626/journal du 20 avril 1916: les premières troupes russes débarquent à Marseille

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du jeudi 20 avril 1916 à travers Le Miroir

Bombardement assez violent à l’est de la Meuse, dans la région sud du bois d’Haudromont.
La victoire russe à Trébizonde apparaît très grosse de conséquences, et la presse neutre la tient pour un événement considérable. Un sous-marin turc a été coulé au large du port ottoman.
Une escadrille aérienne française a opéré un raid de nuit sur les lignes ennemies en avant de Salonique.
Sur le front russe, duel d’artillerie près d’Ikskul; échec allemand près de Kervo; échec autrichien en Galicie à Popova; le butin de nos alliés a été très appréciable de ce côté.
La progression italienne continue sur la rive ouest du lac de Garde. De violentes attaques autrichiennes ont été brisées, laissant plus de 200 prisonniers aux mains de nos alliés.
Des hydravions ennemis ont fait un raid sur Trente; on signale l0 morts et 20 blessés; l’un des hydravions a été abattu et ceux qui le montaient, capturés.
Trois hydravions français et un hydravion italien escortés des torpilleurs italiens, ont bombardé efficacement, près de Trieste, des endroits ayant une importance militaire.
Les Anglais, sur le front occidental ont pénétré en plusieurs endroits dans les tranchées ennemies.

 

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril16.html

Les premières troupes russes débarquent à Marseille

La France compte puiser dans l’immense réservoir humain de la Russie et demande 40 000 hommes par mois! En parallèle la délégation française promet 450 000 fusils aux armées de Tsar. Elle obtiendra « seulement » 45 000 soldats dont 750 officiers, qui seront armés et équipés par elle. Deux brigades seront envoyées en France ( les première et troisième) et deux autres dans les Balkans (les deuxième et quatrième). La première brigade des soldats russes part de Moscou et rejoint la France en passant par l’Asie. Elle débarque en France, à Marseille, le 20 avril 1916, portant le casque français frappé d’un aigle bicéphale. Ils sont alors acclamés comme sauveurs par la population française. Dès leur arrivée, ils sont envoyés au front en première ligne. Le 25 avril, ils sont déja à Mailly et affectés au secteur de Suippes et d’Aubérive où ils furent par la suite remplacés par la troisième brigade en octobre 1916.

La suite sur http://moulindelangladure.typepad.fr/monumentsauxmortspacif/les_russes_de_la_courtine.html

Lire aussi: http://14-18.documentation-ra.com/2013/09/soldats-russes-dans-les-ruines-des-cordeliers-en-1917-6/

Lire encore: http://www.delitdimages.org/mutinerie-soldats-russes-en-france-1917/

http://lacourtine1917.org/IMG/pdf/communication_de_denis_martin_colloque_dans_l_yonne_2013.pdf

 

 

Publicités