583/journal de la grande guerre: 8 mars 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du mercredi 8 mars 1916 à travers Le Miroir

En Argonne, dans la région d’Avocourt, nos canons ont abattu un avion qui est tombé dans nos lignes; les deux aviateurs, blessés, ont été faits prisonniers.
A l’ouest de la Meuse, le bombardement avec des obus de gros calibre a continué avec intensité. L’ennemi, qui avait pu se glisser, la nuit, entre Regniéville et la cote de l’Oie, en occupant la cote 265, a multiplié les attaques d’infanterie. Ces attaques ont été repoussées, sauf dans le secteur du bois des Corbeaux, où les Allemands ont pu prendre pied. A l’est de la Meuse, à la suite d’une violente lutte d’artillerie dans la région d’Hardaumont, les Allemands ont pénétré dans une redoute, d’où une contre-attaque les a rejetés.
En Woëvre, l’ennemi a occupé le village de Fresnes, après un combat meurtrier.
Dans les Vosges, nous avons bombardé les cantonnements de Diffembach, à l’est de Mulbach et les tranchées de Wattwiller.

Le 409 ème RI à Vaux devant Damloup – 8 mars 1916 

Le bombardement commencé vers 6 h en arrière des tranchées redouble de violence et est dirigé sur les premières lignes.
A 10 h, les tranchées de la 5è Cie sont arrosées de gros projectiles. Celles de la 4è section n’existent plus ; on a l’impression que les morts se touchent et les obus pleuvent ainsi jusqu’à 16 h.
Un peloton de la 8è Cie part aider le Lieutenant BLANQUIE et se place à sa droite dans la nouvelle tranchée du ravin.
Entre-temps, l’ennemi envoyait ses deux premières vagues du fond du ravin, mais prises entre deux feux, elles renoncent à leurs projets.
Dans la nuit du 8 mars, à 2 h, le bombardement fait rage et nous occasionne des pertes sévères ; on compte 62 coups à la minute. Il est 5 h, quand la 8è Cie vient en renfort, un peloton se tient en liaison avec le 3è bataillon, un autre constitue une réserve dans les anciennes tranchées de la 7è Cie.
Au petit jour, aussitîot qu’elle en a reçu l’ordre du Colonel, la Cie GIRAUDON, la 2è, arrivera en soutien. Vers 9 heures, on voit passer le Colonel NAULIN, commandant la Brigade, blessé à la tête par un éclat d’obus, alors qu’il inspectait les lignes du 409è.
Au cours de la matinée, l’ennemi profite de son déluge d’obus, pour s’infiltrer peu à peu dans le ravin du nord de Vaux, et se rapprocher de notre front. On le voit aussi se rassembler en forces derrière le remblai formé par la voie ferrée au sud-est de la station.
Les minenwerfer de l’ouvrage d’Hardaumont écrase l’ouvrage sud et les positions de la 5è Cie dont la 1ère section est complètement anéantie : son chef l’Aspirant POUPONNOT, tombe mortellement blessé.
Sur tout ce front, il ne reste plus en ligne qu’une trentaine d’hommes qui voient souvent leurs fusils brisés par la mitraille.

http://409ri.canalblog.com/archives/2009/02/22/12646830.html

(aviation) Pierre Navarre attaqué par deux avions

Pierre-N.Au cours d’un combat aérien, du côté de Verdun le 8 mars 1916, il contraint un avion ennemi à l’atterrissage. Il est vainqueur mais reçoit trois balles dans le bras. Il est évacué sur l’hôpital de Bar-le-Duc. C’est sa première et dernière victoire.Cela lui vaut la Médaille Militaire et la citation suivante:  

« Le 8  mars 1916, a attaqué successivement à bout portant deux avions ennemis et a forcé le premier a atterrir précipitamment : au cours du second combat, a reçu trois blessures graves. »

« Navarre Pierre, aspirant, escadrille N 69 a fait la première partie de la campagne dans le Génie où son courage et son entrain lui ont valu deux citations à l’ordre du jour. Fait preuve dans l’Aviation d’une audace d’un activité admirables.

http://www.navarre-jean.com/pierre.htm

Les  femmes dans les compagnies de chemins de fer

625ac698ed57dc2656edf2696aee35b5

Guerre 1914-1918. « L’emploi des femmes dans les compagnies de chemins de fer », début mars 1916 : le départ des colis petite vitesse. Photographie parue dans le journal « Excelsior » du mercredi 8 mars 1916.  © Piston / Excelsior – L’Equipe / Roger-Viollet

http://www.parisenimages.fr/fr/galerie-collections/71769-60-guerre-1914-1918-lemploi-femmes-compagnies-chemins-fer-debut-mars-1916-depart-colis-petite-vitesse-photographie-parue-journal-excelsior-du-mercredi-8-mars-1916

Photo allemande du jour

PHOTO ALLEMANDE FOURNIE PAR JEAN-HUGUES CRÉTIN
PHOTO ALLEMANDE FOURNIE PAR JEAN-HUGUES CRÉTIN

 

Publicités

Contact: alain.moyat@orange.fr

%d blogueurs aiment cette page :