466/journal de la grande guerre: 12 novembre 1915

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

La guerre au jour le jour à travers Le Miroir

Canonnade réciproque très active dans le secteur de Loos, la région de la fosse Calonne et de Souchez.
Nos mines ont produit de bons résultats. Au sud de la Somme (Fay), nous avons bouleversé des galeries et fait sauter un poste allemand. A Beuvraignes, nous avons détruit une chambre de mines ennemie en chargement. En Argonne, nous avons endommagé les ouvrages allemands à la Haute-Chevauchée et à la cote 285.
Aux Eparges, une mine a bouleversé la tranchée allemande; nous avons occupé l’entonnoir.
Nos lance-bombes ont infligé de gros dommages à l’ennemi entre Meuse et Moselle.
Les Russes ont, grâce à leur artillerie, remporté un gros succès sur le Styr, et capturé 2000 Austro-Allemands.
Les Italiens ont complété leur avance autour du col di Lana.
Les Bulgares ont subi de nouveaux échecs dans la région des monts Babouna.
Les puissances de la Quadruple Entente ont demandé à la Grèce de se prononcer nettement. Sa neutralité sera-t-elle ou non une neutralité bienveillante ?
Le torpillage de l’Ancona, vapeur italien, par un sous-marin autrichien, ou plutôt allemand, a fait plus de 200 victimes.

 

Carte postale du 12 novembre 1915

5

Carte postale du 12 novembre 1915 avec cachet de franchise « ARMEE-FLUGPLATZ GAEDE » (« Gaede » est le nom du général commandant les troupes allemandes dans le Haut-Rhin).
C’est depuis la place centrale de la place-forte que décollaient des ballons utilisés pour l’observation aérienne.

Emile Lobbedey raconte sa Grande Guerre

cropped-ENTETEc

Relève des tranchées

Au petit jour, je trouve le capitaine endormi. C’est dire que tout s’est calmé.

Lannoy ne m’apprend rien de particulier. Mon opinion est que le simulacre d’attaque de l’ennemi et le déluge de bombes proviennent des invectives du capitaine.

Jombart, le caporal fourrierde la 8e, revient avec nos cuisiniers. Il nous parle de relève* pour le soir. Les voitures de ravitaillement croient ne pas venir ce soir à La Harazée. On reste sceptique cependant. Le temps est à la pluie aujourd’hui ; mauvais temps donc.

Vers midi, nous apprenons la relève pour le soir. Cette nouvelle est accueillie chaque fois avec satisfaction. Nous allons de plus à Florent. Tout ceci nous mit la joie au visage.

Vers 2 heures, on amène de la compagnie un malheureux caporal qui a la main droite enlevée par l’éclatement d’une bombe. Le bras est solidement lié par une courroie afin d’empêcher la trop grande perte de sang. Les brancardiers enlèvent le blessé, tandis que celui-ci geint lamentablement.

La suite sur http://www.malvache.com/lobbedey/2014/11/12/12-novembre-releve-des-tranchees/

Une journée à Salonique pour le 45 ème RI

12 Novembre 1915 Départ des éléments aux heures fixées. Les trains suivent l’itinéraire : Salonique, Drmica, Rives du Vardar, Gjergjeli, Krivolak.
Arrivée à Krivolak des éléments     N°1 à 23h00
Idem                    N°2 à 03h00
Idem                    N°3 à 05h00
Idem                    N°4 à 09h00
Idem                    N°5 à 18h00
La C.M. Brigade n’a pu être embarquée, l’élément N° 5 ne comprend donc que la C.M. 45e
L’élément N°1 reste à Krivolak jusqu’au jour
Le Colonel téléphone à la Division à Kavardar pour demander des ordres.
Le 45e doit se rendre à Kavardar où il doit se rassembler.
En conséquence les éléments 1 et 2 quittent Krivolak à 05h00 et se mettent en route vers Kavardar par l’itinéraire Krivolak , Mégotin, Marena, Olisie, Kavardar.
Arrivée à Kavardar vers 14h00. Le bivouac est établi à l’est du village.
Le 2e Bataillon (Echelon N°3) arrive vers 15h00 «et s’établit également au bivouac.
Vers 18h00 arrivée du 3e Bataillon (Echelon N°4).
A 23h00 l’ordre d’opération pour la journée du 14 Novembre est communiqué.
La Division va s’établir sur le front Rosoman Kruzevica, Sirkoso, Nirzen, Débusta.
La 8e Brigade renforcée au groupe Ador tiendra avec le 148e la région Debrista, Nirzen, Kamendol avec détachement sur le Rajie.
Le 45e aura un Bataillon qui tiendra Sirkovo et y relèvera la Compagnie du 284 qui s’y trouve (1 Bataillon Olivier) 1 Compagnie de Bataillon Strauss (2e) tiendra Rosoman. Le reste du régiment disponible à proximité de la route au Nord du ruisseau descendant de Nirzey.
Le régiment rompra sans allumer de feu.
Bataillon Olivier et E.M.     à 00h30 le 14
Bataillon Strauss        à 00h45
Bataillon Baudoin         à 01h00
Chaque Bataillon suivi de son TC1
TC2 et T.R avec C.H.R. rendus à Vozarci à 06h00. Départ du Régiment dans les conditions fixées, le Colonel se rend à Vozarci pour y prendre les instructions du général de Brigade.
Itinéraire Kavardar, Vozarci, Croisie, Grand route, ruisseau de Mizen.
Arrivée vers 11h00. Le Bataillon Olivier se porte sur Sirkovo, il occupe le village par la 1ère Compagnie à Rosoman et s’établit avec le 3ème Bataillon et le Colonel sur le mouvement de terrain 800 m, à l’Est de la jonction de la Grand Route et du ruisseau de Mirzen

La suite sur http://www.lescahiersdhistoire.net/45eri/mobile/articles.php?lng=fr&pg=62

 

 

Publicités