646/Journal du 10 mai 1916: Guillaume Apollinaire trépané le 10 mai 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Bombardement, ainsi que ces jours derniers, vers les rues du Champ-de-Mars, de la Justice et la Petite Vitesse, à partir de 19 heures. Un obus incendiaire met le feu à la réserve de la quincaillerie Girardet, boulevard Jules-César; elle est entièrement détruite.

Journal du mercredi 10 mai à travers Le Miroir

Entre Oise et Aisne, nous avons repoussé un coup de main dirigé sur un de nos ouvrages au sud d’Antrèches.
En Champagne, notre artilleric a exécuté des tirs sur les tranchées et batteries allemandes au nord de Ville-sur-Tourbe et sur les voies de communication de l’ennemi dans la région Somme-Py.
En Argonne, dans la région de Bolante, nous avons enlevé deux petit postes dont les défenseurs ont été tués, et nous avons occupé en avant de ces postes plusieurs entonnoirs.
Sur la rive gauche de la Meuse, trois tentatives allemandes sur les tranchées de la cote 304 ont été repoussées.
Sur la rive droite du fleuve, nos contre-attaques nous ont permis de chasser l’ennemi de quelques éléments de notre première ligne qu’il tenait encore.
Nos batteries ont pris sous leur feu des convois de ravitaillement et des détachements ennemis sur la route d’Essey à Bayonville.
Lutte d’artillerie sur le front belge.
Les troupes du Congo belge ont à nouveau progressé sur le territoire de l’Afrique orientale allemande.
MM. Viviani et Albert Thomas ont été reçus par le tsar.
Le président Wilson a répondu à la note allemande : il prend acte des promesses du chancelier, mais refuse de traiter la question du blocus britannique avec le cabinet de Berlin.
Le gouvernement américain a décidé de renforcer ses effectifs à la frontière mexicaine.
Les Italiens ont progressé dans le massif de Tofana (Trentin).

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai16.html

Guillaume Apollinaire trépané le 10 mai 1916

741792Transféré à sa demande au 96e régiment d’infanterie avec le grade de sous-lieutenant en novembre 1915, il fut naturalisé français le 9 mars 1916 sous le nom de Guillaume Apollinaire. Il fut blessé à la tempe par un éclat d’obus le 17 mars 1916, alors qu’il lisait le Mercure de France dans sa tranchée. Évacué à Paris, il fut trépané le 10 mai 1916

Breton rencontre Apollinaire

Capture d’écran 2016-04-07 à 15.57.35

https://books.google.fr/books?id=3aKlBAAAQBAJ&pg=PT55&lpg=PT55&dq=10+mai+1916&source=bl&ots=sHWBpvFtt0&sig=jdQAedBCXGaw9bBTeOSEUVR2ZeY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiolo-a1_zLAhWGORQKHar0AR84KBDoAQg-MAY#v=onepage&q=10%20mai%201916&f=false

10 mai 1916 à Verdun au 125 ème RI

58323474_pLe 10 mai,vers 3 heures trente du matin, les allemands,abordent les positions du 125ème RI par les positions du 3ème bataillon.Aprés de furieux corps à corps et èchanges de grenades,le règiment au matin,reste maitre de ses positions en rècupèrant meme du terrain sur les positions ennemies.Le reste de la journèe,ainsi que celle du 11 mai se passe sous d’incessants bombardements.L’infanterie allemande ne se manifestait pas sur les positions du 125ème

Le 12 mai, le 125ème est relevè par un bataillon du 2.96 RI et des èlements de la 45ème DI(le 3ème mixte de Zouaves).Les 1èr et 3ème bataillons les deux compagnies de mitrailleuses vont bivouaquer au bois de Saint Pierre à l’ouest de Blercourt.Le 2ème bataillon ne rejoindra le règiment que tard dans la soirèe sous les bombardements lui tuant 4 hommes en blessant 12 autres.Ce bataillon rejoindra les bois de saint Pierre avec le restant du 125 ème. Un incident fort regretable se produisit.Pendant la releve les unitès du 125ème ètaient survolèes par des avions.Quand il furent arrivès à hauteur du chateau D’Esnes l artillerie allemande les y acceuillait causant quelques pertes mais,le chateau fut partiellement dètruit et de nombreux blessès furent tuès

le 13 mai le règiment se rend à Ville sur Cousance jusqu’au 18 mai ou il est alertè.Les 1èr et 2ème Bataillon renforcès par  les 2 CM se rendent à l’ouvrage Favry

http://histoiredeguerre.canalblog.com/archives/2012/10/31/5791622.html

 

Publicités