.

Certains de ces vêtements ne peuvent être employés tels quels. Dans ce cas la fourrure est transformée en cols pour “combinaisons” ; et le drap est remis à telle œuvre d’assistance civile qui l’utilise pour le mieux.

La suite sur: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/11/11/26002-20141111ARTFIG00096-11-novembre-1915-de-la-fourrure-pour-nos-aviateurs.php

La guerre au jour le jour: 11 novembre dans Le Miroir

En Belgique, notre artillerie a exécuté sur les organisations allemandes de la région des Dunes et du secteur de Boesinghe, un bombardement systématique.
En Artois, nos tirs de barrage ont arrêté une attaque ennemie dans le bois de Givenchy.
En Champagne, après un violent bombardement, l’ennemi a tenté deux assauts contre nos positions de la butte de Tahure. Le premier, immédiatement arrêté, n’a pu aborder nos tranchées. Le second, après y avoir pénétré sur un point, a été rejeté par une contre-attaque.
Combats de bombes et de grenades en Argonne orientale (Vauquois, Malancourt).
Entre Meuse et Moselle, nos batteries ont riposté à la canonnade ennemie et dispersé une colonne d’infanterie en marche.
Les Russes progressent sensiblement en Courlande, aux alentours de Mitau.
Les Italiens ont poursuivi leur cheminement dans le haut Cordevole.
Les Serbes ont accentué leurs succès dans le massif de Babouna. La situation apparaît satisfaisante sur le front franco-anglais de Stroumitza.
Les sous-marins allemands ont fait de nouvelles victimes en Méditerranée et dans la mer du Nord.

Douze soldats du 72 ème RI récompensée à Amiens

11 novembre 1915, une émouvante cérémonie a lieu à cette date en l’honneur de 12 soldats blessés lors des combats de Aout 1914 au début de l’année 1915. La cérémonie se déroule à Amiens en présence de nombreuses personnalité ainsi que des soldats cités qui recevront la médaille militaire ainsi que la Croix de guerre.
Parmi les soldats décorés, 6 du 72e régiment d’infanterie seront mis à l’honneur

– Soldat Gressier Pierre Louis M° 0101125  » Conduite exemplaire et belle attitude au feu. Blessé le 26 octobre 1914 à son poste de sentinelle. A été amputé de la cuisse gauche « .

– Soldat Facqué Léon M° 011950 (5e Cie)  » Sujet méritant d’un dévouement absolu à ses devoirs, blessé le 22 novembre 1914 à son poste de sentinelle. Amputé du bras gauche « .

– Soldat Duneuf Germain M° 010670 (9e Cie)  » Belle conduite au feu au cours des combats du 5 octobre 1914.
Amputé de la jambe droite « .

La suite sur http://laurent59.canalblog.com/archives/2008/01/30/7753175.html

Création du régiment de marche de la Légion étrangère

Créé le 11 novembre 1915, le Régiment de marche de la Légion étrangère est le premier régiment de l’Armée française à avoir reçu la fourragère aux couleurs de la médaille Militaire. Il est l’héritier des quatre régiments de marche constitués au début de la Grande Guerre, entre août 1914 et avril 2015, par l’afflux de 32 000 volontaires étrangers, de 51 nationalités différentes, venus défendre la France. Ces quatre régiments, présents sur le front de fin 1914 à fin 1915, s’illustrent en Argonne, dans la Somme, en Artois et en Champagne. Après de lourdes pertes, deux régiments rescapés, le 2e de marche du 1er Étranger et le 2e de marche du 2eÉtranger fusionnent le 11 novembre 1915, pour devenir, par le sang versé, le Régiment de marche de la Légion étrangère. Il sera commandé à compter de 1917 par le lieutenant-colonel Rollet, le futur « Père Légion ». Au cours de ce conflit, près de 43 000 engagés volontaires pour la durée de la guerre ont combattu dans les rangs de la Légion, et plus de 35 000 d’entre eux furent tués, blessés ou disparus.

http://www.legion-etrangere.com/mdl/info_seul.php?id=379&block=17&titre=1915-1945-2015-histoire-et-continuite

Sortie de la baïonnette

19

http://labaionnette.free.fr/1915/b019.htm

L’adaptation des soldats à la guerre chimique

Extrait du 3e carnet de Laurent Pensa, musicien-brancardier au 31e régiment d’infanterie de Paris

Jeudi 11 novembre 1915

Prise d’armes de remise de décorations dans la plaine de Vraincourt : nous faisons défiler le régiment et sommes trempés par la pluie. Nous portons nos instruments à Auzéville et nous rentrons que vers une heure. L’après-midi nous touchons de nouveaux tampons contre les gaz asphyxiants et les expérimentons dans une salle où il y a des gaz à une très faible proportion. Le 26 novembre vers 7 heures du soir, nous entendons une vibrante canonnade et un bombardement général. Même aux Allieux, nous sentons vaguement l’odeur des gaz asphyxiants. On nous fait monter à Vauquois des fagots destinés à être brûlés en cas d’attaque avec gaz.

http://crdp.ac-amiens.fr/pensa/2_13_texte_pensa_3.php

Le pied dans les tranchées

Capture d’écran 2015-11-03 à 10.23.10

– Note dactylographiée du 11 novembre 1915 sur une inspection réalisée au front

http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx2004x038x003/HSMx2004x038x003x0315.pdf

Eglise de Dunkerque bombardée

Capture d’écran 2015-11-03 à 10.31.39

http://cache.media.education.gouv.fr/file/Education_aux_medias/23/7/Orages_de_papier_La_grande_guerre_des_medias_337237.pdf

 

Publicités