659/journal de la grande guerre: 23 mai 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Entendu, vers 21 heures, quelques explosions qui me paraissaient être des arrivées d’obus. J’apprends, le lendemain matin que deux canonniers ont « été tués à la ferme Prévot-Démolin, au bout de l’avenue de Laon.

Journal du 23 mai 1916 à travers Le Miroir

En Argonne, nous avons bombardé énergiquement Nantillois, Montfaucon et le bois de Cheppy. Sur la rive gauche de la Meuse, nous avons progressé au sud de la cote 287 et repris plusieurs petits ouvrages occupés par l’ennemi. A l’ouest du Mort-Homme, nos contre-attaques nous ont permis de chasser l’ennemi de quelques nouveaux éléments de tranchées occupés par lui.
Sur la rive droite, après une puissante préparation d’artillerie, notre infanterie s’est portée à l’assaut des positions allemandes sur un front d’environ 2 kilomètres, depuis la région à l’ouest de la ferme Thiaumont jusqu’à l’est du fort de Douaumont. Sur tout le front attaqué, nos troupes ont enlevé les tranchées allemandes; elles ont pénétré dans le fort de Douaumont, dont l’ennemi tient encore la partie nord. De nombreux prisonniers sont restés entre nos mains.
Sur les Hauts-de-Meuse (bois Bouchot), nous avons enlevé 300 mètres de tranchées et fait des prisonniers.
Un avion allemand a été abattu à Wizzele (Nord); deux autres en Alsace ( près de Thann et au Bonhomme).
Une patrouille allemande a été repoussée par les Belges sur l’Yser.
Un détachement de cosaques a opéré sa jonction avec les troupes anglaises du général Gorringe, en Mésopotamie.

 

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai16.html

Création d’un hôpital Edith Cavell

cavellInfirmière anglaise vivant à Bruxelles depuis 1907, Edith Cavell organise un réseau de Résistance lorsque la Belgique est occupée par les Allemands en 1914. Arrêtée, elle est exécutée dans la nuit du 11 au 12 octobre 1915. La célébrité de cette héroïne de la Grande Guerre est telle que, dès le 23 mai 1916, il est décidé de construire à Paris, au 62 rue Desnouettes, un hôpital-école portant son nom, destiné à former rapidement des infirmières professionnelles pour la durée de la guerre et pouvant accueillir cent lits. Son inauguration a lieu le 12 octobre 1916, en présence des autorités officielles des pays alliés.
Mais l’hôpital-école, qui fonctionna dans des bâtiments provisoires, ne survivra pas à la guerre.

http://www.paris15histoire.com/cavell.htm

Alerte aux gaz (cantonnement de Villers-Marmery)

Extraits du Journal des Marches et Opérations de la 200ème Brigade d’Infanterie Territoriale

http://villers-marmery.fr/1418/05-Cantonnement.pdf

Le philosophe Alain se blesse à Verdun

Alain, de son vrai nom Emile-Auguste Chartier , est un philosophe, journaliste, essayiste et professeur de français.
Avant la guerre, il milite pour le pacifisme. A l’approche de la guerre, Alain milite pour le pacifisme. Lorsque celle-ci est déclarée, bien que non mobilisable, il s’engage pour satisfaire ses devoirs de citoyen.
Brigadier au 3e régiment d’artillerie, il refuse toutes les propositions de promotion à un grade supérieur. Le 23 mai 1916, il se broie le pied dans un rayon de charrue lors d’un transport de munitions vers Verdun.

http://gite-chemindesdames.fr/litterature.html

Photo insolite

poilu_obusPhotographie tirée des albums de l’abbé Loÿs Roux. un capitaine lyonnais se fait photographier dans les Vosges, le 23 mai 1916, avec un obus allemand qui n’a pas éclaté. ©Coll. privée

http://www.plume-mag.com/magazine/68/entre-les-lignes-et-les-tranchees

 

Publicités