688/journal du 22 juin 1916: victoire aérienne de Guynemer

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Coup de froid avec la Grèce

Le Premier ministre grec Zaïmis ordonne la démobilisation de l’armée à la suite de dissensions avec les Alliés.

(source wikipédia)

Journal du jeudi 22 juin à travers Le Miroir

Au sud de la Somme, devant Drancourt, un détachement ennemi qui tentait d’aborder nos lignes, a été dispersé à coups de fusil.
Au nord-ouest de Reims, les Allemands, après avoir fait sauter deux mines, ont prononcé une attaque sur nos tranchées, à la cote 108 (sud de Berry-au-Bac). Enrayée par nos tirs de barrage, cette tentative a subi un échec complet.
Sur la rive gauche de la Meuse, une attaque allemande, dirigée contre les tranchées conquises par nous au sud du Mort-Homme, a été arrêtée par nos feux.
Sur la rive droite, après un bombardement violent par obus de gros calibre, qui a duré toute la journée sur la région cote 320 bois du Chapitre et du Fumin-le-Chenois, les Allemands ont attaqué nos positions à l’ouest et au sud du fort de Vaux. Nos tirs de barrage et nos feux de mitrailleuses ont, par deux fois, brisé les assauts de l’ennemi qui a enregistré de lourdes pertes.
Duel d’artillerie sur le front belge. Nos groupes de bombardement ont lancé 210 obus sur la gare d’Arnaville et 276 sur les établissements militaires de la gare de Metz.
Des bruits de crise ministérielle continuent à circuler à Athènes. Le roi a mandé M. Zaïmis, ancien président du Conseil au palais.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin16.html

(Aviati

« Le 22 juin 1916, a livré trois combats aériens au cours de l’un d’eux a abattu un avion allemand après avoir eu son appareil atteint par les projectiles ennemis. »

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/Georges_Guynemer.htm

Dissolution du 343 ème RI

Le 22 juin 1916, le 343ème RI est dissous. Un bataillon passe au 215ème et un autre au 253ème. On passe ainsi de 3 régiments à 2 bataillons à 2 régiments à 3 bataillons. Le 343ème ayant le numéro le plus élevé, c’est lui qui est dissous.

http://www.jcplanes.org/mplf/215ri-chemindames/215ri-chemindesdames.htm

Verdun: Les Allemands tirent des obus toxiques

Le 22 juin 1916, les Allemands tirent avec des obus toxiques. C’est une alerte au gaz. Le pilonnage s’atténue mais les gaz sont employés massivement. Les hommes vivent en permanence avec leur masque à gaz. Beaucoup, faute d’un masque efficace, succombent dans une terrible agonie.

Témoignage du Lieutenant LAPOUGE : « L’abri offrait un spectacle lamentable ; des isolés, des égarés l’avaient envahi, des blessés et des morts en garnissaient les marches, on passait dans la cohue sinistre, butant sur des cadavres, piétinant dans les flaques de sang ».

Cet abri, creusé sous roc et dominant le ravin des Vignes, tient son nom des quatre cheminées d’aération qui le surplombent. Sa longue galerie souterraine, servant initialement de dépôt de matériel et de munitions, fut convertie en poste de commandement et de secours durant la bataille. Les blessés, entassés dans une promiscuité intenable, attendaient là leur périlleuse évacuation vers l’arrière, transportés de nuit par des brancardiers français et des ambulanciers volontaires américains.

http://www.espace-ehce.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=490:l-abri-des-4-cheminees&catid=95&Itemid=326

 

Publicités