650/journal de la grande guerre: 14 mai 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du dimanche 14 mai à travers Le Miroir

En Champagne, activité des deux artilleries dans les regions de Prosnes et de Saint-Hilaire-le-Grand.
Sur la rive gauche de la Meuse, bombardement ininterrompu dans les secteurs du bois d’Avocourt et de la cote 304 : nous avons réalisé encore quelques progrès autour de la cote 287; nous avons repoussé une attaque sur nos positions à l’ouest de la cote 304. Sur les pentes nord-est du Mort-Homme, un coup de main tenté par l’ennemi a complètement échoué.
Sur la rive droite, les Allemands ont renouvelé leurs attaques sur nos tranchées au sud-est du fort de Douaumont. Malgré la violence du bombardement qui précédait les asssauts de l’ennemi, notre ligne n’a fléchi sur aucun point. L’adversaire a été refoulé avec des pertes sérieuses.
D’autres tentatives dirigées au cours de la nuit sur nos positions au nord de la ferme Thiaumont ont été également arrêtées par nos tirs de barrage et nos feux de mitrailleuses.
Canonnade en forêt de Parroy et au Ban-de-Sapt.
Les Allemands ont pris l’offensive contre le secteur de Jacobstadt et dans plusieurs autres secteurs de la région de Dvinsk.
Une nouvelle offensive turque a été brisée par les Russes, entre la frontière persane et Bagdad.
Les Anglais ont perdu quelques tranchées près de Vermelles.

 

À Vauquois, la guerre des rats

60 tonnes d’explosifs pulvérisent 108 poilus

En quatre mois, les Français réoccupent la face sud. Au prix de pertes impressionnantes. Chaque camp s’enterre dans des tranchées sur le sommet. « Comme c’est une butte, et que les tranchées étaient très proches les unes des autres, chacun a eu l’idée de creuser des tunnels, en partant de leur versant, pour venir poser des mines sous les tranchées adverses », poursuit Jeannesson. Le bilan est titanesque : il y aura sur ce monticule de 500 m de long 519 mines… plus d’une au mètre! La plus grosse, allemande, a explosé le 14 mai 1916. 60 tonnes d’explosifs pulvérisent 108 poilus. « Énorme comme toute la terre, un monstre bondit et gronde : un monstre de tumulte, qui fait s’entre-heurter et tressaillir les entrailles de la butte », écrit André Pézard *, un écrivain combattant. Mine après mine, le sommet se transforme en terrain lunaire. Les maisons disparaissent, englouties. L’église coule à son tour. « Le marronnier de la Révolution a résisté longtemps… les Allemands l’ont mitraillé à la base pendant une semaine avant qu’il ne tombe », raconte le guide. La mélodie des bombes va se poursuivre en sous-sol. Les Prussiens installent une véritable caserne. Du bas de la butte, de leur côté, un train blindé décharge les matériaux. Des téléphériques montent les charges. Dans le dédale allemand, on tombe encore sur des chaudières, pour le chauffage de l’eau. Chaque officier a sa chambre, creusée dans le roc, avec son petit poêle. Une ville de taupes, avec des boyaux de communication où l’on avance tête baissée. De ce dédale partent les boyaux d’attaque. Parfois des mineurs de chaque camp se tombent dessus et s’entre-tuent à l’arme blanche…

Sur le JDD.fr

http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/14-18-A-Vauquois-la-guerre-des-rats-621149

lire aussi: https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Vauquois

 vidéo:

 http://centenaire.org/fr/reportage/vauquois-lhistoire-de-la-butte

https://www.youtube.com/watch?v=E1uHxEV0UmY

Mutinerie « les bras croisés »: des condamnés à mort

Le 14 mai 1916, le 140e Régiment d’Infanterie alla même jusqu’à se mutiner « les bras croisés » pour refuser de remonter à l’assaut. Il fallait faire des exemples, on fusilla donc « pour l’exemple » 55 soldats durant cette bataille. Des centaines de soldats passent au moulinet des Conseils de guerre, beaucoup sont condamnés et exécutés.

https://blogs.mediapart.fr/libre-pensee/blog/240216/bataille-de-verdun-1916-2016-700-000-victimes-et-toujours-55-fusilles-pour-l-exemple-non-rehabilit

Du côté des Dardanelles

Le 6mai , Hamilton décide une attaque frontale par les Français et un débordement des Britanniques . C’est un échec . Une nouvelle division Française arrive en renfort . De nouvelles actions sont lancées sur Kerevedere et sur l’Hacibaba qui entraînent des pertes sévères pour la conquête de quelques métres gain appréciable cependant pour élargir la zone arrière. Le Général Gouraud prend le 14 mai le commandement des troupes Françaises qui sera gravement blessé , le 30 juin, passant son commandement au Général Bailloud , crée des dépôts intermédiaires dans l’île de Lemnos ou 300 hommes sont à l’abri du feu prêt à intervenir sur le champ de bataille.

http://sv69.e-monsite.com/pages/articles-14-18/la-bataille-des-dardanelles-fevrier-1915-janvier-1916.html

Louis Renault dans le combat

Passionné par l’histoire militaire et les hauts faits de César, Jeanne d’Arc, Napoléon…, le jeune homme était par ailleurs un excellent escrimeur, un brillant sabreur et un cavalier émérite. Très sportif, il se distingua lors des jeux olympiques de 1912 tout en poursuivant sa carrière. Patton était avant tout un homme d’action. Il joua de ses relations pour participer à la campagne menée au Mexique contre Pancho Villa en sollicitant le général John Pershing dont il devint l’aide de camp. Le 14 mai 1916, il participa à ce qui fut la première bataille motorisée de l’histoire américaine, en fait, une escarmouche exécutée avec des automobiles Dodge, au cours de laquelle furent tués trois éclaireurs de Villa dont son commandant en second, Julio Cardena.

http://louisrenault.com/category/articles/articles_guerre_et_armement/

Publicités