501/journal de guerre: 17 décembre 1905

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du vendredi 17 décembre 1915 à travers Le Miroir

Canonnade réciproque en Belgique, en Artois et entre Somme et Oise.
Dans la vallée de l’Aisne (sud est de Vailly), nous avons, par un heureux coup de main, enlevé un groupe de maisons et capturé une quinzaine d’ennemis sans subir aucune perte.
Sur la rive gauche de l’Aisne (la Ville-au-Bois) notre artillerie lourde a détruit des murs qui dissimulaient des lance-bombes et des tireurs d’élite.
En Argonne lutte de mines près de Vauquois. Nous bouleversons des tranchées allemandes.
Sur les Hauts-de-Meuse ( bois des Chevaliers), nos batteries ont causé d’importants dégâts aux ouvrages ennemis.
La lutte entre Austro-Hongrois et Russes a repris de façon assez intense en Galicie.
Le général French quitte le commandement des troupes anglaises en France pour aller exercer le commandement suprême dans la métropole. Il est remplacé par le général Douglas Haig.
Les Italiens ont débarqué plusieurs divisions en Albanie.
De nouveaux froissements se sont produits à Salonique entre les généraux alliés et l’état-major grec.
Quarante et un députés socialistes allemands ont voté contre le renvoi à la commission du Reichstag du projet d’emprunt de M. Helfferich.

(Aviation) Avec l’escadrille de Brindisi

L’escadrille reçoit en renfort le 17 décembre 1915 le prototype de l’hydravion Caudron type « R », un hydravion biplan à flotteurs, qui selon les documents aurait été offert, puis décliné, par la marine italienne pour y réaliser des essais de largage de torpille.

 

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/CAM_Brindisi.htm

Les Allemands et la question arménienne

Le 17 décembre 1915, le chancelier allemand Bethmann-Hollweg repoussait l’idée d’une condamnation publique de son allié arguant que « …notre seul objectif est de garder la Turquie de notre côté jusqu’à la fin de la guerre, que les Arméniens périssent ou pas. » avouant ainsi en creux sa connaissance de l’extermination en cours. Pourtant, les trois Pachas Talaat, Enver et Djemal et plus d’une centaine de bourreaux furent jugés par devant trois cours martiales turques de Constantinople sur ordonnance impériale du Sultan Mehmed VI et une quinzaine condamnés à mort après huit audiences étalées entre 1919 et 1920. Pourtant, au fil des années, plusieurs dizaines d’états et de parlements nationaux reconnaitront le génocide des Arméniens et en cette année 2015 le président allemand avouera la co-culpabilité du IIe Reich dans sa perpétration.

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=117883

Propos de Guillaume Apollinaire

Le 17 décembre 1915, Guillaume Apollinaire écrit:
«Cette nuit est si belle où la balle roucoule
Tout un fleuve d’obus sur nos têtes s’écoule
Parfois une fusée illumine la nuit
C’est une fleur qui s’ouvre et puis s’évanouit»

http://bertrand.stefanink.over-blog.com/2014/08/bon-anniversaire-guillaume-apollinaire-histoire-histoire-de-france-poete.html

(Marine)Le Monge éperonné en Albanie

Le 17 décembre 1915, le Monge, éperonné par un bâtiment de la flotte autrichienne devant Cattaro (Albanie) commence à couler. La totalité de l’équipage, à l’exception de deux marins qui ont péri noyés, est alors évacuée en urgence et avec maîtrise par son commandant, le lieutenant de vaisseau Roland Morillot, resté volontairement à bord du Monge et emporté avec lui.

http://www.aamm.fr/35_Infos/2009/Armistice/armistice.htm

L’avant Verdun: la polémique

17 décembre 1915: Joffre dément les affirmations de Gallieni et exige que les officiers et les députés transmettent leurs réclamations  » par les voies normales ». C’est à dire à ses services.
http://artois1418.skyrock.com/3202480747-BATAILLE-DE-VERDUN-CHRONOLOGIE-article-en-cours.html

La carte postale du jour

17 12 1915

 

 

Publicités