587/journal de la grande guerre: 12 mars 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du dimanche 1é mars 1916 à travers Le Miroir

En Belgique, tirs de destruction sur les tranchées et les boyaux ennemis de Steenstraete et de Bixschoote. En Artois, nous faisons sauter une mine et en occupons l’entonnoir.
Entre Somme et Oise, noms bombardons les organisations allemandes d’Herbécourt, de Laucourt et de Beuvraignes. Au nord de l’Aisne, après un violent bombardement, entre Troyon et Berry-au-Bac, les Allemands ont débouché de la Ville-au-Bois et attaqué le saillant que forme notre ligne au bois des Buttes. Après un combat très vif, ils ont été rejetés. A l’ouest de la Meuse, ils ont lancé une forte attaque le long de la route de Béthincourt-Chattancourt. Nous avons repris par une contre-offensive immédiate un boyau où ils avaient pu pénétrer.
A l’est de la Meuse, l’ennemi a multiplié ses attaques contre le village de Vaux. Il s’est emparé de quelques maisoms à l’est de l’église. Il a essayé vainement d’arriver jusqu’aux fils de fer du fort de Vaux. Partout ses pertes ont été sensibles.
Activité d’artillerie de notre côté en Lorraine et dans les Vosges. Nous avons abattu un fokker près de Douaumont. En Mésopotamie, la colonne anglaise Aylmer, faute d eau, a dû se replier vers le Tigre. La Chambre portugaise a décidé la formation d’un ministère national.

La tragique histoire de Paul Tisserand

TisserandL’accusé Tisserand est-il coupable d’avoir le 12 mars 1916 entre Haudainville et l’emplacement de sa compagnie aux environs de Souville abandonné son poste ?

Ledit abandon a-t-il eu lieu sur un territoire en état de guerre ?

A-t-il eu lieu en présence de l’ennemi ?

 

Pour en savoir plus http://echenay.over-blog.com/article-la-tragique-histoire-de-paul-tisserand-haut-marnais-fusille-1916-125491786.html

(aviation) l’escadrille de Georges Guyemer à Verdun

guynemer_2_500L’escadrille quitte la VIe armée le 12 mars pour se rendre sur le théâtre de la bataille de Verdun sous la férule du commandant de Rose qui regroupait toutes les escadrilles de chasse et devait imposer la suprématie des ailes françaises. Le 13 mars il est blessé par des éclats au visage, deux balles dans le bras et est évacué pour son deuxième séjour à l’hôpital

http://www.cieldegloire.com/004_guynemer_g.php

LA CARTE POSTALE DU JOUR

12 mars 1916

 

Publicités