505/journal du 21 décembre 1915: Hartmannswillerkopf la montagne de la mort

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du 21 décembre à travers Le Miroir

Actions d’artillerie violentes en Artois (Loos, Bully, Givenchy).
Entre Soissons et Reims, nos obus ont démoli une passerelle à Vailly. Notre artillerie a déterminé trois explosions dans les ouvrages allemands de la Ville-au-Bois.
Nous avons canonné et dispersé une troupe ennemie en marche près d’Auberive, en Champagne. Nous avons endommagé une voie ferrée près de Gratreuil, en y paralysant toute activité.
En Argonne, nous avons bombardé des tranchées allemandes de la Fille-Morte. Aux Courtes-Chausses, nous avons fait sauter un dépôt de munitions.
Près de Saint-Mihiel, nous avons exécuté un tir efficace sur le bois de Lamorville, en atteignant un blockhaus de mitrailleuses.
Quatre de nos avions de bombardement et sept appareils mitrailleurs ont opéré sur la gare de marchandises de Mulhouse.
A Salonique, nos troupes complètent leur organisation défensive. Les Grecs ont fait des démarches à Vienne, Berlin et Sofia pour obtenir que ni les Bulgares ni les Turcs ne passent leur frontière.
Les troupes anglaises qui avaient débarqué au cap Suvla (Dardanelles) se sont rembarquées sans difficulté. Elles seront affectées à un autre service.
Les Italiens ont progressé dans plusieurs vallées alpestres.

Hartmannswillerkopf la montagne de la mort

L’offensive est déclenchée le 21 décembre 1915 à 9h. Les positions allemandes tenues par le 14e Jäger, le RIR78 et le LIR99 sont écrasées cinq heures durant par 25000 obus. Plus de 300 canons y participent. L’infanterie part à l’assaut à 14h15. Le 27e et le 28e BCA s’emparent du Hirtzenstein. Le 15-2 s’empare de la Feste Rohrburg, de la Feste Großherzog puis déborde l’Ausssichstfelsen et descend jusqu’à la courbe 6 de la voie serpentine. D’autres sections du 15-2 s’emparent du Bischofshut et de la courbe 7. Le 5e Bataillon de Chasseurs à pied (BCP) déborde par le nord jusqu’à la Schlummerklippe et descend jusqu’à la cote des 700 mètres. Il n’y a que le 23e RI et 15e BCP qui échouent à prendre l’Unterer Rehfelsen. Les Allemands sont totalement débordés et jettent dans la bataille tous les hommes pouvant tenir un fusil, même les non-combattants comme les cuisiniers ou les ouvriers. L’assaut français s’arrête 150 m avant le poste de commandement allemand. Les pertes importantes (plus de 400 hommes), la nuit et l’absence de liaison avec l’arrière sont la cause de cet arrêt. L’État-major français ne s’est pas douté qu’ils étaient à quelques mètres de la percée définitive de la ligne de front. Les Allemands ont perdu 800 hommes et 1400 hommes ont été faits prisonniers. Les Allemands se reprennent très vite et durant la nuit amènent à pied d’œuvre le 8e Reserve Jäger basé à Soultz et les LIR40 et LIR56 basés à Mulhouse.

http://www.lieux-insolites.fr/cicatrice/14-18/hwk/hwk.htm

 

 

Publicités