559/journal du 13 février 1916: à Tahure coup de massue pour les 93 ème et 293 ème RI

Carnets du rémois Paul Hess

Quelques projectiles sifflent dans la matinée. Vers 13h1/4 quatre ou cinq obus tombent à la Haubette; il y a des blessés.

Journal du dimanche 13 février 1916 à travers le Miroir

En Belgique, après une préparation d’artillerie assez violente, les Allemands ont plusieurs fois tenté de franchir le canal de l’Yser, près de Steenstraete et d’Hetsas. Ces tentatives ont échoué sous le feu combiné de notre artillerie et de nos mitrailleuses.
En Champagne, vive canonnade près de la butte du Mesnil et de Navarin. Dans la région de Navarin, après un bombardement de plusieurs heures, l’ennemi a pu pénétrer dans un petit saillant de notre ligne. Au nord-est de la butte du Mesnil, où nous avions pris environ 300 mètres de tranchées, les Allemands ont procédé à une contre-attaque. Ils ont été repoussés, puis nous avons progressé de nouveau, en faisant des prisonniers.
Lutte de mines à notre avantage en Argonne (Four de Paris).
Dans les Vosges (nord de Wissembach, est de Saint-Dié), nous avons, par nos feux d’infanterie, brisé une attaque.
Une note officielle italienne annonce que L’Italie participera prochainement à une conférence des alliés tenue à Paris.
Une troupe anglaise a été assaillie par les Arabes en Mésopotamie.
M. Sasonof déclare que la guerre ne peut plus durer longtemps.

La suite sur http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/fevrier16.html

A Tahure coup de massue pour les 93 ème et 293 ème RI

En fin de journée du 13 février, une importante attaque allemande se déclenche, précédée d’une préparation d’artillerie destructive. Le 6ème bataillon (bataillon D) subit l’assaut de plein fouet. Les tranchées s’effondrent, les liaisons téléphoniques sont coupées.

Le bombardement allemand porte jusqu’à proximité du Voussoir, PC de Régiment.

En fin de journée du 13 février, une importante attaque allemande se déclenche, précédée d’une préparation d’artillerie destructive. Le 6ème bataillon (bataillon D) subit l’assaut de plein fouet. Les tranchées s’effondrent, les liaisons téléphoniques sont coupées.

Le bombardement allemand porte jusqu’à proximité du Voussoir, PC de Régiment.

La suite sur http://93eme293emeri.canalblog.com/archives/2013/12/21/28712047.html

La Russie au secours de la France

Le 13 février 1916, sur décision personnelle du tsar, une première brigade (8 000 hommes) est envoyée en France. Comme elle ne saurait franchir les lignes allemandes, c’est une spectaculaire épopée qui est organisée. Officiers et soldats s’entassent dans des Transsibériens spéciaux jusqu’en Mandchourie. De là, des navires les conduiront via Hongkong, Colombo, Port-Saïd et le canal de Suez jusqu’à Marseille où ils arrivent le 20 avril, après plus de deux mois de voyage. Les deux régiments russes sont ensuite dirigés à Mailly-le-Camp, en Champagne. Le président Poincaré, très attaché à l’Alliance, salue la présence des premiers combattants russes sur le sol français.

http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2014/09/05/31005-20140905ARTFIG00036-jean-des-cars-quand-la-russie-imperiale-venait-au-secours-de-la-france-republicaine.php

LA PHOTO DU JOUR

Photo fournie par Jean Hugues Cretin, de Reims
Photo fournie par Jean Hugues Cretin, de Reims
Publicités