673/Journal du 6 juin 1916: attaque au lance-flammes sur la butte de Vauquois

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du lundi 5 juin 1916 à travers Le Miroir

En Argonne, une tentative de l’ennemi sur un de nos petits postes aux Courtes-Chausses a été repoussée.
Sur la rive gauche de la Meuse, l’activité de l’artillerie est devenue intense dans la région de la cote 304. Des préparatifs d’attaque, signalés dans les tranchées allemandes, ont été enrayés par nos tirs de barrage.
Sur la rive droite, l’ennemi a tenté à plusieurs reprises de tourner le fort de Vaux par le sud-est. Une puissante attaque, déclanchée dans le ravin, entre Damloup et le fort avait réussi à prendre pied dans nos tranchées. Une contre-attaque immédiate en a complètement délogé l’ennemi. Une seconde attaque allemande a échoué sous nos feux d’artillerie.
Une autre attaque, menée sur les pentes du bois Fumin, au-dessus de l’étang de Vaux a été arrêtée par nos mitrailleuses.
Les tirs de notre artillerie lourde ont fortement endommagé trois batteries allemandes dans le bois de Caurières. Nous avons dispersé des rassemblements dans le bois de la Caillette.
Des taubes ont bombardé Toul : 6 personnes ont été tuées ; 10 blessées. L’un des avions a été abattu dans nos lignes à Sauzey ; deux autres sont descendus brusquement dans les lignes allemandes.
Les Russes ont infligé un échec aux Turcs en Arménie.
Les Italiens ont fait subir de grosses pertes aux Autrichiens dans le Trentin.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin16.html

Attaque au lance-flammes sur la butte de Vauquois

Dimanche 6 juin 1915

Depuis plusieurs jours on parlait d’attaquer Vauquois. Le petit chemin de fer Decauville transportait des torpilles, des munitions en quantité et des réservoirs de pétrole. L’attaque qui était fixée à 5 heures est remise à 6, à 7 heures du soir. La journée, vers 1 heure, après un bombardement, nous pensions que l’attaque aurait lieu tout de suite (nous allions à ce moment-là aux distributions qui se tenaient à La Barricade. Point de tout). Elle n’était remise qu’au soir 8 heures ; nous voyons alors une épaisse fumée s’élever de Vauquois, immédiatement, un bombardement puis une fusillade très serrée. Nous nous couchons attendant qu’on nous appelle aux blessés

http://crdp.ac-amiens.fr/pensa/2_13_texte_pensa_2.php

Suite à l’affaire des fusillés de Roucy

Le 6 juin 1916 suite à l’intervention des parlementaires sur ce vide juridique, le général Roques consentit à l’interdiction des fusillades en attendant la parution prochaine de son décret instituant ces fameux conseils de révision. Sa circulaire parut le 8 juin 1916. Les 4 soldats de Roucy ont été fusillés le 22 mai, entre le 27 avril 1916, date de la promulgation de la loi, et le 8 juin 1916, date de la parution du décret créant les cours de révision …

http://les-blessures-de-l-ame.over-blog.com/pages/L-affaire-des-fusilles-de-roucy-3690571.html

 

Publicités