636/Journal du 30 avril 1916: Fallait-il mourir pour Verdun?

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du dimanche 30 avril 1916 à travers Le Miroir

Actions d’artillerie particulièrement vives en Belgique (sud de bixchoote).
En Argonne, un coup de main éxécuté au nord de Four-de-Paris nous a permis de nettoyer une tranchée adverse et de ramener des prisonniers.
Sur la rive gauche de la Meuse, les Allemands se sont massés au nord de la cote 304 en vue d’une action sur nos lignes. Attaqués aussitôt à la grenade, ils n’ont pu déboucher et se sont dispersés. Bombardement très vif dans la région d’Avocourt et d’Esnes.
Sur la rive droite, les Allemands ont lancé une attaque avec emploi de liquides enflammés sur nos tranchées, à l’ouest de la ferme de Thiaumont. Fauchés par nos tirs, ils ont été repoussés avec de fortes pertes. Nos feux ont également brisé une attaque sur nos positions entre Douaumont et Vaux.
En Lorraine, nous avons repoussé une reconnaissance ennemie au sud de Donesse.
Dans les Vosges, échec d’une attaque allemande à la Chapelotte.
Nos avions ont bombardé une usine à Hayange (Lorraine annexée).

Le  général Townshend s’est rendu aux Turcs, en Mésopotamie, après 143 jours de résistance. Il avait avec lui 2970 Anglais et 6000 Hindous : les munitions lui manquaient.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril16.html

Fallait-il mourir pour Verdun?

Le 30 avril 1916, dans son adieu aux troupes, Pétain, nommé commandant de l’armée du centre, évoquait  « l’une des plus grandes batailles de l’histoire » et soulignait :  « Un coup formidable a été porté à la puissance allemande. »

http://www.histoire.presse.fr/recherche/fallait-il-mourir-pour-verdun-01-11-2004-6193

 

Clermont_en_Argonne_chevaux

Clermont_en_Argonne_ruines

Sans doute une troupe de ravitaillement dans les ruines
de Clermont-en-Argonne le 30 avril 1916

Voir aussi:
fouquiereschf.free.fr
argonne1418.com

http://www.photos-images.fr/14-18/lieux_meuse_argonne.php

Les six fusillés pour l’exemple de Roucy

D’après Denis ROLLAND (La Grève des tranchées – Les mutineries de 1917.) : « L’incident du 96e R.I., le 30 avril 1916 sur le Chemin des Dames, préfigure le mouvement d’indiscipline de 1917. »

Lucien Baleux, né à Paris, mineur, résidant à Bully-Grenay (Pas-de-Calais) sur les minutes du procès et à Burbure (Pas-de-Calais) sur son registre matricule.

Emile Lhermenier, né à Yvré-l’Evêque (Sarthe), peigneur de chanvre, résidant au Mans (Sarthe)

Félix Milhau, né à Marseillan (Hérault), charretier, résidant à Bessan (Hérault)

Paul Regoudt, né et demeurant à Dunkerque (Nord), journalier

Tous les quatre soldats de 2ème classe au 96e R.I.

Leur « crime ».

Leur compagnie qui vient de combattre dans un secteur particulièrement difficile, au Bois des Buttes, est relevée et vient cantonner au Faîté, au-dessus de Roucy. Le lendemain matin, ordre est donné de remonter en ligne. Au moment du rassemblement les hommes manifestent leur mécontentement, quelques-uns refusent de partir. Les officiers interviennent et le départ s’effectue avec une heure de retard.

Le lendemain sept soldats considérés comme les plus coupables sont condamnés par leurs commandants de compagnie à 8 jours de prison. Puis la machine s’emballe. Le colonel Pouget, du 96e R.I., porte la sanction à 15 jours, le général de Laporte, de la 55e D.I., à 25 jours. Enfin, le général Wirbel, du 37e corps, décide de faire « un exemple » et fait convoquer le conseil de guerre.

http://www.le-regain-roucy.com/2015/06/les-6-fusilles-pour-l-exemple-de-roucy.html

L’allemande à l’heure d’été

L’Allemagne est la première à instaurer ce changement d’heure le 30 avril1916

http://www.century21-adl-evian.com/actus/1037087062/

LA CARTE POSTALE DU JOUR

PHOTOS JEAN HUGUES CRETIN, DE REIMS
PHOTOS JEAN HUGUES CRETIN, DE REIMS
Publicités