669/journal du 2 juin 1916: la résistance héroïque du fort de Vaux

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Sifflements

Journal du vendredi 2 juin 1916 à travers Le Miroir

Sur la rive gauche de la Meuse, violent bombardement du bois d’Avocourt et du Mort-Hommme. Une attaque allemande qui s’était déclanchée sur nos positions des pentes est, a été complètement repoussée par nos feux.
Sur la rive droite, après une violente préparation d’artillerie, l’ennemi a attaqué nos positions depuis la ferme Thiaumont jusqu’à Vaux. Après plusieurs assauts infructueux, il a réussi à pénétrer dans nos tranchées de première ligne, entre le fort de Douaumont et l’étang de Vaux. Partout ailleurs ses attaques ont été brisées par nos feux de mitrailleuses, qui lui ont infligé de lourdes pertes.
Une de nos escadrilles a lancé une vingtaine d’obus sur les gares de Thionville et d’Audun-le-Roman et sur le centre de ravitaillement d’Azannes.
Un groupe d’avions allemands a lancé plusieurs bombes sur la ville ouverte de Bar-le-Duc. 18 personnes de la population civile ont été tuées, dont deux femmes et quatre enfants ; 25 blessées, dont six femmes et onze enfants. Un aviatik, attaqué par un de nos avions, a été contraint d’atterrir dans nos lignes, au sud de Benicourt (région de Toul) ; les deux aviateurs ennemis ont été faits prisonniers.
Les Italiens demeurent maîtres de la situation aux deux ailes de leur front. Ils ont infligé un échec aux Autrichiens à Posina, au sud-ouest d’Arsiero, mais l’avance autrichienne a continué dans le secteur d’Asiago.

 

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin16.html

2 juin 1916: La résistance héroïque du fort de Vaux

D’après « Guide illustré Michelin des champs de bataille » – 1921

Au début de juin, les Allemands vont précipiter leurs attaques contre le fort de Vaux. Occupant le village, ils tiennent la tête du ravin du Bazil. Le plan va être de déborder le fort à la fois à l’ouest par les ravins et le bois Fumin et du sud-est par le ravin de la Horgne.

Le 1er juin, devant Damloup, l’attaque échoue, mais au centre, le bombardement a broyé et enseveli en partie la 6e division française qui barre le ravin du Bazil. Déferlant dans le ravin, l’ennemi progresse dans le bois Fumin.

Le 2 juin, Damloup perdu, l’ennemi s’infiltre par le ravin de la Horgne. Le fort, pilonné sous un déluge de 210, de 380, de 420, est menacé de 3 côtés à la fois. L’investissement se resserre, les survivants des tranchées voisines se réfugient dans le fort. Dans le retranchement à l’ouest du fort, une poignée de fantassins du 101erésistent jusqu’à la mort.

Les Allemands s’organisent sur les flancs de la croupe et repoussent toutes les contre-attaques.

La suite sur: http://aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr/2012/06/10/le-2-juin-1916/

 

Publicités