519/journal de la grande guerre: 4 janvier 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du mardi 4 janvier 1916 à travers Le Miroir

En Belgique, notre artillerie a continué à se montrer active. Nos batteries et les batteries belges on exécuté sur une batterie ennemie, repérée à l’est de Saint-Georges, un tir qui a paru efficace.
A l’est de Boesinghe et dans la région de Steenstraete, nous canonnons avec succès les organisations ennemies.
Au sud de la Somme, bombardement des tranchées allemandes de première ligne près de Dompierre. Nous avons pris sous notre feu et dispersé au sud de Chaulnes un convoi de ravitaillement.
En Champagne, une nouvelle attaque à la grenade, dirigée contre nos position à l’ouest de Tahure a échoué.
Canonnade dans les Vosges au sud de Hirzstein.
Les Anglais ont fait éclater des mines à la Boisselle. Ils ont bombardé les tranchées ennemies au nord de Fromelles et à l’est d’Ypres.
On annonce que le roi du Montenegro ira rejoindre le roi de Serbie à Salonique.
Le gouvernement bulgare, en guise de représailles contre les arrestations de Salonique, a fait appréhender à Sofia le chancelier de notre légation.
Les Russes ont fait plus de neuf cents prisonniers en Galicie.
Un sous-marin a coulé le vapeur anglais Glengyle en Méditerranée.

Lettre de Louis 2ème régiment d’artillerie coloniale

En ce début 1916 le front ne bouge pas dans le coin où se trouve Louis « l’on est toujours au même point ça n’avance ni ça recule. Je ne comprends rien dans une guerre comme ça, aussi avec des fortifications comme l’on fait ce n’est pas facile des 2 cotés de bouger de place. » (lettre du 4 janvier 1916). Le temps est long pour les soldats vivant dans les tranchés, « nous faisons toujours le même travail » (lettre du 13 janvier 1916). Afin de passer le temps ces hommes fabriquent divers objets avec ce qu’ils ont sous la main du bois, des cartouches d’artillerie… Parmi les objets que Louis fabriquera on aura des boutons en plomb qui devaient manquer à ses vêtements, une bague pour sa femme ou encore 2 croix qu’il enverra à sa femme pour ses enfants. « Je t’envoie un petit colis ou sont les petites croix. Elles sont dans une petite boite d’allumette et j’ai mis un journal a les enveloppées et j’ai cousu ça. Il y en a une qui est un peu plus grande que l’autre tu la donneras à Louis. Je les ai percée tu pourras leur mettre une petite chaine si tu en trouve. J’ai envi de te faire une autre bague car celles que tu as ne sont pas très belles. » (lettre du 17 avril 1916)

LA CARTE POSTALE DU JOUR

Image_08_-_Copie

 

Publicités