575/journal de la grande guerre: 29 février 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Bombardement vers la Maison-Blanche et la route de Louvois.

Une courte démonstration d’artillerie a lieu sur la fin de l’après-midi. A 18 heures, exactement, nos pièces de 120 et 155 tirent, en rafales, une centaine de coups de canon; c’est l’affaire de dix minutes, à peine.

La lutte continue toujours furieuse, au nord de verdun; on attend anxieusement, matin et soir, le communiqué. Jusqu’à présent, les nouvelles qu’il nous donne paraissent satisfaisantes. In serait porté à croire que l’attaque brusquée, déclenchée le 21 par les Allemands qui cherchent encore, avec un véritable acharnement à entamer notre front, peut-être conférée comme ratée.

Journal du 29 février 1916 à travers Le Miroir

En Champagne, l’ennemi a tenté un coup de main sur nos tranchées avancées.
En Argonne, nos batteries lourdes et de campagne ont exécuté des tirs sur les voies d’accès de l’ennemi, en particulier vers le bois de Cheppy. Nous avons fait sauter à la cote 285 une mine dont nous avons occupé l’entonnoir.
L’activité de l’artillerie est toujours très vive au nord de Verdun; elle ne s’est ralentie qu’à l’ouest de la Meuse. La côte du Poivre n’a pas été assaillie; le fort de Douaumont a été étroitement encerclé. Les attaques partielles entreprises de ce côté par les Allemands ont toutes été refoulées par nos feux d’artillerie et par nos contre-attaques. A l’ouest du fort de Douaumont, nos troupes ont engagé un combat corps à corps avec l’adversaire, qui a été rejeté d’une petite redoute où il s’était installé.
Toute une série d’attaques en Woëvre, à Eix, à Fresnes, à Manheulles, à la cote 255, ont échoué. Notre artillerie se montre active en Lorraine.
Les Anglais ont remporté un succès à la frontière d’Egypte.
M. Take Jonesco révèle que les empires du Centre ont offert la Bessarabie à la Roumanie.
La Gazette de l’Allemagne du Nord déclare que la guerre sous-marine, en dépit des protestations de M. Wilson, redoublera d’intensité à dater du ler mars.

 

Verdun: : la bataille vue par Anatole CASTEX (Gers)

castex_34815829 février 1916 : « Excuse-moi de ne t’envoyer qu’une carte mais je n’ai pas le temps car ça barde dur. Pour le moment suis en bonne santé, ai bonne confiance et bon courage. Suis un peu fatigué, mais en ce moment la fatigue ne compte pas. […] Quelle bataille, si tu voyais ! »

http://www.ac-toulouse.fr/cid82088/dossier-bataille-verdun-fevrier-decembre-1916.html

Le Service de santé dans la Bataille de Verdun

http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1980x014x002/HSMx1980x014x002x0193.pdf

Un survivant de Verdun témoigne

« Mardi 29 février 1916.

L’attaque allemande de Verdun a continué, formidable. C’est la grande offensive tant annoncée (…). Le carnage est immense. La débauche des projectiles d’artillerie est incroyable : 80 000 obus en quelques heures, sur un espace de 1 000 mètres de long et 3 à 400 mètres de profondeur. Trois millions d’obus en quelques jours. On se demande comment des êtres vivants arrivent à se maintenir et à combattre dans pareil enfer (…)

http://histoireenprimaire.free.fr/ressources/textes_xxe_siecle_1GM.htm

Marine: l’Alcantara et le Grief se coulent mutuellement

29 février :
Le croiseur britannique Alcantara, un paquebot transformé en croiseur, et le navire allemand Grief se coulent mutuellement après un combat épique dans la Manche.

PHOTO ALLEMANDE DU JOUR

29 02 1916
PHOTO FOURNIE PAR JEAN-HUGUES CRETIN, DE REIMS
Publicités