634/journal de la grande guerre: 28 avril 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du 28 avril 1916 à travers Le Miroir

Intense activité d’artillerie sur la rive gauche de la Meuse (Avocourt, Esnes et Cumières).
Deux simulacres d’attaques ont été faits sur la rive droite par les Allemands : l’un, d’Haudromont à la ferme de Thiaumont; l’autre, entre Douaumont et Vaux; mais l’ennemi, arrêté par nos tirs de barrage, n’est pas sorti de ses tranchées.
Activité de nos batteries dans la région de Roye et à l’ouest de Pont-à-Mousson.
Nous avons abattu un avion ennemi en avant du fort de Vaux.
Trois de nos dirigeables ont bombardé, avec des projectiles de gros calibre, les gares d’Etain et de Bensdorf, et la voie ferrée d’Arnaville.
Nos avions ont lancé 37 obus de 120 sur différentes gares de la vallée de l’Aire, 25 obus de 120 sur les bivouacs de la vallée de l’Orne, 6 obus de 120 sur la gare de Thionville et 8 sur celle de Conflans.
Canonnade sur le front belge. Un communiqué officiel du secrétaire d’état américain invite la presse à ne pas montrer trop d’optimisme en ce qui concerne le conflit avec l’Allemagne.
La bataille a repris à Dublin entre les émeutiers et les troupes. Au parlement anglais, les deux chefs de partis irlandais, Redmond et Carson, flétrissent la révolte.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril16.html

(Aviation) Marcel Pierre Viallet globe trotter et pilote

Capture d’écran 2016-04-02 à 16.12.13Le 28 avril 1916, en compagnie du Lieutenant Dumas, lors d’un combat contre quatre appareils allemands au- dessus de la boucle de la Meuse, Pierre Viallet obtient sa première victoire contre un Fokker de type E sur le bois de Caures. Le 28 avril, lors d’un combat aérien au-dessus de Verdun , Vialet est descendu par le capitaine Boelke qui obtient sa 14ème victoire.

http://calm.sopixi.fr/files/marcelvialetcalm.pdf

Carnets de Bernard de Montardy 174 ème RI)

33419387_pLe 28 avril 1916, il écrit:  » J’ai reçu le baptème du feu ». Et quel feu ! Le régiment était en première ligne en face du fort de Douaumont. C’est là que, le 1er mai, creusant, la nuit une tranchée avançée, à quelques mètres de la première ligne allemande, il fut atteint par une grenade éclatant à ses pides. Cette blessure qui faillit lui coûter la vie le ramena à l’arrière pour quelques jours. Après son congés de convalescence, il retrouva son régiment dans un secteur tranquille de Champagne.

http://videlaine.canalblog.com/archives/2008/12/09/11681148.html

LA CARTE POSTALE DU JOUR

photo Jean Hugues Crétin, de reims
photo Jean Hugues Crétin, de reims
Publicités