690/journal de la grande guerre: 24 juin 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Sifflements à 16 heures.

Journal du samedi 24 juin à travers le Miroir

En Belgique, les tirs de destruction de nos batteries ont bouleversé les organisations ennemies dans la région des Dunes.
En Champagne, entre Maisons-de-Champagne et le Mont-Têtu, les Allemands ont attaqué trois fois nos tranchées sur un front de 1200 mètres. Ils ont été arrêtés par nos tirs de barrage. Quelques prisonniers sont restés entre nos mains.
Sur la rive gauche de la Meuse, deux attaques allemandes à la grenade ont échoué sous nos feux de mitrailleuses. Bombardement intense de nos deuxièmes lignes.
Sur la rive droite, à la suite de violentes réparations d’artillerie les Allemands ont dirigé une série d’attaques offensives à grande envergure sur un front de 5 kilomètres depuis la cote 321 jusqu’à l’est de la batterie de Damloup. Les attaques se sont succédé avec un acharnement extrême, en dépit des pertes énormes que nous infligions à l’ennemi. Entre la cote 321 et la cote 320, les Allemands ont réussi à enlever nos tranchées de première Ligne et l’ouvrage de Thiaumont. Un puissant assaut allemand, qui était parvenu jusqu’au village de Fleury, a été refoulé par une vive contre-attaque. D’autres assauts sur les bois de Vaux-Chapitre, du Fumin et la batterie de Damloup ont été brisés.
Nos aviateurs ont bombardé les gares de Grandpré, de Nantillois et d’Audun-le-Roman.
Les Russes livrent un violent combat sur le canal d’Oghinski ; ils progressent en Bukovine.
La pression italienne sur les Autrichiens s’accentue au plateau d’Asiago.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin16.html

Vers la destruction d’d’Assevillers (Somme) de juin-juillet 1916)

le travail de préparation de l’artillerie. Ce travail commença le 24 Juin 1916 avec environ 3000 armes lourdes et plus de 1400 mortiers de tranchée qui fournissaient le travail de destruction des défenses ennemies. Ils ont tiré 2 millions et demi d’obus sur les lignes allemandes allant de l’obus de mortier de 58 mm aux projectiles plus gros de 45cm. Cela était planifié sur 5 jours mais le bombardement a été prolongé de 48 heures en raison de nuages bas, de bruines et de brouillards réduisant la visibilité et empêchant les vols de reconnaissance. C’est ainsi que l’attaque eut lieu le 1er juillet comme le prévoyait le planning provisoire décidé le 14 Février par Joffre et Haig. Les bombardements étaient un spectacle a contemplé, un vaste feu d’artifice créé par des explosion d’obus de différentes couleurs. « Armageddon commençait aujourd’hui et nous étions là ». « Armageddon started today and we are right in the tick of it » écrivit le capitaine Cuthbert Lawson, un officier de la 29ème division présent sur la ligne d’observation plus en arrière.

L’infanterie de Mangin grimpa sur le parapet et se réjouit de tous ces tirs d’obus : ils avaient rendu aux allemands ce que l’envahisseur leur avait donné à Verdun. Mais ce n’était pas simplement un « son et lumière ». Le but était de couper les communications, détruire les défenses allemandes et démoraliser ou éliminer les soldats ennemis. 

La suite sur: http://assevillers.80.free.fr/index.php?menu=centenaire&p=assevillers/destruction

(vidéo) voir aussi la bataille de la Somme https://www.youtube.com/watch?v=vAak2IlzRWc

voir aussi: http://historyweb.fr/bataille-de-la-somme/

LA PHOTO DU JOUR

ceux-qui-retournent-au-front-allons-maman-ne-t-en-fais-pas-24-juin-1916_img

Publicités