660/journal du 24 mai 1916: (vidéo) Meuse: Cumières, village détruit

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Sifflement vers 13h3/4 et fortes explosions. Un obus tombe sur le lycée de jeunes filles, où est installé l’état-major d’une brigade; il y a un tué et six blessés dont plusieurs grièvement.

Quatre ou cinq civils sont blessés également boulevard Jamin.

Journal du mercredi 24 mai 1916 à travers Le Miroir

Les contre-attaques allemandes ont pris un caractère d’extrême violence dans la région de Verdun ; de gros effectifs y ont participé.
Sur la rive gauche, après un bombardement par obus de gros calibre, les Allemands ont lancé plusieurs masses d’assaut successives à l’est et à l’ouest du Mort-Homme. Une première attaque a été repoussée avec des pertes sanglantes sans que l’ennemi ait pu aborder nos lignes ; une deuxième attaque est parvenue à prendre pied dans une de nos tranchées à l’ouest. Une contre attaque immédiate de notre part a entièrement refoulé l’ennemi.
Sur la rive droite, la région Haudromont-Douaumont a été le théâtre d’une lutte meurtrière. Les Allemands ont multiplié les assauts. Les positions conquises par nous ont été intégralement maintenues, notamment dans le fort de Douaumont. Dans cette région, plus de 300 prisonniers sont restés entre nos mains.
Nous avons abattu un taube dans la région de Furnes et un aviatik près de Beaumont. Dans la région du Linge, un aviateur français, attaqué par trois avions ennemis, a abattu l’un d’eux et mis en fuite les deux autres.
Canonnade sur le front anglais, dans la région de Vimy et entre Hooge et la voie ferrée Ypres-Roulers. Activité de mines en Artois.
Les Italiens se sont repliés sur leur principale ligne de résistance, entre le Haut-Astico et le val Sugana.
Les Russes ont progressé en Perse.
La presse allemande accueille en général favorablement la nomination de M. Hellferich au ministère de l’Intérieur, mais l’opinion dans les états du Sud appréhende que la dictature de l’alimentation ne fonctionne au profit de la Prusse.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai16.html

Verdun: certains bravent la censure

 

23 - Main frame
23 – Main frame

Bravant la censure, les soldats inquiets informent leurs proches de leur position. Dans sa lettre du 24 mai 1916, Michel Pasquier (Fontenay-le-Comte, classe 1905, n°1414) marque naïvement plusieurs lettres d’une croix pour former le mot VERDUN et brave le destin : « Tous ceux qui y vont n’y restent pas » ( 1 Num 403/31).

http://archives.vendee.fr/Connaitre-les-Archives/Actualite/Action-educative-et-culturelle/Centenaire-de-la-bataille-de-Verdun-le-temoignage-des-poilus-vendeens

(vidéo) Meuse: Cumières, village détruit

Capture d’écran 2016-04-18 à 16.21.27Après le déclenchement par l’armée allemande de son offensive massive de février 1916 pour s’emparer de Verdun par les hauteurs de la rive droite de la Meuse, l’état-major décide de déborder par l’ouest la résistance française.

Les Allemands cherchent d’abord à s’emparer des hauteurs du Mort-Homme, sur la rive gauche, du 6 au 16 mars 1916, au cours d’une bataille particulièrement meurtrière qui dure dix jours. Ils y parviennent et prolongent leur attaque le 20 mars vers la cote 304, située plus à l’ouest. Les combats sont acharnés sous un véritable déluge de feu et dans des conditions climatiques épouvantables.

Plus à l’est, toujours sur la rive gauche de la Meuse, Cumières est tenu par le 5e bataillon du 254e Régiment d’Infanterie puis est attaqué du 16 au 23 mai 1916. Le village tombe aux mains des Allemands le 24 mai 1916, malgré la défense acharnée des fantassins français.

http://www.espace-ehce.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=483:cumieres-village-detruit&catid=95&Itemid=326

 

 

Publicités