481/journal du 27 novembre 1915: Émilienne Moreau, héroïne à seulement 17 ans

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

La guerre au jour le jour à travers Le Miroir

Canonnade intermittente sur tout le front. L’activité de l’artillerie a pris un tour plus vif en Argonne: nos batteries ont fait sauter un dépôt de munitions allemand dans la région de la Fille-Morte.
Dans le secteur de Courtes-Chausses, combat à la grenade; nous occupons un entonnoir de mine, après en avoir délogé l’ennemi.
La neige tombe en abondance sur le versant oriental des Vosges.
Bombardement violent et réciproque sur le front belge.
Les Serbes poursuivent leur mouvement de repli vers l’Albanie.
Les Russes ont remporté des succès au sud de Dwinsk et à l’ouest de Riga. Le général allemand qui commande l’armée de Volhynie a reçu l’ordre d’enlever le passage du Styr : à défaut, il sera destitué.
Les Italiens ont fait de nombreux prisonniers sur les pentes qui dominent Goritz.
Lord Kitchener est arrivé à Rome, où il a conféré avec MM. Sonnino et Salandra.
M. Denys Cochin a été fêté en grande pompe par le conseil municipal d’Athènes. La Grèce négocie avec la Quadruple Entente sur les détails de la neutralité bienveillante.

Émilienne Moreau, héroïne à seulement 17 ans à l’honneur

Sur le site de il y a 100 ans.fr

1449356833_B973004500Z.1_20140624182156_000_G6A2N3RQ8.2-0Cette habitante de Loos-en-Gohelle s’est illustrée dès l’âge de 17 ans en aidant les troupes britanniques contre les soldats allemands.

Toute la vie d’Émilienne Moreau fut marquée par la résistance à l’envahisseur de la France. Née le 4 juin 1898 à Wingles, elle habite Loos-en-Gohelle en 1914. Son père, retraité mineur, y exploite un petit commerce d’épicerie-mercerie-bonneterie, place de la République, quand survient la déclaration de guerre, puis l’invasion. Durant les onze mois de l’occupation du village, les malheurs s’abattent sur cette famille. Emilienne Moreau perd successivement son frère, tué au front, puis son père, usé par les privations et l’inquiétude. Elle s’occupe des enfants du village et crée pour eux une école dont elle est l’institutrice. Elle a à peine 17 ans et parmi ses 42 élèves, les plus âgés ont trois ans de moins qu’elle.

Vient ensuite la fin du mois de septembre 1915. Après un bombardement d’artillerie, la petite institutrice assiste à l’attaque du village par les troupes anglaises de la 15e division. Les voyant se diriger vers le terril que les envahisseurs ont fortifié, elle court au-devant d’eux, et sous sa conduite, les Ecossais du 9e Black-Watch contournent la position ennemie et s’en rendent maîtres.

Dans les heures qui suivent, Émilienne Moreau transforme sa maison en ambulance pour les civils et les militaires blessés, participant elle-même, revolver au poing et à l’aide de grenades, à la défense de son ambulance contre des tireurs isolés.

Rapidement, elle devient une héroïne pour les Anglais, et le général Sir Douglas Haig lui manifeste « sa sincère admiration pour son courage ».

Le maréchal Foch la cite à l’ordre de l’armée et lui décerne la croix de guerre avec palmes, distinction qui lui fut remise le 27 novembre 1915 sur la place d’Armes de Versailles.

http://www.il-y-a-100-ans.fr/les-grandes-figures/emilienne-moreau-heroine-a-seulement-17-ans-n159#.VkGtrVzvaDc

voir aussi: http://pcfarras.over-blog.com/2014/10/14-18-il-y-a-cent-ans-emilienne-moreau-l-heroine-de-la-fosse-15.html

Réunion de la commission anti-sous-marine

Première réunion à Paris de la Commission de lutte anti-sous-marine, chargée de trouver une solution à la menace des U-boote allemands.

http://www.grande-guerre.fr/outils/chronologie/category/novembre-1915.html

 

 

Publicités