597/journal de la grande guerre: 22 mars 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du mercredi 22 mars travers Le Miroir

En Belgique, une reconnaissance ennemie, qui avait fait irruption dans nos lignes, au nord du pont de Boesinghe, en a été chassée aussitôt par notre contre-attaque.

En Argonne, lutte à coups de grenades à la Haute-Chevauchée. Nous faisons des tirs de destruction sur les ouvrages allemands aux abords de la route Vienne-le Château-Binarville. Sur la rive gauche de la Meuse, les Allemands ont renouvelé leurs tentatives sur le front Avocourt-Malancourt. Des détachements de leurs soldats, porteurs d’appareils spéciaux ont jeté des liquides enflammés, en même temps que leurs batteries bombardaient notre ligne. Ils ont subi de lourdes pertes, mais ont pu s’emparer, après une lutte acharnée, de la partie sud-est du bois de Malancourt, dite bois d’Avocourt. Ils n’ont pas réussi à déboucher de ce bois et ont alors canonné le village d’Esnes et la cote 304. Notre artillerie les a vigoureusement contrebattus. Un taube a été abattu près de Douaumont. Nos avions ont opéré sur les gares de Dun-sur-Meuse, d’Audun-le-Roman et les bivouacs de Vigneulles. 65 avions alliés ont effectué un raid à Zeebrugge. Les Russes ont progressé sur le Dniester et pris Ispahan, en Perse. Le prince héritier de Serbie et M. Pachitch sont arrivés à Paris.

De Gaulle prisonnier de guerre: confirmé

22 mars 1916.- Le nom de Charles de Gaulle apparaît dans la liste des prisonniers de guerre publiée par la Gazette des Ardennes, sous contrôle allemand.

http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1890-1940-la-genese/la-grande-guerre/reperes/chronologie-1909-1918.php

Un dessin de Louis Forain dans le Figaro du 22 mars 1916 (source Bnf)

Capture d’écran 2016-03-01 à 09.04.19

Ecrivain mort à la guerre

Henri Bertrand – 1882 – 22 mars 1916 au bois d’Esnes en Argonne

http://data.bnf.fr/13302425/henri_bertrand/

Le Père Daniel Brottier, un aumônier militaire d’exception

Verdun. Vaux. Douaumont. Ces noms évoquent de hauts lieux de gloire pour nos armées. Villages perdus et reconquis 16 fois ! Pétain répète : « Tenir coûte que coûte. On les aura ». Ils tiennent sous un déluge de feu. Des travaux de terrassement s’ajoutent à la mitraille. La fatigue endurée est bien au-delà de la résistance humaine. Tous notent « l’abnégation et le rayonnement du père Brottier ».

Une anecdote, le 22 mars 1916 son bataillon doit attaquer à 5 h du matin ; les capitaines sont accablés car ils vont tous à une mort certaine. Le père Brottier va voir l’officier supérieur pour empêcher la mort inutile des hommes. Celui-ci le prend de haut. L’aumônier lui dit : « on obéira mais partez le premier, je vous accompagne. » Il constate que le père Brottier disait vrai et l’attaque sera ajournée.

http://chaumontaufildutemps.over-blog.com/2015/12/pere-daniel-brottier-aumonier-militaire-d-exception-durant-la-grande-guerre.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s