Il y a cent ans : l’industrie mobilisée

Sur France 3 Bourgogne par Caroline Jouret

Au cours de l’année 1915, la situation de l’armée française devient dramatique. Personne n’avait prévu qu’il faudrait autant de canons, d’obus, de munitions. La guerre s’industrialise. On ne sait pas combien de temps elle va durer. Il faut fournir des armes et les usines ne produisent pas assez.

© Archives de la ville de Dijon Les usines Pétolat Père et Fils fabriquaient du matériel ferroviaire à Dijon. Pendant la première guerre mondiale elles ont produit des matériels spécialement conçus pour approvisionner le front au plus près.
© Archives de la ville de Dijon Les usines Pétolat Père et Fils fabriquaient du matériel ferroviaire à Dijon. Pendant la première guerre mondiale elles ont produit des matériels spécialement conçus pour approvisionner le front au plus près.

Une armée insuffisamment dotée en matériel de guerre

A la veille de la guerre en 1914, l’armée française pensait que ses stocks de munitions seraient suffisants. L’idée dominante pendant les premiers mois, était que cette guerre serait courte: trois mois ou six mois, un an tout au plus. Avant l’éclatement du conflit, on discutait encore en haut lieu de l’utilité de l’artillerie lourde, qui disait-on, empêchait la mobilité de l’armée en campagne.

Un matériel peu performant

En février 2013 des crédits avaient été ouverts pour réorganiser l’artillerie : il s’agissait d’adapter et de compléter le matériel existant. La France avait confiance en son fameux 75, mais son artillerie lourde de campagne et les réserves d’artillerie lourde dataient de la période 1876-1881. Les portées et la rapidité de tir du matériel français étaient bien inférieures à celles du matériel Allemand.

Des usines vidées de leur personnel

Pendant les premiers mois de la guerre, la mobilisation ayant enlevé aux usines un grand nombre d’ouvriers, le personnel était insuffisant, et il était quasiment impossible d’arriver à honorer les commandes déjà passées. Les ateliers étaient vides. Dans un premier temps, ce sont des vieux matériels d’artillerie transformés ou adaptés qui sont livrés au front, mais qui présentaient l’avantage de pouvoir être immédiatement être utilisés.

La suite sur http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/l-industrie-mobilisee-858111.html

 

Publicités