550/journal du 4 février 1916: notes des 8 ème RI, 208 ème RI et 7 ème RIT dans la Marne

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

 Carnets de Guerre d’Alexis Callies

Capture d’écran 2016-01-12 à 15.50.25Vendredi 4 février 1916 : »Depuis quelques jours on parle beaucoup d’une grande offensive des Boches. Sur quel point de notre front ? Il ne semble pas qu’on soit très orienté. En attendant, les grands chefs sont fort énervés et paraissent même assez affolés. C’est inquiétant et un peu visible. Si cette offensive doit se produire dans notre région [en Champagne], je crois que nous sommes prêts à la recevoir. Mais si elle a lieu sur Verdun que deviendrons-nous dans le cas où l’unique ligne de chemin de fer normale, la ligne Saint- Menehould-Verdun, viendrait à être coupée ? Pourquoi n’avoir pas construit le raccordement destiné à remplacer la ligne détruite à Saint- Mihiel ? Le Meusien rendra des services mais combien sera-t-il insuffisant ».

Alexis Callies, Carnets de Guerre d’Alexis Callies, retranscrits et commentés par Éric Labayle, E/L Éditions, 1999

http://pedagogie.ac-toulouse.fr/lyc-jaures-saint-affrique/spip/IMG/pdf/fichier_1916.pdf

Lettre de Guillaume Apollinaire

4 février 1916 (Lettre 58). Lettre autographe signée. « Je fais le métier le plus dangereux de cette guerre (chef de section de l’infanterie active) ». Il lui demande de ne pas se baser sur des statistiques économiques, car il pense que la guerre ne peut se terminer que par les armes. « Croyez aux soldats. Cela suffit  […] Pour le demeurant nos lettres éclairciront nos pensées et si vous y mettez un peu moins de Bovarysme j’y mettrai moins de violence contradictoire et Dieu sait si je suis violent ! D’autre part, ne jugez point l’armé par les permissionnaires […] La science du 20è siècle sera celle de ce qui ne peut se supputer ». Il ne pense pas que la victoire viendra comme par enchantement.

http://www.sothebys.com/fr/auctions/ecatalogue/lot.121.html/2012/livres-et-manuscrits-pf1203

Notes des 8 ème RI, 208 ème RI et 7 ème RIT dans la Marne

Capture d’écran 2016-01-12 à 16.01.14

Après plusieurs jours calmes, le 1er bataillon part s’installer à Hourges le 4 février 1916 et le 8, il est rejoint par le 3e bataillon.

Le 10 février, la 1ère compagnie de mitrailleuses arrive et s’installe à Rosnay.

Le 16 février, le régiment se dirige vers Ville en Tardenois pour instruction et exercices.

Voici les lieux de cantonnements :

Romigny : pour l’état-major, la compagnie hors-rang, les 1er et 3e bataillons ainsi que de l’état-major de la 4e brigade (8e et 110e RI).

Ferme Baloeuvre : pour deux compagnies de mitrailleuses.

Cette ferme se situe encore aujourd’hui au nord-est de Romigny.

Aougny : dans des baraques Adrian pour le 2e bataillon.

Ferme Aiguizy : pour une compagnie de mitrailleuses.

Cette ferme se situe encore aujourd’hui à 2km à l’ouest de Romigny.

Lagery : pour une compagnie de mitrailleuses de la brigade.

Les exercices peuvent alors commencer sous un temps déplorable qui rend le terrain très boueux.

En dessous : la mairie de Romigny détruite.

http://saintomer8ri.canalblog.com/archives/2009/02/14/12528292.html

 

Publicités