Les protestants déchirés dans la Grande Guerre

Pourquoi parler des protestants dans ce désastre général : « Presqu’un mobilisé sur trois ayant entre vingt et vingt-quatre ans en août 1914 mourut au cours du conflit ». Ce chiffre est donné par Antoine Prost et rappelé par André Encrevé dans l’ouvrage auquel nous consacrons cet article. Les protestants français, peu nombreux, ne se distinguent pas du reste de la population, patriotes, voire nationalistes. Soit. Les controverses sur les mots sont infinies.

Cependant, qualifier l’Église protestante pendant la Grande Guerre de « belliciste », comme le fait l’éditeur Éric Peyrard, dans un entretien, au demeurant passionnant, qu’il a accordé à Réforme (« Un croyant intègre et engagé », 3 mars 2016), nous paraît contestable ; c’est oublier que la guerre se déroulait en grande partie sur le territoire français et que les dix départements français occupés pendant cinq longues années ont connu une occupation pire que celle de la Deuxième Guerre mondiale (voir Philippe Nivet, La France occupée 1914-1918 ; John Horne et Alan Kramer, Les atrocités allemandes : la vérité sur les crimes de guerre en France et en Belgique).

http://theconversation.com/les-protestants-dechires-dans-la-grande-guerre-56172

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s