653/journal de la grande guerre: 17 mai 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Bombardement assez violent, encore du côté du champ de Mars, comme hier et les jours précédents. A la maison Heidsieck Monopole, MM Casseleux, 57 ans et Foncer, 55 ans, faisant fonction de chefs de cave, sont tués, ce dernier en même temps que sa fillette Denise, âgée de 6 ans.

M.Casseleux avait eu la douleur de voir sa femme, née Eloi, 55 ans, tuée hier dans des conditions identiques, au même endroit.

Journal du mercredi 17 mai à travers Le Miroir

En Champagne, un détachement ennemi qui tentait de surprendre un de nos petits postes dans la région de la butte du Mesnil a été repoussé à coups de grenades.
En Argonne, lutte d’artillerie assez active dans les secteurs du Four-de-Paris, des Courtes-Chausses et de Vauquois.
Sur la rive gauche de la Meuse, bombardement assez vif de la région du bois d’Avocourt, cote 304, le Mort-Homme. Une tentative d’attaque sur nos positions à l’ouest de la cote 304 a été arrêtée par nos tirs de barrage.
A l’est de la Meuse et en Woëvre, quelques rafales d’artillerie.
Lutte d’artillerie très vive sur le front belge, où des tirs de concentration ont été exécutés par nos batteries de gros calibre contre les organisations défénsives allemandes de la rive droite de l’Yser, dans la région de Dixmude.
Combats d’artillerie en Artois sur le front anglais.
Des avions britanniques ont bombardé Porto-Lagos, en Bulgarie.
Des avions autrichiens ont survolé Venise et Mestre en lançant quelques bombes.
Les Anglais ont conquis 250 mètres de tranchées près de Vimy en Artois.

 

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai16.html

Le 17 mai du côté du 409 ème RI

Le 17 mai [1916], le bombardement de notre première ligne commença vers 18h30 par un envoi de torpilles sur le saillant Jambon, l’Entonnoir et le front tenu par le 71è territorial ; à 18h40, le torpillage devenait plus intense sur le front D1, s’étalait sur toute la première ligne du secteur C sud, avec plus d’intensité encore sur le front du 408è. Plus en arrière, le centre Ecafaut, grotte et ferme, recevaient une simple distribution de 150, 105, 77 : 5 minutes plus tard, c’était une vive fusillade du côté des tranchées allemandes ; mais un tir de barrage déclenché à propos s’opposa à toute sortie de l’ennemi.
A 18h30, le torpillage reprend sur le secteur Duplessis et de l’Entonnoir ; à 19h30, nouvelle intervention de l’artillerie ennemie et comme à 20 h, 50 torpilles sont lancées sur la première ligne de l’Entonnoir, une attaque forte de 100 hommes environ sort du côté allemand et se dirige sur la partie nord de ce point d’appui.
En moins d’une minute, notre artillerie nous vient en aide, l’ennemi envoie lui-même de nombreuses fusées de toutes couleurs, il semble bien que sa tentative est repoussée sous le feu de nos obus, de nos fusils et de nos mitrailleuses.
A 20h30, ce sont de nouvelles attaques avec un même effectif sur le même point ; et les Boches n’insistent plus.
A 22h30, on dirait que leurs fusils partent en même temps, mais ils n’osent se montrer au parapet : ils savent que nos artilleurs répondent vite à nos appels.
Maintenant nos patrouilles s’emploieront à ramener les blessés ou les tués allemands, ou tout autre renseignement.

Extrait de Avec le 409è RI – histoire vécue par les poilus du 409è RI – Maurice Brillaud

http://409ri.canalblog.com/archives/2009/03/22/13044341.html

Verdun: le crayon de Forain pour vaincre les «Boches»

XVM670902d8-3297-11e4-93c8-571a7513bfed-350x400

 

Un autre dessin, paru dans Le Figaro du 17 mai 1916, fut également laché au-dessus des lignes ennemies. Cette fois la légende de Forain fut juste traduite: on y voit deux soldats français discuter: «tu as l’air de les plaindre les boches», «dame! nous au moins on est sûr que nos vieux mangent». Ce dialogue avait pour but de démoraliser les troupes ennemies.

Jean-Louis Forain réalisa également une version peinte de La Borne sous le titre Ils ne sont pas passés qu’il offrit au général Pétain en juin 1916. (Œuvre conservée à la Bibliothèque de l’Institut National de l’Art).

http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/10/07/26002-20141007ARTFIG00060-1916-forain-symbolise-verdun-par-une-borne.php

 

Publicités