524/journal du 9 janvier 1916: l’adaptation des soldats à la guerre chimique

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du dimanche 9 janvier 1916 à travers le Miroir

Notre artillerie a fait des tirs efficaces sur plusieurs points du front. Elle a détruit une coupole cuirassée au sud d’Arras. Au nord de l’Aisne (Berry-au-Bac, cote 108), nous avons endommagé des tranchées allemandes. Nous avons provoqué là deux fortes explosions.
Deux blockhaus allemands ont été démolis à l’est de Saint-Mihiel.
L’ennemi ayant dirigé un violent bombardement, a attaqué nos positions de l’Hartmannswillerkopf (Alsace) entre le Rehfelsen et l’Hirzstein. Il a été refoulé sur toute la ligne, laissant entre nos mains des prisonniers et une mitrailleuse.
Vive canonnade, sur le front belge, dans le secteur de Steenstraete.
Aux Dardanelles, notre artillerie lourde a bombardé les batteries turques de la côte d’Asie. Nous avons brisé une attaque d’infanterie ennemie.
Les Russes ont progressé dans la région du Styr.
Les Monténégrins résistent avec énergie aux attaques autrichiennes sur leurs frontières nord.
Les consuls arrêtés à Salonique sont arrivés à Toulon.
Des détachements alliés ont capturé dans l’île de Mitylène, près de la côte d’Asie les agents consulaires d’Allemagne et d’Autriche, ainsi que plusieurs personnes suspectes.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/janvier16.html

L’adaptation des soldats à la guerre chimique

texte3

Dimanche 9 janvier au vendredi 21 janvier 1916

Vie habituelle des bois. Nous faisons soit les distributions, soit la confection de chemins de rondins pour les cuisines à La Barricade. Le dimanche 16, bombardement à gaz asphyxiants à l’entrée de La Barricade. Nous sommes envoyés pour boucher un trou d’obus de 210 sur la route de La Barricade. Nous sommes obligés de travailler avec des lunettes. Nous quittons les Allieux le 21 à 19 heures pour arriver à Jubécourt à 24 heures.

http://crdp.ac-amiens.fr/pensa/2_13_texte_pensa_3.php

Dans le vif des combats

• Charles Delvert, 9 Janvier 1916, Main de Massiges, Marne

« Le P.C. fourmille de rats, qui grignotent les bottes de tranchée. Ces ustensiles, d’ailleurs, n’ont, je crois, servi qu’à fournir de la nourriture aux rats. »
Histoire d’une Compagnie, p. 30

http://ctx-n-flrs.zikforum.com/t1204-dans-le-vif-des-combats-compte-rendu

La bataille des Dardanelles occulte le génocide arménien

Pour les Turcs, d’hier comme d’aujourd’hui, la bataille de Gallipoli – qui fit quelque 120’000 morts entre le 25 avril 1915 et le 9 janvier 1916 – revêt une importance quasi mythique. Opposant, sur mer et sur terre, l’armée turque aux corps expéditionnaires franco-britanniques sur la rive sud des Dardanelles, elle se conclut par l’une des dernières victoires de l’Empire ottoman.

Mais surtout, elle vit s’illustrer, à la tête de son régiment, un certain colonel Mustafa Kemal, le futur Atatürk (père des Turcs) fondateur de la Turquie moderne.

http://www.tdg.ch/monde/turquie-bataille-dardanelles-occulte-genocide-armenien/story/12371311

 

Publicités