591/Journal du 16 mars 1916: Louise de Bettignies condamnée à mort

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du 16 mars 1916 à travers Le Miroir

Tirs efficaces sur les tranchées ennemies de la région d’Het-Sas et de Langemark, en Belgique. Au nord de l’Aisne, nous bombardons les abords de la Ville-aux-Bois.
En Champagne, nous attaquons les positions allemandes au sud de Saint-Souplet, en occupant une tranchée et en faisant des prisonniers.
A l’ouest de la Meuse, le bombardement s’est ralenti entre Bethincourt et Cumières. Nous avons repris par des contre-offensives une partie des éléments de tranchées perdus au Mort-Homme; notre ligne comprend Bethincourt, le Mort-Homme, Cumières. Sur la rive droite, activité d’artillerie, dans la région de Vaux-Damloup. Quelques escarmouches à la grenade sur les pentes du fort de Vaux.
Canonnade en Woëvre, au pied des Côtes de Meuse. Activité de notre artillerie à l’est du bois de la Wawrille et au nord de Fresnes-en-Woëvre, où nous provoquons une explosion.
Louise de Bettignies condamnée à mort
1059803847_B972993607Z.1_20140624153824_000_G1Q2MQQUV.2-0L’affaire est jugée le 16 mars 1916 par un conseil de guerre. Les deux femmes refuseront de parler. Le verdict sera prononcé : la mort pour Louise, quinze ans de prison pour Charlotte. Plus tard, la peine de mort sera transformée en détention perpétuelle en Allemagne. Joffre lui accorde la Croix de guerre. Le calvaire de Louise commence… cellule humide sans feu, un châlit à dix centimètres du sol, aucune couverture, elle doit rester debout ou assise presque à terre, la tête dans les genoux. Victime d’une pneumonie, pendant un mois sa température montera à quarante.
Pour en savoir plus sur cette affaire: http://www.echodeschamps.com/bettigni.htm

(Aviation) première victoire de Maxime Lenoir

EPSON scanner Image
EPSON scanner Image
Adjudant Maxime LENOIR (1888-1916)
Né le 22 décembre 1888 à Chargé (37), l’adjudant Maxime Lenoir entre dans la cavalerie en 1909 puis rejoint l’aéronautique en 1913. Il sert successivement dans les escadrilles 18 et N23, et remporte sa première victoire le 16 mars 1916. As de guerre, il totalise onze victoires homologuées. Il disparaît en combat aérien le 25 octobre 1916 dans la Meuse aux commandes de son appareil qu’il avait baptisé « Trompe la mort ». Il est titulaire de la Légion d’honneur, de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec huit palmes.

Parution de L’ Epatant

160316

Parution de l’Excelsior

666_001

Parution de la baïonnette

37

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s