494/ du 10 décembre 1915:Le soldat Louis François Repentant fusillé à Moireront (Marne)

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Des ennemis ont fraternisé

Souvenez-vous, le film Joyeux Noël. Les ennemis sortent des tranchées, sans arme, et se dirigent les uns vers les autres pour célébrer Noël 1914. Ils chantent, trinquent, écoutent ensemble un ténor allemand. Christian Carion met au jour ces moments de fraternisation méconnus voire mal vus. L’armée aurait dit au réalisateur ne pas vouloirêtre« partenaire d’un film sur les rebelles »Joyeux Noël a dû être tourné en Roumanie.

Depuis, le cinéaste défend le projet d’ériger près du cimetière français de Neuville-Saint-Vaast, près d’Arras, un monument « à ceux qui ont eu le courage du geste fraternel ». À Noël, sur plusieurs points du front, mais aussi le 10 décembre 1915 à Neuville, rapporte Georges, petit-fils octogénaire du caporal Louis Barthas. « Dans ses carnets, il raconte y avoir vécu ce jour-là un déluge poussant les soldats à sortir de leurs tranchées inondées et à fraterniser. »

Au sujet de la fraternisation ce 10 décembre mais aussi à Noël 1914, qu’il a vécu, mais ailleurs qu’en Artois, Louis Barthas a ces mots : « La même communauté de souffrance rapproche les cœurs, fait fondre les haines, naître la sympathie entre gens indifférents et même adversaires (…) Français et Allemands se regardèrent, virent qu’ils étaient des hommes tous pareils. » Son souhait : « Qui sait, peut-être un jour, dans ce coin d’Artois, on élèvera un monument pour commémorer cet élan de fraternité entre des hommes qui avaient horreur de la guerre et qu’on obligeait à s’entretuer. »

http://www.il-y-a-100-ans.fr/pas-de-calais/en-1914-1915-des-ennemis-ont-fraternise-voulez-vous-leur-rendre-hommage-n2104#.VmVd0VzvaDc

La guerre au jour le jour à travers Le Miroir

Canonnade intermittente sur divers points du front. Dans la région de Roye, nous avons exécuté un tir efficace sur une batterie allemande repérée par nous. En Champagne, notre artillerie, poursuivant le bombardement de positions allemandes, a fait sauter un dépôt de munitions au sud de Saint-Souplet.
Nos contre-attaques, à l’est de la butte de Souain, ont continué à refouler l’adversaire, qui ne garde plus qu’une partie de la tranchée evacuée, totalement bouleversée. Nos batteries, par un tir constant, empêchent l’ennemi de s’y établir.
Aux Eparges, lutte de mines. Un groupe de travailleurs ennemis a été enseveli par l’explosion de l’un de nos fourneaux.
L’artillerie anglaise continue, sur divers points du front, à défoncer les réseaux de fils de fer et parapets ennemis. Nos alliés ont fait exploser avec succès une mine à l’ouest de Fricourt.
Les Bulgares ayant attaqué divers secteurs de notre front ont été partout repoussés. Le combat continue en face de notre tête de pont de Gradec, sur le Vardar.
Une escadre autrichienne a bombardé Durazzo, sur le littoral albanais.
Le chancelier allemand a fait au Reichstag une déclaration pleine de propos mensongers. Il a répondu à l’interpellation socialiste qu’il appartenait aux alliés, s’ils le voulaient, de faire des offres de paix.
M. de Romanones a été chargé de constituer un cabinet de nuance libérale qu’il a réussi à former en quelques heures.

(Pour info) 10 décembre 1915 : Ford construit sa millionième voiture

Ford-Model-T-4

Il y a exactement 100 ans aujourd’hui, l’usine de Rivière Rouge de Ford à Detroit produisait la millionième voiture dans la courte histoire de la compagnie.

http://fr.autofocus.ca/actualites/auto-retro/10-decembre-1915-ford-construit-sa-millionieme-voiture

Parution du Miroir

SAMSUNG CAMERA PICTURES
SAMSUNG CAMERA PICTURES

http://unmondedepapiers.com/2015/01/10/il-y-a-100-ans-jour-pour-jour-le-miroir-du-dimanche-10-decembre-1915/

(aviation)L’aviateur Gaston Chaudron meurt le 10 ou 12 décembre?

Capture d’écran 2015-12-07 à 11.35.16

La date du décès gravée sur le monument porte le 10 décembre 1915. De nombreux auteurs traitant de la biographie de Gaston Caudron indiquent également le 10 décembre 1915.

http://calm.sopixi.fr/files/centenaire-gaston-caudron.pdf

http://www.universalis.fr/encyclopedie/r-caudron-g/

http://www.ladressemuseedelaposte.fr/Un-timbre-emis-en-l-honneur-de

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/19/le-reve-d-icare-des-freres-caudron_1574163_3232.html

Article très intéressant

http://www.futura-sciences.com/magazines/voyage/infos/dossiers/d/geographie-decouvertes-baie-somme-729/page/5/

Les femmes et la grande guerre à Charleville (08)

Capture d’écran 2015-12-07 à 11.39.11

Le soldat Louis François Repentant fusillé à Moireront (marne)

Louis Lepenant a été condamné à mort et passé par les armes le 10 décembre 1915 pour avoir abandonné la tranchée sous le feu de l’ennemi. 98 ans plus tard, son nom a été ajouté à la liste des enfants du pays tombés au combat sur le monument aux morts de Marcilly près d’Avranches.

Le vendredi 10 décembre 1915, à 7 heures du matin, le soldat Louis François Repentant  est fusillé à Moiremont route de Chanvreulles. A noter que dans les archives on ne relate pas la présence d’un aumônier militaire pour l’accompagner. Aujourd’hui, Louis-François Lepenant repose pour l’éternité à la nécropole de Florent en Argonne sous le numéro 1758.

http://www.menouetsesvoisinsdargonne.fr/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=713

Vidéo http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2013/11/11/marcilly-fusille-pour-l-exemple-et-mort-pour-la-france-355535.html

Dissolution de la brigade des fusiliers-marins

image006

En raison de la guerre sous-marine, les be­soins en hommes se faisaient de plus en plus sentir dans les ports, pour l’armement des petits bâtiments, et la brigade des fusiliers marins fut dissoute le 10 décembre 1915. Son chef fut promu vice-amiral.

http://www.hervedavid.fr/francais/14-18/fusiliers%20marins%20extrait%20article.htm

 

 

Publicités