475/journal de la grande guerre: 21 Novembre 1915

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

La guerre au jour le jour à travers Le Miroir

Les tirs de concentration de notre artillerie ont obtenu des résultats d’une efficacité constatée, notamment en Belgique, dans la région de Boesinghe, où des ouvrages allemands ont été bouleversés et dans la Somme, près de Beuvraignes, où nous avons démoli des petits postes et une coupole blindée de l’ennemi.
Activité habituelle des deux artilleries sur l’ensemble du front.
Combats à la grenade, en Artois, au Labyrinthe, en Argonne, à Courtes-Chausses et Vauquois, et en Lorraine, près de Reillon.
Les pertes allemandes sur le Styr sont énormes et la situation de l’ennemi est devenue pénible sur la majeure partie du front russe.
L’armée serbe, qui se concentre dans le sandjak de Novi-Bazar, se prépare à se replier sur le Monténégro.
Le gouvernement anglais dément absolument qu’une révolte ait éclaté aux Indes.
Les combats entre Autrichiens et italiens autour de Goritz tournent de plus en plus à l’avantage de nos amis, de l’avis même de la presse viennoise.
L’Angleterre a pris des mesures de défense sérieuse à la frontière égyptienne.
Les manifestations socialistes contre le renchérissement de la vie et contre la durée de la guerre s’accentuent outre-Rhin.

 

Dans les cités minières, des scènes de souffrance et d’atrocité

601997639_B974643433Z-1.1_20150129113606_000_GQ63SMVT9.1-0

Comme le montre cette photo du 21 novembre 1915, les lignes qui suivent, lues dans le Journal de la Société de secours aux blessés militaires, peuvent s’appliquer aux villes minières des alentours : Grenay, Angres, Bully-les-Mines… « Liévin, cité houillère jadis si florissante, au pied des collines de l’Artois, surplombée par ce mont de Lorette que les boches n’attaquèrent jamais, sauf qu’en doutant et en tremblant, vécut durant trois ans sous l’odieux joug ennemi et ne fut, pendant ce temps, que champ d’une bataille acharnée. Il faudrait, pour raconter au fil des jours, la vie de la vaillante cité, écrire des volumes ! Les feuillets, malheureusement, seraient bien souvent marqués au noir… »

La suite sur le site de la Voix du Nord

http://www.lavoixdunord.fr/region/la-grande-guerre-dans-le-bassin-lensois-temoignages-de-ia35b54058n2629775

(Aviation)Adaptation de l’aviation à la guerre

Le 21 novembre 1915, constatant l’infériorité des appareils français, le GQG décide de lancer un plan en grande partie constitué de matériels nouveaux, visant à aligner, dès le printemps 1916, 1 310 avions. L’état-major s’oriente vers des appareils triplaces, bimoteurs, en état de se défendre vers l’arrière comme vers l’avant et de mener à bien des missions de bombardement, de reconnaissance et de chasse. Pour cela, le commandement compte s’appuyer sur deux atouts :

– le moteur Hispano-Suiza 150 ch qui a été évalué par l’état-major en juin 1915 ;

– le bimoteur triplace Caudron R 4 qui a volé au cours du premier semestre 1915.

René Besnard soutient ce plan d’équipement. Mais ce programme est vivement critiqué par les industriels car il implique l’abandon progressif des constructions en cours et des investissements importants et par les parlementaires qui mettent en doute le choix des appareils. A cela s’ajoute le fait que la refonte des structures de l’aviation, mise en route par le sous-secrétaire, ne remporte pas une adhésion unanime.

Les attaques contre René Besnard et le plan du GQG s’amplifient à tel point que le gouvernement, inquiet, décide de réunir une commission d’enquête sur le programme du 21 novembre. Celle-ci conforte les décisions prises et maintient le programme [20]. Cela n’est pas suffisant pour calmer les esprits, soumis à une violente campagne de presse. René Besnard démissionne le 8 février 1916. Le gouvernement restaure la 12eDirection à la tête de laquelle est nommé le colonel Régnier qui poursuit dans la même voie que René Besnard. Quelques mois plus tard, la Chambre des députés, réunie en comité secret, rend hommage à l’œuvre de René Besnard [21].

http://www.institut-strategie.fr/EAN_4.htm

LA CARTE POSTALE DU JOUR

Fig.-01

 

Publicités