680/journal de la grande guerre:14 juin 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du mercredi 14 juin 1916 à travers Le Miroir

Sur la rive gauche de la Meuse, bombardement de la région de Chattancourt.
5ur la rive droite, les Allemands ont renouvelé leurs attaques dans tout le secteur à l’ouest de la ferme Thiaumont. Ils ont pénétré dans quelques éléments avancés de notre ligne sur les pentes est de la cote 321. Partout ailleurs, les attaques ont échoué sous notre feu.
Activité croissante d’artillerie sur le front belge.
Les Russes ont continué d’avancer dans la région du Styr et sur le Pruth. Czernowitz est entourée par eux de trois côtés différents, au nord, au nord-est et au sud-est. Ils ont occupé Sniatyu et Horosdenka. Les Autrichiens avouent de nouveau avoir reculé sur certains points de leur front.
Le bombardement a accru son intensité sur le front britannique (Hooge, Loos, la Boisselle), et les combats devant Ypres ont coûté très cher aux Allemands. Les Canadiens ont donné un assaut heureux au sud de Zillebeke, où ils ont attaqué sur un front de 1800 mètres. Ils ont fait 126 prisonniers, dont 3 officiers.
Le roi d’Italie a chargé M. Boselli, doyen de la Chambre, de former un ministère de concentration nationale. M. Boselli a commencé ses démarches.
Un incident russo-roumain s’étant produit à la frontière roumaine, a été aussitôt réglé. Le roi de Roumanie est rentré à Bucarest, que vient de quitter le comte Gzernin, ministre d’Autriche-Hongrie, on ne sait trop pour quelle raison.
Un simulacre d’attentat a été commis à Athènes sur le roi Constantin. La situation du cabinet Skouloudis apparaît de plus en plus précaire.
L’armée russe du Caucase s’est emparée d’un campement turc sur le front d’Arménie.
Un combat a eu lieu dans l’Adriatique entre des hydravions autrichiens et des torpilleurs italiens.
Des appareils aériens autrichiens ont jeté des bombes sur Venise, tuant une femme et blessant quatre civils.
La flotte alliée a bombardé la côte bulgare.
Un sous-marin allemand a été coulé près de Zeebrugge.
Un sous-marin russe a torpillé un steamer allemand près de Carlskrona.

 

Une lettre de Gaston à sa mère

Mercredi 14 juin 1916

Ma chère mère,
Je suis bien rentré de permission et j’ai retrouvé mon bataillon sans trop de difficultés. Je

vais probablement t’étonner en te disant que c’est presque sans regret que j’ai quitté Paris, mais c’est la vérité. Que veux-tu, j’ai constaté, comme tous mes camarades du reste, que ces deux ans de guerre avaient amené petit à petit, chez la population civile, l’égoïsme et l’indifférence et que nous autres combattants nous étions presque oubliés, aussi quoi de plus naturel que nous-mêmes, nous prenions aussi l’habitude de l’éloignement et que nous retournions au front tranquillement comme si nous ne l’avions jamais quitté ? […]

Gaston

http://blogs17.ac-poitiers.fr/circo-lrs/files/2014/11/lettres-de-poilus.pdf

LA CARTE POSTALE DU JOUR

img802
CARTE FOURNIE PAR JEAN-HUGUES CRÉTIN, DE REIMS
Publicités